Futur gouvernement: les alliés compliquent la tâche de Benkirane

Futur gouvernement: les alliés compliquent la tâche de Benkirane

Sous le titre "Les alliés vont perturber les calculs de Benkirane en vue de la formation du futur gouvernement", Al Ahdaht Al Maghribia écrit, dans sa version de ce mercredi 2 novembre, que "ces complications ont commencé avant même que le chef du gouvernement désigné n'ait entamé la seconde phase des pourparlers", estimant que la donne d'Aziz Akhannouch, nouvellement élu à la tête du RNI, a remis "les pendules à zéro".

Le journal, qui se base sur des extrapolations, estime que la première conséquence de cette élection s'est traduite par la rencontre tripartie informelle qu'a présidée lundi Abdelilah Benkirane avec Nabil Benabdellah, chef du PPS et Hamid Chabat, le numéro un de l'Istiqlal. Cette consultation tripartite s'est arrêtée sur l'arrivée d'Aziz Akhannouch dans le champ politique, prétend le quotidien. Mais des sources proches de ces trois partis politiques, contactées par LE360, ont démenti ces calculs en affirmant qu'elles accueillaient "positivement la nouvelle présidence du RNI", renvoyant à une déclaration de Benkirane selon laquelle Aziz Akhannouch est un "homme crédible qui donnera un nouveau souffle au RNI".

Pour ce qui est de l'absence de Driss LAchgar, patron de l'USFP, à cette réunion tripartite de lundi, Al Ahdath Al Maghribia avance que ce dernier estime qu'il n'est "pas concerné par de telles rencontres tant qu'il n'a pas encore reçu d'offre de participation de la part de Benkirane". "Lachgar insiste sur le fait qu'il n'a pas encore tranché sur la participation, contrairement à Benabdellah et Chabat, souligne le quotidien. Le leader USFPiste estime aussi que "les récents contacts de Benkirane avec le PPS, l'Istiqlal et le RNI affaiblissent la position du parti de la Rose à l'égard des consultations pour la formation du nouveau gouvernement". Quant à Mohand Laenser, chef du MP, il a envoyé des signaux négatifs quand il a exprimé, dimanche, lors de son Conseil national, sa crainte de voir la participation des membres de la Koutla dans le prochain Exécutif. Le chef des harakis,  rappelle le quotidien, a même lié la décision finale de son parti à celle que prendrait le RNI au sujet de sa participation ou pas dans le futur gouvernement de Benkirane.

Le 02 Novembre 2016
SOURCE WEB Par Le 360

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Gouvernement: Le coup de gueule du RNI

Gouvernement: Le coup de gueule du RNI

Le RNI hausse le ton face à ce qu’il considère comme une attaque contre son président, Aziz Akhannouch. Cette formation accuse «certaines parties qui veul...