Vivas sur les toits !

Vivas sur les toits !


Notre article « Reed Exhibitions: ombre salonique ? » ne cesse d’alimenter la polémique sur l’organisation, par le spécialiste parisien, d’un salon marocain du tourisme, soit à Marrakech soit à Casablanca. Les réactions se font en chaîne et ne sont pas près d’arrêter.

Parmi ces dernières, on note avec bonheur celle de Mme Hayat Jabrane, Secrétaire générale de la CNT, qui n’a jamais caché sa citoyenneté de première heure,là où elle est appelée à officier. Peut-être que sa réaction est strictement personnelle n’engageant en rien un quelconque parti-pris de la Confédération.

Sacrée bonne dame. On la retrouve même, à la trace, virulente dans ses spots facebookiens quand elle défend des causes de bien de chez nous, parfois porte-drapeau de compatriotes célèbres, blessés dans leur dignité par des lèse-majestés à répétition et des indifférences assassines. Montant très souvent au créneau, elle n’hésite pas, par temps calmes comme par tempêtes, à actionner sa verve citoyenne, pour que les causes défendues soient bien entendues.

On la comprend quand elle défend, bec et ongles, la tenue d’un salon marocain du tourisme par quiconque prétend le faire pourvu qu’il le réussisse, même Reed Exhibitions qui passe pour être l’un des champions en la matière. D’ailleurs, Mme Hayat est remerciable quand elle rappelle à notre entendement que l’organisateur parisien a, à son actif, plus de 30 ans d’expérience et un réseau tentaculaire de Hosted Buyers. Amen, on ne demande que cela. Mais dans la concertation et non pas dans l’acceptation de l’ordre établi et le «va-comme-je-te-pousse». Les Marocains avaient le droit de le savoir.

Honnêtement, pour que la boucle soit bouclée dans les règles de l’art et que l’hypothétique salon ait des chances d’être plus collectif, le tour de table, réunissant l’organisateur avec le ministère du Tourisme, l’ONMT et la CNT, aurait eu plus de mérite s’il admettait, notamment, les CRTs pour que ces derniers puissent exposer leur vision de faisabilité et d’influence auprès des opérateurs régionaux. Malgré toute la bonne volonté que peut avoir la CNT pour représenter ses corps composants, il aurait été plus porteur si on associait également les CRTs dans les discussions.

D’ailleurs, on n’arrive pas à comprendre l’opacité dans laquelle s’est emmuré le comité ayant assisté à la première séance de travail avec Reed Exhibitions à Rabat. Aucun communiqué de presse n’a filtré et aucune communication en direction des professionnels n’a eu lieu, non plus les Marocains n’en ont pas été avisés. De quel droit se permet-on, donc, de clamer la marocanité d’actions pour le moins non divulguées ?

Au volet sommes allouées, ne serait qu’intentionnellement, la véracité des chiffres n’est pas le fruit de notre imagination. Encore que l’absence d’appel d’offre relatif à l’organisation de ce salon n’est pas fictive. Le bon sens, l’équité morale et la déontologie professionnelle, doublés d’une citoyenneté prouvée, devraient être défendus en premier et non Reed Exhibitions qui, on en est sûr, ne manque toutefois pas de mérite.

Et si, à notre conception, on défend la légalité et le produit national, ce n’est pas pour faire le lit d’un, de deux ou de trois « personnes », mais celui bien obligé du corps professionnel dans son intégralité et des Marocains, en général. En tant que media spécialisé, nous sommes tenus de relater des faits, même si, par endroits, ils dérangent. Tous les professionnels ont le droit de savoir, personne ne peut s’accorder le droit du monopole informatif. Pour la bonne raison que les professionnels se sentent marginalisés, car la plupart ne savent même pas que le salon sera baptisé International Travel Market (Copie piratée du MTM) et qu’il se tiendra à Casablanca et non pas à Marrakech. Eclairages dont nous remercions Mme Hayat. On n’y comprend toujours rien: si le salon est prévu pour Casablanca, le CRT de la ville a-t-il été associé aux discussions ?

Aura, n’aura pas lieu. Le salon de Reed Exhibitions sera en tout cas une marque propre à l’organisateur qui sera libre de le délocaliser impunément dans n’importe quel autre pays. Personne ne le lui en contestera le droit. A moins que les clauses du « contrat » ne mentionnent, noir sur blanc, que le salon est et demeurera marocain et le cahier de charges comporte, entre autres, un système d’évaluation, un devis, etc.

Vive la citoyenneté !

Ci-après la réaction de Mme Hayat Jabrane:

« Je pense chers amis que vu la conjoncture actuelle il est temps que le Maroc et la profession puissent avoir un salon du tourisme international.

C’est une initiative et un projet présenté par Reed Exhibition au Ministre du tourisme en présence des patrons venus de Paris de lONMT la SMIT et la CNT.

Il est inutile de rappeler que Reed Exhibition est le leader Mondial de l’organisation des salons avec à son actif WTM – ATMTop Resa ….une expertise de plus de 30 ans et un réseau international très utile parce que la clé de la réussite d’un salon ceux sont les hosted buyers.

Les chiffres avancés sont une fabulation le seul apport financier dans ce projet est une prise en charge des hosted buyers et journalistes par lONMT ( son métier et sa mission qu’il a l’habitude d’honorer dans plusieurs événements comme le dernier meetings Morocco à Marrakech)

La CNT s’engage à mobiliser ses membres pour répondre présents. Quel professionnel ne souhaiterait pas approcher des acheteurs à travers un salon à nous chez nous.

Le risque financier c’est Reed qui le prend et qui s’engage aussi sur une durée de ce salon pour le pérenniser.

Nous ne pouvons pénaliser la profession parce que cet événement de grande envergure dérangerait les intérêts d’une deux ou trois personnes.

Le Tourisme a connu une révolution grâce à une volonté Royale. Avec des hommes et femmes de bonnes volontés le rêve d’organiser l’International Travel Market à Casablanca finira pas se réaliser. »

Le 23 Janvier 2016
SOURCE WEB Par Tourisme Et Gastronomie