LES TOURISTES VIENNENT D’ABORD POUR LE SOLEIL

LES TOURISTES VIENNENT D’ABORD POUR LE SOLEIL

Près de la moitié sont des fidèles du Maroc

Les voyageurs en solo, les plus nombreux

Le bouche-à-oreille fonctionne mieux qu’Internet

 Les touristes étrangers préfèrent de plus en plus préparer eux-mêmes leurs voyages en s’informant dans leur entourage ou en faisant des recherches sur Internet. En quête de découverte et d’aventures, ils tendent également à se déplacer sans réservation préalable. Les deux tiers d’entre eux échappent aux réseaux des voyagistes

Le plus grand nombre de touristes qui visitent le Maroc est formé d’employés et de techniciens. C’est ce que révèle l’étude sur le suivi de la demande touristique que vient de publier l’Observatoire du tourisme. Leur part dans le total des arrivées ne cesse d’augmenter passant de 35% en 2009 à 42% en 2011. Les cadres et dirigeants viennent en 2e position, avec une part de 28% (35% en 2009). Les retraités, plus nombreux à opter pour les campings, ne représentent que 13% des arrivées, les employés et ouvriers 7% et les étudiants 6%. Du côté des MRE, ils sont, sans surprise, en majorité des employés et techniciens (46%) et des agriculteurs et ouvriers (25%). Les cadres et dirigeants ne représentent que 7% du total des arrivées. Autre particularité, près des trois quarts des touristes visitant le Maroc sont des voyageurs en solo (39%) ou des couples sans enfant (37%). Quant aux adultes avec enfants, ils viennent en 3e position (13%). Près de la moitié visitent le Maroc pour la première fois. Selon l’Observatoire du tourisme, sur ce segment, plutôt volatil, le taux de retour au Maroc n’est que de 10%. La deuxième moitié de voyageurs, plus «fidèle», et formée de personnes ayant visité le Maroc plus de 2 fois. Près du quart sont déjà venus durant l’année précédant leur séjour. Les habitués effectuant des voyages fréquents au Maroc représentent 12% des étrangers et 44% des MRE. Ces derniers ont accédé à une plus forte mobilité grâce au low cost.

Manifestement, c’est le bouche-à-oreille qui fonctionne le mieux pour le Maroc, puisque 41% des touristes y viennent suite à une recommandation d’amis ou de membres de la famille. Internet aussi devient l’un des principaux prescripteurs auxquels les touristes recourent pour préparer leur voyage. Un peu plus du quart des voyageurs ont cherché des informations concernant le pays sur le web. C’est la raison pour laquelle l’ONMT réserve aujourd’hui quelque 55% de son budget aux actions promotionnelles sur le Net. Viennent ensuite les médias (14%) et les agences de voyages (13%), de plus en plus contournées. Néanmoins, 39% des touristes étrangers continuent de passer par les voyagistes pour l’organisation de leur voyage. Près du tiers voyagent sans réservation préalable et 28% avec une réservation directe chez un hébergeur

Le premier motif de voyage au Maroc n’a rien à voir avec la culture ou l’histoire du pays qui demeurent, il faut le dire, assez mal «vendus». La première motivation des touristes est en fait le climat! 38% des touristes choisissent le Maroc pour son… soleil. Le deuxième motif a trait au dépaysement (22%) suivi du coût du voyage (13%) et de la proximité (11%). Les Italiens sont les plus regardants sur le coût, tandis que les Anglais et les Allemands sont les plus sensibles au climat. Les Anglais sont également ceux qui cherchent le plus à être dépaysés.
En termes d’activités, les visites culturelles sont les plus prisées (86% des étrangers et 85 des MRE), suivies des activités balnéaires (43% des TES et 49% des MRE). Ce qui conforte le choix du Maroc de devenir, à l’image de la Turquie, une destination à la fois culturelle et balnéaire. Les randonnées en montage et découvertes de l’arrière-pays se classent troisièmes (19% des TES et 15% des MRE), tandis que le désert et le sport restent encore marginaux.

