Tourisme La formation hôtelière a le vent en poupe

Tourisme  La formation hôtelière a le vent en poupe

• Casablanca dispose de plusieurs écoles privées et centres dans le domaine de la formation hôtelière et touristique.

• Les grands projets en construction dans la ville, notamment celui de la Marina, présentent de réelles opportunités d’emplois pour les jeunes lauréats des écoles hôtelières.

Les jeunes trouvent dans la formation hôtelière de véritables opportunités professionnelles.

S’il y a une destination touristique qui prend de l’ampleur, c’est bien Casablanca. Alors qu’il y a une dizaine d’années, ses infrastructures hôtelières étaient pratiquement à l’arrêt et même en régression, la capitale économique est aujourd’hui en train de redorer son blason.

Le tourisme est porteur d'emplois, d’autant plus qu’il s’agit d’un secteur sur lequel le Maroc parie pour booster sa croissance. Il participe déjà à hauteur de 10% du PIB et emploie près de 600 000 personnes, selon la Fédération nationale du tourisme (FNT). D’ici à 2020, le secteur pourrait compter près d’un million de postes. Chaque année, 14 000 nouveaux lits sont créés. Ce qui représente beaucoup d’opportunités pour les jeunes, notamment à Casablanca, qui n’est pas une ville touristique à proprement parler. Selon Nabil Kouhen, directeur général de l’École hôtelière de Casablanca (EHC), qui opère sous licence de l’École hôtelière de Genève, le secteur hôtelier est aujourd’hui très demandeur de main-d'œuvre qualifiée. «Casablanca est en pleine croissance économique et touristique.

La Marina et les autres projets en cours le confirment», annonce Nabil Kouhen. Et d’ajouter «qu’actuellement il y a déjà une pénurie de main-d'œuvre qualifiée».

Au Maroc, il existe aujourd'hui plus de 116 établissements qui œuvrent dans le domaine de la formation professionnelle touristique et hôtelière. Trois opérateurs de formation alimentent le marché du travail en lauréats : le ministère du Tourisme, l’OFPPT et les établissements privés.

À cet égard, le ministère du Tourisme compte 11 instituts et 4 centres de qualification professionnelle
Cependant, Casablanca offre aussi un grand choix d’écoles privées, toutes offrant des formations hôtelière et touristique. L’EHC, La Toque Blanche, l’Institut spécialisé des métiers de tourisme

Pas moins de 20 écoles privées, situées dans tout Casablanca, ouvrent leurs portes aux bacheliers désireux de faire une carrière dans le domaine de l’hôtellerie. Il existe aussi des centres de qualification, qui délivrent leurs diplômes après deux ans de formation. Un de ces CQPHT (Centre de qualification professionnelle hôtelière et touristique) est installé à Casablanca.

Ce centre est destiné aux jeunes élèves de la neuvième année de l’enseignement fondamental ou des première et deuxième années de l’enseignement secondaire. Il dispense une formation générale, technique et technologique, étalée sur une période de deux ans. Les élèves apprennent, au centre, les métiers d’hôtellerie et de restauration, notamment la pâtisserie et la boulangerie, la cuisine ainsi que la restauration. 

Outre la formation résidentielle, le CQPHT assure aussi la formation par apprentissage au profit des employés des établissements hôteliers. Les bénéficiaires de cette formation passent 80% de leurs heures de travail dans les unités hôtelières. Ils peuvent suivre des cours théoriques et pratiques au CQPHT.

Pour les jeunes étudiants qui ont choisi une formation dans une des écoles privées de Casablanca, la durée de formation varie selon l’école. 

Notons que l'OFPPT (Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail) possède également des unités de formation en hôtellerie-restauration.

Un établissement à Casablanca est concerné. Il s’agit de l’Institut de technologie appliquée (ITA) qui dispense des formations aussi variées que la gestion ou la maintenance hôtelières ou par la boulangerie-pâtisserie et la cuisine.

Quels débouchés pour les étudiants à Casablanca ?

Selon le directeur général de l’EHC, les étudiants intègrent le marché de l’emploi avec une grande aisance et un choix assez large, du fait des nombreux projets de construction d’unité hôtelière en cours dans la ville. «Nous recevons beaucoup d’offres d’emploi et nous ne pouvons toutes les satisfaire. Les responsables de recrutement prennent contact avec nous avant la sortie des étudiants de l’EHC et nous organisons des rencontres pour une meilleure orientation», nous explique Nabil Kouhen. Selon lui, le marché est encore à prendre pour les écoles d’excellence. «L’EHC est compte aujourd’hui parmi les leaders dans son domaine. Cette reconnaissance est surtout confirmée par les grands hôtels qui sont les principaux recruteurs», affirme-t-il. Le nombre des diplômés de l’EHC pour la première promotion était de 15, et cette année il y a eu 42 entre les deux niveaux. L’école devra livrer encore pour l’année prochaine plus de 50 diplômés entre les Bachelors et les techniciens.

Publié le : 24 Octobre 2013 –

SOURCE WEB Par D. S., LE MATIN

Tags : Le tourisme est porteur d'emplois- Il participe déjà à hauteur de 10% du PIB et emploie près de 600 000 personnes, selon la Fédération nationale du tourisme (FNT)- Chaque année, 14 000 nouveaux lits sont créés- Casablanca est en pleine croissance économique et touristique- actuellement il y a déjà une pénurie de main-d'œuvre qualifiée- Au Maroc, il existe aujourd'hui plus de 116 établissements qui œuvrent dans le domaine de la formation professionnelle touristique et hôtelière- le ministère du Tourisme compte 11 instituts et 4 centres de qualification professionnelle- CQPHT (Centre de qualification professionnelle hôtelière et touristique)- L’EHC, La Toque Blanche, l’Institut spécialisé des métiers de tourisme-