Tiznit Destruction de gravures rupestres vieilles de plus de 2000 ans

   Tiznit     Destruction de gravures rupestres vieilles de plus de 2000 ans

 

Des dalles portant des gravures rupestres vieilles de plus de 2000 ans, situées dans le site de "Boutarigt" (province Tiznit), ont fait récemment l'objet d'acte de destruction volontaire, indique-t-on auprès du Centre national du patrimoine rupestre (CNPR).

"Des actes de destruction volontaire sont bel et bien clairs tout autour d'une grande dalle portant des sujets gravés dans le site de Boutarigt", indique jeudi un communiqué du Centre.

La même source soutient que "si le délit est bien commis par des professionnels, au regard des moyens importants utilisés pour l'enlèvement de la pierre, rien n'indique quels en sont les objectifs : vol, recherche de trésors, destruction abusive".

Le communiqué précise que les dalles, objet de ces actes de destruction, portent des gravures qui datent de la période dite amazighe (au moins 2000 ans avant JC), selon la chronologie de l'art rupestre telle que reconnue au Maroc et en Afrique du Nord, étant donné les sujets et les techniques utilisées : quadrupèdes (équidés), cavaliers, de petite taille, gravés par une technique de piquetage d'une patine totale.

Le site de Boutarigt, théâtre de ces actes, fait partie d'un ensemble de sites d'art rupestre dans la province de Tiznit dont le nombre dépasse 13 concentrations, rappelle le CNPR, ajoutant que le site d'Oukass est la plus riche station avec un nombre considérable de gravures.

Suite à ces actes, une délégation composée de cadres du CNPR, des élus locaux et de la société civile a été dépêchée sur les lieux le vendredi 26 juillet afin d'évaluer les dommages qu'a subis le site.

Après avoir établi le constat des lieux, ladite délégation a lancé un appel aux différents services concernés en vue de prendre les mesures indispensables pour la sauvegarde et la préservation des sites d'art rupestre de la région.

Elle a aussi appelé les autorités locales à ouvrir une enquête sur cet incident afin d'identifier les responsables présumés de la destruction du site de Boutarigt et le ministère de la Culture à œuvrer pour mieux assurer la protection des sites du patrimoine rupestre à travers l'achèvement de son inventaire général, la mise à disposition des moyens nécessaires aux services concernés pour mener des études et réaliser des projets de protection et de valorisation.

 

SOURCE WEB Par Toutsurlemaroc

Tags : destruction volontaire- site de Boutarigt- actes de destruction- gravures rupestres vieilles de plus de 2000 ans - province de Tiznit- CNPR- ministère de la Culture- mener des études et réaliser des projets de protection et de valorisation-