Sahara La refonte de l’Agence du Sud est devenue nécessaire

Sahara La refonte de l’Agence du Sud est devenue nécessaire

Maroc | Par   Mohamed Jaabouk | 12 novembre 2010 à 7 h 48 min


Le roi a déclaré dans son discours du 6 novembre la création d’une nouvelle Agence pour les provinces du Sud. Une structure à même de répondre au mieux aux attentes des habitants de Tarfaya, Tan Tan, Guelmim, Assa, Tata et Sidi Ifni. Des régions qui n’arrivent toujours pas à un niveau de développement voulu par ses habitants.

mohamed jaabouk

Une nouvelle agence du Sud verra prochainement le jour. Une annonce qui a constitué l’un des moments phares du discours du roi Mohammed VI à l’occasion du 35e anniversaire de la Marche verte. «La création d’une nouvelle agence à vocation similaire, dont la compétence territoriale couvre le reste des provinces qui sont actuellement du ressort de l’Agence pour la promotion et ledéveloppement économique et social des provinces du sud du Royaume, ainsi que d’autres provinces de la région. L’entité ainsi créée aura pour mission de poursuivre le développement de cette zone, eu égard à la place toute particulière qu’elle occupe auprès de Notre Majesté», a dit le souverain. Une structure à même de répondre au mieux aux attentes des habitants de Tarfaya, Tan Tan, Guelmim, Assa, Tata et Sidi Ifni. Des régions que le Maroc a récupérées entre les années 50 et 60 du siècle dernier mais dont le niveau de développement reste moindre par rapport à certaines autres villes du Sud. Mohamed Talib, membre du Corcas, assure que «depuis la récupération des provinces du Sud en 1975, l’Etat marocain a consenti un effort considérable pour une réelle mise à niveau des infrastructures au Sahara». Avec la création de cette nouvelle agence, Tarfaya ou encore Sidi Ifni, auront peut-être la chance d’être touchées par la grâce du développement au même titre que Laâyoune, sachant que les attentes des habitants de ces régions se font de plus en plus pressantes. La situation sociale est tendue et la création de cette nouvelle agence pourrait l’atténuer. Seule condition, tirer bénéfice de l’expérience et des difficultés rencontrées par l’agence actuelle. Sur ce registre, Mohamed Talib appelle de ses vœux pour que «la compétence soit l’élément majeur au moment du choix des représentants de cette nouvelle agence». La ville de Smara devra rester dans le giron de l’ancien agence du Sud présidée par Ahmed Hajji. Du coup, est attendu un nouveau découpage administratif et territorial pour détacher Smara de son appartenance à la province de Guelmim. «Ce qui a présidé à la création de la nouvelle structure demeure le souci de renforcer la présence de l’agence du Sud dans la zone de Sakia El Hamra et Oued Eddahab afin qu’elle se concentre en priorité sur le développement humain, une intégration des ralliés et leur insertion dans le tissu économique et social de la région», conclut Mohamed Talib.

Source : WEB  Par Le Soir