Le Maroc enterre 30 ans d’arabisation pour revenir à des enseignements en français

Le Maroc enterre 30 ans d’arabisation pour revenir à des enseignements en français

La réforme de l'Education nationale marocaine prônant l'enseignement du français dans les études scientifiques n'est pas qu'une histoire d'éducation. Les enjeux sont sociologiques, culturels, religieux, et symboliquement forts.

Après trente ans d'arabisation, le Maroc a décidé de retourner à l'enseignement du français dans trois disciplines majeures : les mathématiques, les sciences naturelles et les sciences physiques, et ce dès la première année du primaire au lieu de la troisième actuellement.

Cette décision du retour à la langue de Molière a été prise le 10 février 2016 par le roi Mohammed VI. Selon Le Monde, l'islamiste Abdelilah Benkirane, chef du gouvernement marocain, a appelé les députés à un ajournement de ce projet qu'il estime avoir été préparé dans son dos par le ministre de l'Education nationale, un proche du roi. Peine perdue. La bataille pour la mise à l’écart de ce projet semble définitivement s'éloigner pour les islamistes qui dirigent l’actuel gouvernement. Derrière cette décision se trouvent d'importants enjeux culturels, religieux, politiques et historiques : le français par rapport à l'arabe, dans un pays comme le Maroc, c'est tout un symbole.

Trente ans de perdus

Pour les islamistes, "arabisation et islamisation vont de pair car la langue est liée à la pensée", se félicite Ahmed Assid, professeur de philosophie et défenseur de la laïcité. "Ce retour aurait dû se faire depuis longtemps. Nous avons perdu trente ans à cause de petits calculs idéologiques. Avant d’arabiser, l’Etat marocain aurait dû d’abord réformer la langue arabe dont le lexique et les structures n’ont pas varié depuis la période préislamique", explique-t-il au Monde.

C'est une révolution au Maroc qui avait opté pour l'arabisation de l'enseignement (primaire et secondaire) dans les années 70-80 sous l'impulsion du parti de l'Istiqlal, le parti de l'indépendance, et l'appui implicite du roi Hassan II (1961-1999).

Au Maghreb, le Maroc comme l'Algérie de Houari Boumediene avaient opté pour l'arabisation de l'enseignement, dès les classes primaires. Le français était enseigné en première langue étrangère. Mais l'Algérie, il y a une dizaine d'années, a réintroduit le français, comme langue étrangère, dès la deuxième année du primaire.

Le français était devenu une langue étrangère

Interrogé par Atlantico, Pierre Vermeren, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, spécialiste du Maghreb et des mondes arabo-berbères, juge qu'après "l'indépendance du Maroc, l'enseignement bilingue est devenu la norme, avec une très bonne tenue jusque dans les années 80. Mais dès les années 1970, l'arabisation de l'enseignement s'est déroulée étape par étape, touchant d'abord les matières littéraires et mettant fin, par exemple, à la philosophie. Cette arabisation a été menée à son terme en 1989, notamment dans les sciences, et le français est devenu une langue étrangère à l'école. Mais cela a fortement influé sur le niveau général des élèves qui, d'après les enseignants et responsables marocains, a beaucoup baissé par rapport à celui des élèves des années 70. Or, des matières comme les sciences, les mathématiques, le droit international, l'économie, la médecine, n'ont jamais été arabisées à l'université. Il en est alors résulté une crise de l'enseignement supérieur. Aujourd'hui, le pouvoir marocain veut restaurer l'enseignement bilingue et inculquer les sciences en français dès la primaire pour ne plus connaître de décalage avec l'enseignement prodigué à l'université", explique l'historien.

Publier le 26 Février 2016          

Source web par  atlantico

Les tags en relation

 

Les articles en relation