Cités vertes Masdar à Abou Dhabi

Cités vertes Masdar à Abou Dhabi

Masdar, la cité verte à l'ombre du pétrole

L'émirat Abou Dhabi va construire la première ville totalement écologique au monde 22 janvier 2008

Photo : Agence France-Presse

Une maquette de Masdar City montre des constructions basses et équipées en panneaux solaires sur les toits. Abou Dhabi — Le riche émirat pétrolier d'Abou Dhabi va entamer le mois prochain la construction de la première cité au monde prévue pour fonctionner avec un niveau zéro d'émission de gaz carbonique

 À Masdar City, qui fonctionnera exclusivement par des énergies renouvelables, dont l'énergie solaire grâce au soleil constamment abondant dans le désert de l'émirat, ses habitants, au nombre de 50 000, seront en mesure de circuler par des moyens de transport automatique.

«C'est un lieu où il n'y aura aucune trace de gaz carbonique et qui ne nuira d'aucune manière à la planète», a déclaré à l'AFP Khaled Awad, directeur du projet de la Société d'Abou Dhabi pour les énergies du futur (ADFEC), baptisée Masdar («source» en arabe)

 «En même temps, la cité va offrir un meilleur cadre de vie à ses habitants», a-t-il ajouté en marge d'un sommet mondial sur les énergies nouvelles et renouvelables et sur la sécurité énergétique, qui s'est ouvert hier à Abou Dhabi, la capitale des Émirats arabes unis.

 Une fois la construction de la cité terminée en 2013, les habitants seront en mesure de circuler à travers ses six kilomètres carrés en utilisant des tramways et une série d'autres moyens de transport automatiques. «Ce sont comme des ascenseurs à l'horizontale. Vous indiquez où vous voulez aller et ils vous y conduiront», a expliqué M. Awad  

Contrairement aux somptueuses tours de la ville d'Abou Dhabi, une maquette de Masdar City, conçue par le groupe Foster and Partners et exposée au sommet sur l'énergie, montre des constructions basses et équipées en panneaux solaires sur les toits  

La Cité sera située non loin de la mer et un mur de ceinture devra la protéger de l'air chaud soufflant du désert et du vacarme de l'aéroport d'Abou Dhabi, voisin

 Abou Dhabi détient le gros des réserves de pétrole et de gaz de la fédération des Émirats arabes unis, pays classé respectivement au quatrième et cinquième rang mondial. Les réserves prouvées de brut des Émirats sont suffisantes pour durer encore quelque 150 ans.

 

 

Mais à l'instar des autres pays pétroliers, les Émirats cherchent à diversifier leur économie pour réduire leur dépendance traditionnelle vis-à-vis du pétrole

La nouvelle cité s'inscrit dans le cadre d'un ambitieux programme, baptisé Masdar et lancé par le gouvernement d'Abou

Dhabi en 2006

 

Le directeur général de Masdar, Sultan Al-Jaber, a décrit le programme comme un nouveau projet économique dédié aux énergies nouvelles et renouvelables, dont il attend un impact positif sur l'économie de l'émirat

Le prince héritier d'Abou Dhabi, cheikh Mohammad ben Zayed Al-Nahyane, a annoncé un investissement de 15 milliards de dollars alloué aux projets de Masdar, devant les participants au sommet d'Abou Dhabi, un forum de trois jours

Masdar a annoncé aussi un projet de 350 millions de dollars pour construire une centrale solaire de 100 mégawatts, à porter ensuite à 500 mégawatts, afin de réduire la pression sur le réseau national d'électricité durant les périodes de forte consommation

L'initiative prévoit aussi la construction d'une université pour des études sur les énergies d'avenir en collaboration avec le Massachusetts Institute of Technology

 

Malgré l'abondance du soleil, seuls les parcmètres sont alimentés en énergie solaire aux Émirats qui, à l'instar des autres monarchies pétrolières du Golfe, utilisent peu l'énergie solaire.

Source : web LE DEVOIR.COM