Pétrolier échoué près de Tan-Tan Le Maroc sollicite l\'aide espagnole et l\'expertise hollandaise

Pétrolier échoué près de Tan-Tan Le Maroc sollicite l\'aide espagnole et l\'expertise hollandaise

Des experts du Pays-Bas sont arrivés jeudi à Tan-Tan, pour mener une deuxième tentative de remise à flot du Tanker échoué depuis lundi à proximité des côtes de Tan-Tan. Les autorités portuaires ont également sollicité l'aide espagnole. En effet, deux navires étaient attendus vendredi en provenance des Canaries, afin de tenter de tracter le pétrolier vers le large.

Une aide espagnole a été sollicitée pour tenter de remettre à flot le Tanker qui s'est échoué à proximité du port de Tan Tan, dans le sud du Maroc, avec à son bord 5.000 tonnes de fuel, laissant craindre une mini marée noire, a indiqué jeudi une source ministérielle. /DR

Une aide espagnole a été sollicitée pour tenter de remettre à flot le Tanker qui s'est échoué à proximité du port de Tan Tan, dans le sud du Maroc, avec à son bord 5.000 tonnes de fuel, laissant craindre une mini marée noire, a indiqué jeudi une source ministérielle.

Dans un communiqué, les autorités de Lanzarote, une des îles des Canaries, distante d'à peine 200 km, ont pour leur part indiqué avoir sollicité un point “urgent” sur la situation auprès de Rabat, s'agissant notamment du “niveau de risque” encouru.

D'autres experts, dépêchés du Pays-Bas, sont arrivés jeudi sur place pour mener une deuxième tentative de remise à flot de ce Tanker et éviter une catastrophe écologique.

Le navire marocain, en provenance des Canaries, s'est échoué lundi soir à proximité de l'entrée du port de Tan-Tan après avoir heurté des rochers, selon les autorités locales. La cargaison était destinée à une station thermique de cette ville située à environ 300 km au sud d'Agadir.

La coque du navire a été touchée mais aucune fuite majeure n'a jusque-là été signalée, tandis que le fuel s'est solidifié au contact de l'eau froide, a indiqué une source au sein du ministère de l'Environnement.

Mais la menace écologique demeure, d'autant que les opérations pour désensabler le navire ont pour le moment échoué, en raison notamment du fort courant, a ajouté cette même source, précisant que les autorités locales avaient demandé une aide espagnole.

Deux navires sont attendus en provenance des Canaries, afin de tenter de tracter le pétrolier vers le large, d'après cette source.

Éviter une catastrophe écologique

Cité par l'agence MAP, le directeur de l'Agence nationale des ports (ANP), Mohamed Othmani, a pour sa part affirmé qu'un remorqueur était attendu jeudi en provenance de Las Palmas, au même titre que cinq experts des Pays-Bas, “qui seront assistés par un hélicoptère de la Gendarmerie royale”.

L'autre grand remorqueur dépêché jeudi de Mohammedia, et qui s'était arrêté à Jorf Lasfar, aurait fait demi-tour, en raison d'une grève des employés du port de Mohammedia, rapporte jeudi soir le site d'information Hespress.

Rappelons qu'une réunion s'est tenue mercredi soir à Tan-Tan “pour examiner les moyens d'assurer le remorquage” et “éviter une catastrophe écologique”, en présence notamment de l'armateur et de la compagnie SMIT TUG, assureur du bateau accidenté. Il a été convenu, entre autres, de mettre des barrages flottants à la disposition du commandement provincial de la Protection Civile, a-t-on ajouté.

Sur une vidéo circulant sur internet, on peut voir le navire légèrement incliné sur le flanc, à quelques mètres seulement du rivage.

27/12/2013__SOURCE WEB Par aufait avec AFP

Tags : Des experts du Pays-Bas- aide espagnole- catastrophe écologique- ministère de l'Environnement- Éviter une menace écologique- directeur de l'Agence nationale des ports (ANP), Mohamed Othmani- compagnie SMIT TUG, assureur du bateau accidenté- commandement provincial de la Protection Civile-