Réf : 3_région_1_1 Titre : Tourisme 1er semestre et été 2013, satisfécit mesuré «Globalement, les indicateurs de l’activité touristique sont c

 Réf : 3_région_1_1 Titre :   Tourisme 1er semestre et été 2013, satisfécit mesuré «Globalement, les indicateurs de l’activité touristique sont c

 

\"http://www.leseco.ma/images/stories/936/rabat.jpg\"«Globalement, les indicateurs de l’activité touristique sont certes encourageants, mais ils restent insuffisants par rapport aux objectifs prévus, eu égard au potentiel et aux atouts de notre destination et prenant en considération les opportunités qui nous sont offertes compte tenu du contexte économique et politique actuel».

 C'est ainsi qu'Ali Ghannam, président de la Fédération nationale du Tourisme (FNT)  résume le sentiment le plus partagé chez les professionnels du tourisme à l’issue du premier semestre de l’année en cours. Ils se disent «satisfaits» parce que l’activité a connu une nette progression par rapport à la même période en 2012 (voir interview du ministre du Tourisme), mais «vu le potentiel important» dont dispose le royaume, des professionnels ne manquent d’exprimer un certain regret. La perte de vitesse que connaissent actuellement certaines destinations concurrentes comme la Tunisie et l’Égypte constitue «une opportunité» pour le royaume, qui à leurs yeux, ne l’exploite pas pleinement. Alors que le ministre du Tourisme explique la reprise de l’activité touristique par «la bonne communication» menée à l’étranger, les professionnels pointent du doigt son insuffisance. «On ne se donne pas les moyens d’une croissance importante malgré un contexte aussi favorable», constate Hamid Ben Tahar, président du Conseil régional du Tourisme de Marrakech. Les moyens «limités» de l’Office national marocain du Tourisme (ONMT) continuent d’irriter les acteurs sur le terrain qui n’hésitent pas à parler de «manque de visibilité», malgré les bons chiffres réalisés lors des six premiers mois de l’année.


S’adapter au ramadan

Pour le reste de la saison, la tendance se maintient. Une poursuite de la hausse des arrivées est attendue. Le département de tutelle table même, au terme de cette seconde moitié de l’année, sur une hausse globale de l’activité de l’ordre de 4 à 5%. Encourageant, mais toujours insuffisant aux yeux des professionnels. «Nous aurons certes une croissance, mais celle-ci se limitera à un seul chiffre, alors que nous pouvons faire plus si les moyens sont mis à disposition», soutient Ben Tahar. Avec les ambitions affichées du nouveau directeur de l’ONMT, l’espoir est permis dans ce sens. Un travail intensif de communication et de promotion doit en effet être mené pour mieux attirer les visiteurs. Des visiteurs dont le flux connaît une importante chute pendant le ramadan. Un mois «compliqué», fait-on savoir auprès des propriétaires d’établissements hôteliers. Ce ralentissement est tout de même assez logique, en raison des spécificités du mois de jeûne. Le défi est surtout de réussir à adapter l’offre. Un pari réussi ailleurs, dans des pays comme la Turquie, où l’on propose des packages ramadan. Dans le royaume, les professionnels s’activent également, mais «c’est un travail de longue haleine» qui tarde à donner ses fruits.

«Depuis deux ans, nous essayons de nous adapter. Des efforts importants sont fournis pour améliorer l’offre pendant le ramadan, mais il faut reconnaître que nous devons encore patienter avant de parvenir aux résultats attendus», se résigne Hamid Ben Tahar. Conséquence, la période du ramadan casse le rythme soutenu qui a prévalu les trois derniers mois qui l’ont précédée, après un début d’année «difficile».

Les Français au premier rang

Si le royaume a réussi a attirer des touristes issus de «nouveaux marchés émergents» comme la Russie, la Pologne ou encore les pays arabes, le marché français continue d’être le premier pourvoyeur de touristes pour la destination Maroc. Le Syndicat français des agences de voyages (SNAV) vient à son tour confirmer cette réalité en publiant les tendances du flux touristique des visiteurs français durant le mois de juin. Comparées à juin 2012, celles-ci s’inscrivent en baisse de 10% en passagers, et de 6% en volume d’affaires. Ce repli est surtout notable au niveau des destinations «moyen courrier», en baisse de 5,5%. «Le Maroc arrive cependant à se hisser parmi les destinations qui ont le moins souffert de cette tendance avec une baisse de -2%», note le communiqué du SNAV. L’Espagne (-3%) et la Grèce (-2%) sont également orientées à la baisse, indique le syndicat des voyagistes français, qui s’inquiète de la baisse «sensible» des réservations concernant la Tunisie (-19% en nombre de passagers) à la veille de la saison estivale. Quant aux départs «moyen courrier», ils sont en hausse 6,5%. Vers le Maroc, on parle d’une «augmentation conséquente» de 16%, loin devant l’Espagne et l’Italie, également orientés à la hausse, mais à seulement +6% en nombre de passagers, alors que la Tunisie connaît une forte baisse de 32%. Enfin, le SNAV indique que la tendance des réservations de dernière minute pour la destination Maroc s’accentue considérablement. Pour les départs de juin 2013, 36% des réservations ont été faites à moins d’un mois du départ.

Lahcen Haddad,

Ministre du Tourisme.

