Environnement marin

Environnement marin

«Le Maroc engagé pour la sauvegarde»

  \"http://www.lematin.ma/Images/Picto/flecheRouge.gif\" Publié le : 30.03.2011 | 08h01         

 

Benkhadra : «Le Maroc, résolument engagé à sauvegarder l'environnement marin au niveau maghrébin et euro-méditerranéen».

 

 

 

 

 

 

 

\"http://www.lematin.ma/Images/pixel.gif\"

La ministre de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement, Amina Benkhadra, a réaffirmé mardi à Marrakech l'engagement ferme du Maroc pour la sauvegarde de l'environnement marin au niveau maghrébin et euro-méditerranéen


«Le Maroc est résolument engagé pour la sauvegarde de l'environnement marin au niveau maghrébin et euro-méditerranéen», a déclaré Benkhadra à l'ouverture dans la ville ocre des sessions de printemps des organes directeurs des Fonds internationaux d'indemnisations des dommages dus à la pollution par les hydrocarbures (Fipol, basé à Londres)


Au niveau international, le Maroc est un partenaire actif dans l'élaboration de la politique mondiale pour le développement durable et un promoteur de la coopération sud-sud, a dit la ministre devant les représentants de 46 pays venus de tous les continents pour prendre part à l'édition de cette année des sessions de printemps des Fipol, organisée au Maroc à l'initiative de l'ambassadeur du Maroc en Grande-Bretagne, Chrifa Lalla Joumala


Mme Benkhadra a tenu, à cette occasion, à exprimer la reconnaissance des participants à Chrifa Lalla Joumala, pour son engagement dans cet important dossier, «témoignage de l'intérêt qu'elle porte au développement et au renforcement des relations étroites que le Maroc entretient avec les organisations internationales en général et les instances maritimes basées à Londres en particulier»


La ministre a relevé que l'ouverture du Maroc sur deux façades maritimes lui confère une position géographique majeure dans l'intense trafic maritime au large de ses côtes atlantiques et méditerranéennes


Cette situation favorable à la vocation maritime du Maroc et sa grande contribution au commerce international n'est pas cependant exempte de risques d'accidents pouvant engendrer des pollutions majeures, a-t-elle dit


En dépit des efforts déployés par les Etats pour parer aux risques des pollutions maritimes, les menaces persistent toujours comme en témoigne la marée noire provoquée par l'incident du pétrolier Hebei Spirit au large de la Corée du Sud, a-t-elle noté


Elle a rappelé que le Maroc a échappé de justesse à une pollution du même ordre à la suite de l'explosion en 1989 au large de ses côtes atlantiques du pétrolier Kharg et la collision du pétrolier Sea Spirit près des côtes méditerranéennes


«Ces deux événements qui ont failli causé une catastrophe écologique dont les conséquences auraient été lourdes pour le pays, ont eu au moins le mérite d'attirer l'attention sur les dangers qui guettent une zone maritime fréquentée par de nombreux pétroliers et autres navires de transport de produits dangereux qui traversent chaque jour le détroit de Gibraltar et sillonnent les eaux marocaines», a indiqué la ministre


Elle a expliqué que ces accidents, qui auraient pu causer des dégâts au potentiel halieutique national, aux sites touristiques uniques, à la diversité écologique du littoral, ont permis au Maroc de prendre la mesure de l'ampleur des conséquences néfastes que de tels incidents pourraient causer à des secteurs stratégiques pour le développement socioéconomique du pays comme la pêche maritime et le tourisme


«C'est pourquoi le Maroc a été parmi les premiers pays à adhérer aux conventions internationales pertinentes sur la sécurité de la navigation et la pollution marine», a soutenu Benkhadra, relevant que, dans le sillage de son action au sein des Fipol, le Maroc, qui est membre du Fonds de 1992, a adhéré au Fonds complémentaire de 2005 pour rejoindre les 27 pays l'ayant adopté à ce jour


A cet égard, elle a fait observer que le Royaume a déployé d'importants efforts, sous l'égide de S.M. le Roi Mohammed VI, afin de garantir une mer propre, une navigation sûre ou l'élément humain joue son rôle d'acteur tant au niveau institutionnel qu'à celui des ONG.

«La question de la protection de l'environnement et du développement durable est, au Maroc, une volonté politique au plus haut niveau de l'Etat et une action solidaire de toutes les forces de la Nation qu'on ne peut dissocier de la mouvance mondiale pour la sauvegarde de notre planète», a-t-elle enchainé, évoquant, à cet effet, une série d'actions et de programmes lancés depuis plus d'une décennie, dont la charte nationale de l'environnement et du développement durable et de nombreux textes de loi relatifs à l'eau, à l'environnement et au littoral.

La décision d'organiser ces sessions à Marrakech a été prise à l'unanimité des Etats membres de cette institution, réunis lors de leur session d'automne, organisée à Londres du 18 au 22 octobre 2010


La rencontre de Marrakech traitera de plusieurs questions relatives aux dossiers d'indemnisations des victimes de pollutions marines par les hydrocarbures et examinera des pistes d'amélioration du régime d'indemnisation mis en place par les Fipol.

Source : web par  MAP