Français et Allemands, les plus satisfaits

D’après l’enquête de satisfaction de l’Observatoire du tourisme, 93% des touristes étrangers sont satisfaits à très satisfaits de leur séjour au Maroc. Près de 82% prévoient d’y revenir. Les plus satisfaits sont les Français et les Allemands, suivis des Italiens et des Espagnols. Ils sont généralement séduits par la spécificité de l’accueil, la cordialité des habitants, ainsi que par le mélange entre la modernité et la tradition marocaine. Du côté des insatisfaits, harcèlement commercial, pollution et mendicité sont cités.

Côté mobilité, la tendance est en train de s’inverser. Plus de la moitié des vacanciers (54%) préfèrent passer leurs séjours entre plusieurs villes au lieu de rester dans un même endroit, comme ce fut le cas par le passé. Pour leurs déplacements, les touristes recourent le plus souvent au bus, notamment dans le cadre de voyages organisés.
Les touristes étrangers choisissent aussi, en majorité (86%), des hébergements marchands, et

 plus particulièrement dans des établissements classés (60%). Les MRE, en revanche, résident chez leurs familles ou dans des résidences secondaires (91%). La durée de séjour des étrangers est de près d’une semaine, contre 17 jours pour les MRE. A noter que ces derniers ont tendance à réduire leurs séjours qui sont passés de 19,6 jours en 2010 à 17 jours en 2011.


Globalement, en 2011, le Maroc a reçu environ 4,9 millions de touristes étrangers et 4,4 millions de MRE, en plus de quelque 442.000 croisiéristes, soit un total de plus de 9,7 millions d’arrivées. Les Français (36%) et les Espagnols (14%) sont toujours dominants, même si leurs parts sont en repli.

Viennent ensuite les ressortissants du Benelux (9%), les Anglais (7%) et les Italiens (4%). Les arrivées des étrangers s’opèrent pratiquement toute l’année présentant une faible saisonnalité. En revanche, les MRE affluent en masse durant l’été. Les premiers choisissent dans la plupart des cas (plus de 80%) l’avion comme mode de transport. Environ 35% d’entre eux arrivent en mode low cost. Les MRE aussi privilégient le transport aérien (48% en 2011) et recourent de plus en plus au low cost (41%).

Sur le total des arrivées, seulement 4% s’effectuent pour des raisons professionnelles (84% pour le loisir).

En somme, touristes étrangers et MRE ont passé près de 17,7 millions de séjours au Maroc en 2011. Ils ont également réalisé 114 millions de nuitées. Ce qui représente un pactole de 81 milliards de dirhams, dont 59 milliards dépensés pour les séjours et 14 milliards pour le transport international. Quelque 8 milliards sont attribués à l’hébergement non marchand.
A noter que l’apport du tourisme interne pour les différentes régions du Maroc est également important. Il est estimé à 22 milliards de DH.


Selon l’Observatoire du tourisme, l’hébergement est le premier poste de dépenses dans les budgets des touristes. Il représente 44% des dépenses des voyageurs séjournant en hébergement marchand. Il draine, par ailleurs, 25% du total des recettes touristiques. Les touristes étrangers sont les plus «rentables». Même s’ils n’assurent que 34% des nuitées touristiques, puisqu’ils fournissent 62% des recettes.

Marrakech, toujours en haut du podium

Marrakech, avec ses près de 2,7 millions de séjours en 2011 (près de 17,7 millions sur tout le Maroc) est de loin la destination préférée des touristes étrangers. Elle est suivie de Agadir, Casablanca et Rabat. C’est aussi la ville qui enregistre les plus fortes dépenses (1.154 DH en moyenne par jour), suivie de Casablanca (1.411 DH) et Agadir (1.010 DH). Les MRE, eux, préfèrent Nador, Tétouan, Fès puis Rabat. Mais ils dépensent plus à Marrakech et Casablanca (378 DH), ainsi qu’à Rabat et Tanger.

SOURCE WEB Par  Ahlam NAZIH L’EconmisteTags : recherches sur Internet-réservations préalables- voyageurs en solo-couples sans enfants-couples avec enfants-hébergement marchand-hébergement non marchand-tourisme interne- tourisme et soleil Maroc-