Investissements L'Agence nationale des ports intègre les risques climatiques

Investissements L'Agence nationale des ports intègre les risques climatiques

L’Agence nationale des ports planche sur une stratégie intégrant l’adaptation aux changements climatiques dans ses prochains investissements. Ce chantier s’inscrit dans un projet global de modernisation des ports du pays soutenu par le Fonds pour l’environnement mondial et la BERD qui lui réserve 40 millions d’euros.

Cap sur des infrastructures portuaires plus adaptées aux risques climatiques. En coopération avec la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et le Fonds pour l’environnement mondial (Global Environment Facility : GEF), l’Agence nationale des ports (ANP) planche sur un dispositif lui permettant d’adapter ses futurs investissements aux changements climatiques. Ce chantier s’inscrit dans un projet global de modernisation et de renforcement de plusieurs ports marocains pour un coût autour de 500 millions de DH (46 millions d’euros), financé à hauteur de 430 millions de DH environ (40 millions d’euros) par la BERD. En effet, comme nous l’annoncions en exclusivité en août dernier, la BERD et l’ANP négocie un prêt non souverain de 40 millions d’euros destiné à financer la réhabilitation, la mise à niveau et le confortement des ouvrages de protection dans plusieurs ports dub pays. Il cible, en particulier, les ports d’Agadir, de Safi et de Nador.

D’après nos sources, le conseil d’administration de la BERD devra se réunir en février prochain pour approuver ce prêt qui serait accompagné de dons accordés par le Fonds pour l’environnement mondial GEF. Selon un document officiel de cette banque européenne dont le «Matin Eco» détient copie, le prêt contribuera globalement au financement de certaines composantes du programme d’investissement de l’ANP couvrant la période 2016-2020 et visant la préservation du patrimoine infrastructurel portuaire marocain, notamment en rapport avec le renforcement de la résilience aux changements climatiques des infrastructures portuaires et leur mise à niveau pour les rendre plus adaptées aux risques climatiques inhérents. «Le projet permettra à l’ANP de renforcer sa politique de protection des infrastructures portuaires dont elle a la charge, et de développer une approche systémique intégrant l’adaptation aux changements climatiques pour ses prochains investissements», est-il indiqué. D’après la BERD, ce projet permettra l’introduction des meilleures pratiques internationales sur le plan de la résilience aux changements climatiques et de la stratégie de gestion des risques climatiques par l’ANP.

Soulignons qu’un effort d’investissement «exceptionnel» est programmé par l’ANP à l’horizon 2020. Celui-ci porte sur une enveloppe globale de 8,3 milliards de DH. La réalisation de ce programme, qui comporte d’importants projets structurants, demeure tributaire de la mobilisation des financements à la fois propres et externes. Ainsi, l’Agence diversifie, de plus en plus, ses sources de financements pour pouvoir renforcer et développer l’offre portuaire nationale. Le recours à la BERD s’inscrit dans ce cadre.

Par ailleurs, un projet de Contrat Programme Etat-ANP est en cours de préparation. Il vise, notamment, le développement et la préservation du patrimoine portuaire, la régulation des activités et des opérateurs portuaires, l'ouverture des ports sur leur environnement ainsi que la création d'une dynamique de croissance économique.

Le 12 Décembre 2016
SOURCE WEB Par Le Matin

Les tags en relation

 

Les articles en relation