Rayonnement culturel L’Académie du Royaume tiendra sa 44e session autour de la thématique de la modernité

Rayonnement culturel L’Académie du Royaume tiendra sa 44e session autour de la thématique de la modernité

L’Académie du Royaume tient du 24 au 26 janvier sa 44e session autour du thème «De la modernité aux modernités». Cette manifestation, qui réunira plus de 22 participants appartenant à plus de 12 pays, tentera durant trois jours de cerner les contradictions de la modernité, d’interroger le présent à la lumière du passé et de contrecarrer les amalgames entre renouveau et modernité.

«De la modernité aux modernités», tel est le thème retenu pour la 44e session de l’Académie du Royaume qui se tient à Rabat du 24 au 26 janvier. Une occasion pour les experts, les penseurs et les académiciens de haut niveau appartenant à 12 pays participants d’amorcer une réflexion autour d’un concept d’actualité, à savoir la modernité. En effet, durant trois jours, les participants tenteront de cerner les contradictions de la modernité, d’interroger le présent à la lumière du passé et de contrecarrer les amalgames entre renouveau et modernité. Le thème de la modernité sera ainsi abordé tel un modèle idéal de promotion des individus et des sociétés dans un contexte mondialisé qui crée la confusion dans les esprits en faisant naître des sentiments d’insécurité et de doute.

«Le choix de cette thématique n’est pas fortuit. Il s’inscrit dans le cadre des nouvelles orientations de l’Académie de s’ouvrir sur son environnement et d’aborder des thèmes d’actualité», souligne Abdeljalil Lahjomri, secrétaire perpétuel de l’Académie, lors d’une conférence de presse organisée mercredi dernier pour annoncer la tenue de la 44e session de l’Académie. Une session qui s’annonce d’ailleurs riche en débats et en échanges. Les intervenants proposeront en effet une étude de cas autour de faits historiques, de grandes questions comme la nécessité d’une modernité authentique pour la pensée arabo-musulmane, la modernité et les défis transculturels qu’elle implique, la grande guerre et la modernité au Moyen-Orient, la réforme économique au Maroc entre 1956 et 2016 ainsi que la thématique portant sur les femmes marocaines face aux défis de la modernité. Autant de thématiques d’actualité qui confirment de nouveau la volonté de l’Académie de se maintenir au diapason de cette politique d’ouverture qu’elle prône depuis plus d’un an. Effectuant sa mue, l’Académie du Royaume compte, outre l’organisation de séminaires et conférences sur différentes thématiques, s’ouvrir sur les autres langues et cultures qui constituent la diversité et la richesse de l’identité marocaine en s’inspirant dans cette démarche du préambule de la Loi fondamentale de 2011.

«L’identité marocaine est composée de plusieurs cultures, notamment la culture et la langue amazighe, la langue hassanie, la dimension hébraïque et celle andalouse. Or ces différentes cultures n’existent pas dans les textes fondateurs de l’Académie», explique M. Lahjomri. Notons qu’outre la révision des textes fondateurs de cette institution, l’Académie prévoit de s’ouvrir sur son environnement à travers l’organisation de différents séminaires et conférences, dont certains seront ouverts aux étudiants doctorants et aux chercheurs. Cette institution prestigieuse prévoit par ailleurs d’édifier une bibliothèque qui disposera de supports numériques et d'écrits et qui pourra accueillir les chercheurs et les scientifiques. L’ère des académies fermées est révolue.

La future restructuration de l’Académie se fera donc dans le souci de faire de cette institution un pôle attractif qui accueille le savoir et la création, tout en assurant leur large diffusion. C’est dans ce sens d’ailleurs que l’Académie a procédé récemment à la signature d’un mémorandum d’entente avec l’Institut Mandela pour former les élites africaines.» Une telle orientation est de nature à ouvrir à court terme de nouvelles perspectives pour l'Académie, à même de l'ériger en passerelle d'échange scientifique et culturel Sud-Sud et en espace de débat de haut niveau sur la base de la consécration de la diversité culturelle et du partage des valeurs humaines universelles», souligne M. Lahjomri.

Pour Mme Rahma Bourqia, membre de l’Académie, la nouvelle orientation de l’Académie est de nature à repositionner cette institution au niveau international et garantir son rayonnement. Notons que cette 44e session sera marquée par la mise en place pour la première fois d’un prix d’honneur. Pour cette première édition, la consécration reviendra à Abdelkrim Ghellab.

Le 18 Janvier 2017

SOURCE WEB Par  Le Matin

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Une

Une "miss Amazighe", pourquoi faire?

La défense de la culture et de l’identité amazigh ont-elles besoin de l’élection d’une “miss“? C’est en tous les cas ce qui a été fait à Agadi...

L’Amazigh bientôt au Parlement

L’Amazigh bientôt au Parlement

La langue amazighe sera utilisée au Parlement. Une convention a été signée dans ce sens par la Chambre des conseillers et l’Institut royal de la culture a...