Sebta et Melilla bientôt sans visas ?

Sebta et Melilla bientôt sans visas ?

L’Espagne compte bien sauver l’économie de Sebta et de Melilla en y autorisant l’accès sans visa. Une mesure qui sera étudiée et en principe appliquée dans quelques mois.

Les pourparlers entre les gouvernements espagnol et marocain au sujet de la suppression du visa pour l’entrée à Sebta ont débuté il y a de cela plusieurs mois. Le Maroc devait étudier une proposition espagnole concernant l’accès au préside de tous les Marocains sans justifier de visa de l’espace Schengen.

Cette proposition n’avait pas surpris les autorités marocaines, puisque plusieurs responsables espagnols, notamment le gouverneur de Sebta, avaient souhaité que le gouvernement central à Madrid prenne une initiative dans ce sens. Ces responsables devenaient plus insistants au vu de la morosité de l’économie des présides de Sebta et de Melilla, suite à la crise qui frappe de plein fouet l’Espagne.

Mais, ce n’est pas uniquement cela puisque le Maroc a construit le port de Tanger Méditerranée et développé celui de Beni Ensar, ce qui a contribué à diminuer l’activité économique des deux villes, malgré leur statut de marchés détaxés.

Le Maroc, après mûre réflexion, a accepté la proposition espagnole et il reste à en étudier tous les aspects, notamment sur le plan sécuritaire, qui devient primordial dans un contexte marqué par la radicalisation d’un certain nombre d’éléments issus de ces deux présides occupés. Il y a également la question des centaines de migrants subsahariens qui n’attendent que l’occasion pour atteindre les deux villes qui font partie de l’Union européenne. Mais la libre circulation des personnes à travers le poste frontalier de Tarajal ne sera entérinée que lorsque le nouveau gouvernement, que dégageront les élections du 7 octobre, sera désigné.

En attendant de mettre en place toutes les procédures, ce sont ces milliers de petits contrebandiers qui continueront à s’approvisionner dans les deux villes et l’accès restera autorisé uniquement aux porteurs des cartes d’identité mentionnant la résidence dans la région de Tétouan.  Et il est question d’ouvrir un autre poste nommé Tarajal 2, pour diminuer la pression exercée sur le premier.

En tout cas, si cette mesure s’applique, ce sera une bouffée d’oxygène extraordinaire pour l’économie, jusqu’ici chancelante, des deux villes.

Le 01 Octobre 2016
SOURCE WEB Par Le Site Info

Les tags en relation

 

Les articles en relation