Entretien avec Henri Giscard d\'Estaing, président du Club Med

Entretien avec Henri Giscard d\'Estaing, président du Club Med

«Nous allons être le premier projet de la vision 2020»

\"*\"      Publié le : 01.12.2010 | 17h08

Henri Giscard d'Estaing, président du Club Med, dévoile, dans le cadre de l'entretien qu'il nous a accordé, les performances de ses six villages au Maroc, les investissements ainsi que les projets futurs que le Club ambitionne de lancer, notamment dans le cadre de la vision 2020.

LE MATIN : Pourquoi avez-vous tenu à assister à cette 10e édition des Assises du tourisme ?

Henri Giscard d'Estaing
Ces assises sont pour moi très importantes. Le club Med était historiquement associé à l'histoire et au développement du tourisme au Maroc. A Agadir, au lendemain du terrible tremblement de terre, le Club Med avait installé son premier village en dur, qui est toujours en activité et qui a été le phare de la dynamique touristique à Agadir. Et puis, si on parle de Marrakech, c'est en 2002 qu'on a posé la première pierre du village, à un moment où le tourisme avait décliné. Pourtant, nous avons pris le risque de relancer la destination Marrakech en investissant les premiers sur ce site en partenariat avec la CDG. Plus récemment, nous avons décidé d'y construire un village pour les enfants afin de faire de Marrakech une destination pour les familles aussi, ce qui permet de diversifier la clientèle de cette ville. C'est aussi à Marrakech que nous construisons un Ryad pour le développement de la montée en gamme du Club Med, qui accompagne la montée en gamme de la stratégie touristique nationale du Royaume. Et enfin, nous avons engagé depuis quelques semaines un énorme chantier dans le nord du pays pour y construire l'un des plus beau Club Med de la méditerranée.
Nous avons un partenariat très ancien avec la CDG qui nous permet de développer un ensemble de projets. C'est également avec la CDG que nous avions rénové le village d'Agadir, construit le village de Marrakech et lancé la rénovation, extension et montée en gamme de notre Club Yasmina dans le nord du Maroc. Tout cela s'inscrit dans le cadre de la vision 2010 et aujourd'hui 2020
Dans le cadre de la vision 2020, est-ce que le Club Med sera associé à des projets touristiques ?
Nous y travaillons. C'était d'ailleurs l'objet de la réunion que je viens de tenir avec Anas Alami, le directeur général de la CDG. Je dirais que nous allons être, quelque part, le premier projet de la vision 2020. Il s'agit de Yasmina dans le nord du Maroc, c'est le premier Resort international très haut de gamme. Nous allons travailler sur de nouveaux projets dans le sud du pays sur la côte atlantique. Ensuite, nous allons penser à d'autres projets, tels la rénovation des kasbahs qui est un projet porté par la CDG.. Ceci correspond à notre approche Club Med Découverte.

Nous y travaillons. C'était d'ailleurs l'objet de la réunion que je viens de tenir avec Anas Alami, le directeur général de la CDG. Je dirais que nous allons être, quelque part, le premier projet de la vision 2020. Il s'agit de Yasmina dans le nord du Maroc, c'est le premier Resort international très haut de gamme. Nous allons travailler sur de nouveaux projets dans le sud du pays sur la côte atlantique. Ensuite, nous allons penser à d'autres projets, tels la rénovation des kasbahs qui est un projet porté par la CDG.. Ceci correspond à notre approche Club Med Découverte.
Auriez-vous des partenariats avec d'autres opérateurs ?
La CDG est notre partenaire privilégie. Il est possible que pour d'autres projets, nous associerions d'autres partenaires, comme par exemple l'investisseur égyptien Orascom, notamment par rapport à notre projet au sud du Maroc, sur la côte Atlantique.
La CDG vous accompagne uniquement au Maroc ou le fait-elle aussi à l'international ?

La CDG vous accompagne uniquement au Maroc ou le fait-elle aussi à l'international ?
La CDG est très associée à la stratégie de développement du Club. Elle accompagne, par exemple, le groupe en Chine, pays appelé à devenir le plus grand marché touristique mondial. Le Club a pour vocation d'être le leader des Resorts haut de gamme (tout compris) en Chine. C'est pour cela que nous avons ouvert, le week-end dernier, notre premier village situé dans le nord de la Chine

La CDG est très associée à la stratégie de développement du Club. Elle accompagne, par exemple, le groupe en Chine, pays appelé à devenir le plus grand marché touristique mondial. Le Club a pour vocation d'être le leader des Resorts haut de gamme (tout compris) en Chine. C'est pour cela que nous avons ouvert, le week-end dernier, notre premier village situé dans le nord de la Chine
Le Club Med ambitionne d'y ouvrir quatre nouveaux villages d'ici 2015 pour avoir, à cette horizon, plus de 200.000 clients chinois, ce qui sera notre deuxième marché dans le monde. Bien évidemment, ces clients chinois, quand ils commenceront à voyager plus loin, nous ferons en sorte qu'ils viennent au Maroc
A l'international, Club Med a affiché une activité en recul, au terme des neuf premiers mois de 2010, qu'en est-il de vos réalisations au Maroc ?
Club Med, comme tous les opérateurs touristiques a subi les effets de la crise économique et financière mondiale, notamment durant l'année 2009 et le début de 2010. Seulement, aujourd'hui, une embellie commence à se dessiner. Déjà, on a constaté une légère croissance sur l'été 2010 et je suis confiant pour l'hiver qui vient. Il faut dire que pour le Club Med, la destination Maroc a bien résisté. Aujourd'hui, si on considère l'année 2010 close, on peut dire qu'on a reçu 100.000 clients, avec un taux d'occupation moyen sur l'ensemble de nos sites qui est proche de 75%. La particularité pour nous au Maroc, c'est qu'on a fait de Marrakech une destination à l'année. La ville a enregistré pour l'été un taux d'occupation qui dépassé les 80%.
En ce qui concerne l'investissement, quelle est l'enveloppe consacrée au Maroc ?
Ainsi, les enveloppes sont conséquentes et elles sont permanentes. Je tiens à souligner aussi que Club Med avait depuis le début pour objectif l'accompagnement de manière constante du développement du tourisme marocain tout en ayant une longueur d'avance sur les autres hôteliers opérant au Maroc

 

Etes-vous toujours accompagné dans vos ambitions par la CDG 

Une performance liée au fait que Marrakech est devenue une destination familiale. On n'a donc plus de saison à Marrakech, on a vraiment des clients toute l'année.

Pour les projets en cours, l'enveloppe pour cette année est très importante, avec près de 25 millions d'euros. On n'a pas encore défini les enveloppes futures, mais elles seront également importantes. Je tiens à signaler que durant les dernières années, plusieurs projets ont été financés au Maroc. Au niveau du village de Marrakech, la Palmeraie, on a dépensé près de 2 millions d'euros, uniquement pour la structure Enfants. Nous avons récemment rénové notre Spa à Agadir pour près de 1 million d'euros, sans parler de la rénovation du Club Med Agadir qui a coûté plus de 5 millions d'euros, il y maintenant 5 ans. Ceci, tout en sachant que la construction du village de Marrakech a nécessité près de 40 millions d'euros

Nous étions les premiers à Agadir, les premiers dans la relance de Marrakech, nous sommes également les premiers à avoir pensé à faire de Marrakech une destination aussi pour les familles et nous sommes parmi les premiers à investir massivement dans le Nord pour y réaliser des Resorts haut de gamme

Source : WEB  Par Nadia Benyouref | LE MATIN