La reprise est le fruit d’une bonne communication

Les ÉCO : Comment se présente la saison touristique au terme du premier trimestre de l’année?
Lahcen Haddad : La saison touristique se déroule assez bien. Nous avons enregistré une hausse de 3% des arrivées et des recettes. En ce qui concerne les nuitées, la hausse est estimée à 10%. Nous sommes donc sur le bon chemin, bien que le ramadan marque un ralentissement de l’activité. C’est une conjoncture habituelle et compréhensible. Nous espérons que le flux reprendra juste après la fin du ramadan. Je crois qu’août et septembre seront des mois exceptionnels. Je pense également que nous allons terminer l’année sur une bonne croissance, de l’ordre de 4 à 5% concernant les arrivées. Par ailleurs, il faut souligner que les mois de juin et de juillet ont été marqués par une baisse des arrivées par voie terrestre des Marocain résidant à l’étranger. Cependant, nous avons noté une hausse de 12% des arrivées par l’aérien durant les six premiers mois de 2013.

 

Selon-vous, quelle seraient les causes de cette reprise?

La reprise s’explique surtout par le fait que nous avons bien communiqué sur la destination Maroc. Le royaume bénéficie d'une stabilité que les autres pays touchés par les évènements liés au «printemps arabe» n'ont pas. Nous avons une stabilité politique mais aussi économique. Je crois également que cette reprise est le fruit d’une bonne communication sur la diversité de l’offre touristique marocaine: la mer, la culture, et les produits «nature». De même, il y a lieu d’ajouter une chose importante, le Maroc constitue une valeur sûre pour beaucoup de gens. Enfin, nous avons aussi entrepris des actions de communication sur des marchés émergents et sur des marchés classiques. Nous avons ainsi pu maintenir nos parts dans des marchés classiques, mais nous avons en même temps investis des marchés nouveaux et enregistré des progressions importantes, notamment sur les marchés russe, polonais et des pays arabes. 

La signature des contrats-programmes touristiques régionaux (CPR) se poursuit. Pensez-vous que le contenu des CPR répond aux attentes des professionnels au niveau local?
Bien sûr qu’il coïncide avec les attentes des professionnels locaux, sachant que ce sont ces derniers qui les ont proposés. Nous n’avons rien inventé. Nous avons juste validé les projets qui ont été présentés sur le plan local. Cela coïncide donc avec les attentes locales. Nous en avons signé 10, il nous en reste 6 qui le seront à la rentrée. Ces contrats-programmes nous permettent d’avoir une feuille de route pour aller de l’avant dans la concrétisation et l’opérationnalisation de la Vision touristique à l’horizon 2020. 

Où en est-on par rapport au Plan Azur et à la restructuration de la Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT)?

Il y a lieu de reconnaître que le Plan Azur a pris un peu de retard. Nous sommes en train de reconstituer le tour de table pour certains projets, alors que d’autres ont démarré cette année. C’est le cas du projet de Taghazout. Nous allons très bien tôt démarrer la deuxième phase du projet de Saïdia. Quant à Mogador et Lixus, nous sommes en train de les reprendre. 
Ce sont des projets auxquels nous donnons la plus grande importance. Avec la conjoncture économique difficile que nous vivons actuellement, les investisseurs se font de plus en plus rares, mais nous allons essayer de reprendre la main sur ces projets. Quant à la SMIT, sa restructuration est en cours. Nous travaillons dessus.

Point de vue

Ali Ghannam,

Président de la FNT.

L’activité touristique du mois de juillet a dû être affectée par le glissement de 10 jours supplémentaires, mais ce glissement peut être récupéré, en termes relatifs, sur le cumul des 2 mois (juillet et août, par rapport à l’année précédente). Il n’en demeure pas moins qu’un manque à gagner considérable est constaté du fait de la coïncidence du mois sacré du Ramadan et de la pleine période estivale, la période de la haute saison étant sensiblement raccourcie. Les analyses réalisées par jours d’arrivées dans les hôtels montrent clairement un renversement de tendance qui peut aller de 25 à 30% des nuitées. L’effet du Ramadan est plus marqué au niveau du tourisme interne puisque le repli des arrivées des résidents dans les hôtels peut s'élever jusqu’à 45%. La dépense moyenne par touriste et par séjour est également en baisse, notamment au niveau des services hors hébergement (restauration, bar/café, animation et shopping). À la Fédération nationale du tourisme, nous avons soumis quelques propositions pour fidéliser ce segment de touristes : Communiquer la liste des restaurants ouverts pendant la journée. Élaborer un guide à destination des touristes et des intermédiaires, expliquant les traditions et les coutumes du mois sacré. Concevoir un produit Ramadan qui mettra en valeur l’expérience unique et enrichissante qu’offre ce mois. Développer de l’animation pendant le mois sacré, ou encore concevoir un produit Ramadan qui mettra en valeur l’expérience unique et enrichissante qu’offre ce mois. Pour les professionnels, il est primordial de renforcer considérablement les moyens financiers et humains de l’office avec une profonde mutation, afin qu’il puisse mettre en œuvre rapidement des dispositifs tactiques, dans l’objectif d’améliorer l’efficacité de ses actions et de réaliser à terme une croissance à deux chiffres des arrivées et des recettes touristiques, ainsi que d’œuvrer pour l’amélioration des nuitées et des taux d’occupation dans les établissements d’hébergement. Notre pays en a les possibilités, et c’est un engagement que nous avons pris avec le nouveau directeur général de l’ONMT.

le 4 août 2013 15:00

SOURCE WEB Par Oumar Baldé LesEcos

Tags : Ali Ghannam, président de la Fédération nationale du Tourisme (FNT)-  Hamid Ben Tahar, président du Conseil régional du Tourisme- Zouiten, nouveau directeur de l’ONMT- Les Français au premier rang- S’adapter au ramadan- Lahcen Haddad, Ministre du Tourisme- L’effet du Ramadan- œuvrer pour l’amélioration des nuitées- taux d’occupation dans les établissements d’hébergement-