TOURISME COUPE BUDGÉTAIRE LES DÉPUTÉS MONTENT AU CRÉNEAU

 TOURISME  COUPE BUDGÉTAIRE  LES DÉPUTÉS MONTENT AU CRÉNEAU

ILS REDOUTENT L’IMPACT NÉGATIF DE LA BAISSE SUR LA VISION 2020

LES ASSURANCES DE HADDAD N’ONT PAS CALMÉ LES DÉPUTÉS

TOUTEFOIS, UN BILAN POSITIF POUR LES HUIT PREMIERS MOIS DE 2013

Source: Ministère du Tourisme La baisse du budget du ministère du Tourisme impose une diminution des enveloppes réservées aux établissements sous sa tutelle. Le plus gros recul concerne le budget de la Smit qui va baisser de 33,6% en 2014. L’ONMT n’échappe pas non plus à la cure d’amaigrissement (-10,7%)

Crise économique, instabilité régionale et saison estivale coïncidant avec Ramadan… Visiblement, ces facteurs n’ont eu aucun impact négatif sur le tourisme national. C’est du moins ce qui ressort du bilan touristique des huit premiers mois de 2013, dressé par Lahcen Haddad devant la commission des secteurs productifs de la Chambre des représentants. En effet, le nombre de touristes a augmenté de 6,76%  avec un total de près de 7 millions  à fin août 2013 contre 6,58 millions à la même période de 2012.  Mais ce résultat demeure faible en comparaison avec les 9,7 millions d’entrées touristiques sur lesquelles tablait le département du Tourisme. «Il n’empêche que le Maroc fait bonne figure en résistant le mieux à la mauvaise conjoncture», a tenu à relativiser le ministre. Le dernier classement du Forum économique mondial le démontre. Pour rappel, le Royaume a gagné 7 places en termes  d’attractivité et de compétitivité touristiques, en occupant la 71e position au niveau mondial et la 9e dans la région Mena. Le pic des flux touristiques s’est accompagné d’une augmentation de 2,2% des recettes touristiques. Parallèlement, le nombre de nuitées réalisées dans les établissements d’hébergement touristique classés a enregistré une hausse de 9%. L’instabilité régionale a sans doute joué en faveur du Maroc. Ce que le ministre a d’ailleurs confirmé lors du débat sur son budget devant la commission. D’autant plus que «le Maroc pourra réaliser davantage de bons résultats vu que les prévisions mondiales tablent sur une croissance de 4% de la demande touristique internationale en 2014», a souligné Lahcen Haddad. Sans oublier que l’on s’attend à la reprise de la croissance de l’économie mondiale l’année prochaine. Toutefois, le Maroc risque de ne pas maintenir la cadence après la baisse du budget que lui réserve le projet de loi de finances 2014, ont rappelé plusieurs députés. En effet, l’enveloppe consacrée au département de Haddad est passée de 820 millions de DH en 2013 à 678 millions, soit une baisse de près de 20%. Si l’on prend en compte la coupe budgétaire de 15 milliards de DH de mai dernier, le budget de 2013 s’établit à près de 660,9 millions de DH, soit une hausse de 2,68%. Parallèlement, l’Office national marocain du tourisme (ONMT) n’a pas échappé à la baisse. Son budget est passé de 480 millions actuellement à 300 millions en 2014. Or, «cela ne fera qu’amplifier les contraintes budgétaires que connaît déjà l’Office», pour reprendre l’expression d’un député de l’Istiqlal. La promotion touristique risque donc de connaître ses plus faibles niveaux. La Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT) va voir son budget passer de 39,7 millions de DH en 2013 à 19,7 millions de DH, soit une baisse de près de 33%. Pourtant, «la Smit remplit une tâche et non des moindres, à savoir la réalisation d’études pour la mise en œuvre des politiques publiques en matière de tourisme, en l’occurrence la Vision 2020», a rappelé un député du PAM. D’autant plus qu’elle est chargée des contrats-programmes régionaux (CPR) pour le développement du tourisme.
Il n’empêche que Haddad se veut confiant. Pour lui, «l’impact négatif sera surtout en termes de recettes si l’on ne cible pas les niches à haute valeur ajoutée». Visiblement, son département s’y prépare déjà en planchant actuellement sur une stratégie pour identifier les marchés prometteurs. Mais cela ne semble pas rassurer les parlementaires. Pour qui cette baisse aura un impact négatif sur la Vision 2020. Ils ont été unanimes à souligner l’impératif de revoir à la hausse le montant alloué au tourisme. Ils proposent d’ailleurs de relever le montant alloué au ministère à 1 milliard de DH. Qu’importe, Lahcen Haddad compte mener sa stratégie avec les moyens dont il dispose. Malgré la baisse de son budget, les objectifs de la Vision 2020 seront atteints. Pour lui, une meilleure gestion des finances permettra de maintenir le cap. Toutefois, le ministre a reconnu qu’avec un budget de 800 millions de DH, le secteur pourrait réaliser une hausse supplémentaire de 5 à 6% des recettes touristiques. Mais pour s’adapter à cette baisse, le ministre compte hiérarchiser ses actions. La priorité sera donnée à l’aérien pour avoir des dessertes à partir des marchés traditionnels, mais également des pays émergents comme le Brésil. Le ministère compte aussi renforcer les investissements dans l’Internet. Car, «c’est par ce canal que transite une grande partie des achats de voyage», a-t-il dit. Parallèlement, une attention particulière sera accordée à la communication sur les atouts de la destination Maroc aussi bien dans les marchés classiques qu’émergents.

Les assises en 2015

Malgré son faible budget, le département de Haddad s’engage à poursuivre la quête d’investisseurs. Ses prévisions tablent sur un investissement de pas moins de 20 milliards de DH en 2014, qui permettront d’augmenter la capacité litière à travers la création de 17.727 lits. Le ministère prévoit aussi d’accompagner 32 projets pour un investissement global de 33,6 milliards de DH afin de créer 46.201 nouveaux lits. Parallèlement, des forums régionaux seront organisés, avant la tenue des assises en 2015 lors desquelles une évaluation à mi-parcours de la Vision 2020 est prévue.

Déficit de formation

La promotion d’une industrie touristique nationale fait face à un défi de taille, en l’occurrence l’insuffisante de la formation des cadres. A peine 4.300 ont été formés en 2013 contre 4.298 en 2012. Au total, sur les 70.000 jeunes ciblés par le plan Azur, seuls quelque 27.000 ont été formés. Pour les députés, ce déficit aura un impact négatif sur la Vision 2020 puisque le manque de ressources humaines qualifiées limite le taux de retour au Maroc.

SOURCE WEB Par Hajar BENEZHA  L’Economiste

Tags : Le plus gros recul concerne le budget de la Smit qui va baisser de 33,6% en 2014- L’ONMT n’échappe pas non plus à la cure d’amaigrissement (-10,7%)- Déficit de formation- Malgré son faible budget, le département de Haddad s’engage à poursuivre la quête d’investisseurs-