Israël : Mohammed VI met en garde contre le transfert de l’ambassade américaine à Al Qods

Israël : Mohammed VI met en garde contre le transfert de l’ambassade américaine à Al Qods

Mohammed VI a exprimé son opposition à l’avis de l’administration Trump de déplacer son ambassade vers Al Qods. Dans une lettre adressée à Mahmoud Abbas, le roi a rappelé la nécessité de préserver le statut de la ville sainte.

Le roi Mohammed VI n’est pas d’accord avec le projet de Donald Trump de transférer l’ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem. Une position exprimée dans une lettre adressée au président palestinien Mahmoud Abbas.

Le souverain a mis en garde contre les graves conséquences d’une une telle initiative, d’une part sur les efforts de règlement de la question palestinienne et d’autre part sur la «paix et la sécurité» au Moyen-Orient mais aussi dans le reste du monde.

Le monarque, qui assure la présidence du "Comité Al Qods", a réitéré à Abbas, son engagement «à défendre la ville sainte» et «ses habitants» ainsi qu’ «à protéger leurs droits légitimes garanties, d’ailleurs, par le droit international et les résolutions internationales ainsi que les principes de la IVème Convention de Genève».

La difficile mission de préserver le statut d’Al Qods-Est

Le roi a dit suivre avec un intérêt particulier les développements du projet américain et qu’il effectue une «évaluation régulière de tous les indicateurs et des probabilités». Mohammed VI a affirmé sa disposition à «coordonner» avec Mahmoud Abbas et les «autres chefs d’Etats arabes et islamiques» ainsi que ceux «des pays amis qui appuient le droit palestinien» en vue de «défendre avec tous les moyens possibles, juridiques, politiques et diplomatiques, le statut juridique d’Al Qods-Est» et ce conformément aux «résolutions de la légalité internationale».

Un statut de plus en plus menacé par la politique de judaïsation de la ville sainte, ainsi que par la construction de colonies dans la banlieue d’Al Qods. Justement, le 23 décembre, le Conseil de sécurité avait voté en faveur d’un texte condamnant les activités israéliennes de peuplement dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est. Une résolution rendue possible grâce à l’abstention de l’administration Obama.

Cependant, la prise de fonction de Donald Trump a complétement modifié la donne. Encouragé par le projet de déplacer l’ambassade américaine à Washington, Israël a annoncé la semaine dernière la construction de 566 logements dans trois quartiers arabes à Al Qods-Est.

Le 30  Janvier 2017

SOURCE WEB Par  Ya Biladi

Les tags en relation

 

Les articles en relation