De dysfonctionnement en dysfonctionnement

De dysfonctionnement en dysfonctionnement

Rapport sur le logement, le transport, la circulation, le tourisme

Un rapport réalisé par le Forum de la citoyenneté met le doigt sur les différents dysfonctionnements dont souffre la métropole.

Le cinéma Verdun fait piètre figure, au centre de la métropole.

La métropole souffre de plusieurs maux dont les répercussions pèsent sur son développement. Établi par le Forum de la citoyenneté, un rapport passe au peigne fin les problèmes du foncier, du logement, des transports en commun, de la circulation, des espaces verts et de la pollution, entre autres.

Ainsi, les terrains bâtis ont connu ces 20 dernières années une évolution estimée à 13 000 ha, soit une augmentation annuelle comprise entre 200 et 300 ha.

Le défi que suscite cette évolution consiste à préserver le patrimoine architectural authentique, parmi lequel figurent l’ancienne Médina et le quartier des Habous, sachant que le patrimoine architectural européen du centre-ville connaît une dégradation continue.

Parallèlement, répondre aux besoins en logement est une affaire qui n’est pas gagnée d’avance, dans la mesure où l’évolution démographique que connaît la métropole nécessite la construction de 24 à 28 000 unités par an.

Le parc immobilier et automobile

De surcroît, il y a également nécessité de combattre l’habitat insalubre, qui représente quelque chose comme 267 000 unités.

Sur le plan de la circulation, le Plan de déplacement urbain (PDU) fait ressortir que le nombre de voitures particulières passera de 320 000 actuellement à 1,3 million à l’horizon 2030.

Le nombre de véhicules devra croître de 83% en 2019, alors que ce chiffre peut être revu à la baisse (61%) si des efforts sont consentis sur les transports en commun. À ce propos, et ce n’est un secret pour personne, le rapport note que le réseau de transport public connaît des défaillances flagrantes. «Près d’un million de Casablancais se déplacent moyennant les transports publics, soit un bus pour 3 600 personnes.

Aussi, la vétusté du parc est telle que la moyenne d’âge des véhicules est de plus de 6 ans », souligne le rapport.

Le volet touristique et culturel

En ce qui concerne le secteur touristique, on rappelle la troisième position qu’occupe la métropole après Marrakech et Agadir. Le tourisme d’affaires culmine en tête (65-70%), tandis que le tourisme culturel demeure faible, du fait que les sites historiques que recense la métropole se comptent sur les doigts de la main. «Il s’avère ainsi vital de réaliser des infrastructures dédiées à la culture, comme les musées, les théâtres, etc., afin d’encourager ce genre de tourisme et inciter les visiteurs à prolonger la durée de leur séjour», indique-t-on.

Les espaces verts

Par ailleurs, le rapport met à l’index le manque flagrant en espaces verts, dont le nombre demeure en deçà de la moyenne requise, vu que le Casablancais ne dispose que d’un mètre carré, alors que la moyenne fixée par l’Organisation mondiale de la santé est de 10 mètres carrés par habitant. Autant dire que la métropole est loin de satisfaire aux impératifs auxquels souscrivent les grandes villes dignes de ce nom. De véritables défis à relever !

________________________________________

Pollution

Selon le rapport réalisé par le Forum de la citoyenneté, la métropole produit annuellement 52 100 tonnes de déchets industriels, ce qui représente 42% de l’ensemble de la production à l’échelle nationale.

 

Ces déchets contiennent beaucoup de produits dangereux, en plus des déchets produits par les hôpitaux et autres centres de santé. Parallèlement, une partie du littoral casablancais est toujours polluée par les eaux usées, domestiques et industrielles.

«Chaque individu produit entre 150 et 300 litres d’eaux usées par jour qui peuvent, de manière générale, contenir plus d’un milliard de bactéries par litre. De même, les eaux usées produites par les unités industrielles contiennent des produits chimiques. Ces rejets en mer empoisonnent le littoral et menacent les ressources halieutiques», conclut le rapport.

Publié le : 25 Avril 2012 –

SOURCE WEB Par  Abdelhakim Hamdane, LE MATIN