Le marché des solutions domotiques est en pleine expansion

 Le marché des solutions domotiques est en pleine expansion

Tous les segments de clientèle participent à cette croissance, en l'occurrence le résidentiel, les hôtels ainsi que les locaux professionnels. Sur un chiffre d'affaires global de 38 à 50 MDH, 25% sont réalisés sur les particuliers. Très focalisés sur le coût de revient de leurs projets, les promoteurs immobiliers se mettent très lentement à la domotique.

Le marché des solutions domotiques renvoie de très bons signaux. Les professionnels rapportent une hausse très prononcée de la demande émanant des différents segments de clientèle, en l’occurrence le résidentiel (villas et appartements de standing), les hôtels ainsi que les locaux professionnels. «Nous avons réalisé un courant d’affaires en progression de 200% par rapport à 2012», se félicite Hicham Alaoui, DG de TouchHome automation. Pour un autre opérateur qui compte 6 ans d’activité, l’année 2013 est la meilleure. «Par rapport à la moyenne des 5 dernières années, nous avons réalisé une croissance d’environ 60%», informe-t-il. Quant à Ali Boukili, DG d’Archimedia, société qui se positionne en intégrateur de solutions domotiques, il souligne que l’année est synonyme de bon cru. «Nous sommes sur une progression de 15% à fin octobre, et nous nous attendons à faire mieux sur les mois qui restent au vu des grandes opérations en cours», dit-il.

Ces opérateurs offrent un ensemble de systèmes électroniques, informatiques et de télécommunications utilisés dans un espace de vie pour assurer des fonctions de sécurité, de confort et d’économie d’énergie (gestion de l’éclairage, sécurité, arrosage, projection home cinéma, paramétrage image-son, selon les ambiances, rideaux stores et volet roulant ainsi que la gestion de la température du domicile). Ces solutions sont les composantes du concept de maison intelligente.

Les professionnels expliquent cette expansion par le désir des chaînes internationales d’hôtellerie d’offrir un niveau de bien-être inégalable à leurs clients. «Dans un hôtel 5*, les chambres ainsi que les espaces communs se doivent d’être complètement domotisés pour correspondre aux standards de qualité», explique M.Boukili. De plus, les particuliers installés dans des villas ou des appartements de standing veulent dorénavant vivre dans un espace où le bien-être est érigée en priorité, tout en impressionnant leur cercle de connaissance le temps d’une réception ou d’une visite. Le potentiel du marché est aussi rehaussé par la recherche de l’efficacité énergétique très en vogue aujourd’hui au niveau des locaux professionnels où il faut être compétitif sur tous les plans.

Le marché est dominé par 4 à 5 acteurs structurés

Les promoteurs commencent à leur tour à manifester un vif intérêt pour doter leurs complexes résidentiels haut standing de solutions domotiques intégrées (Palmeraie Développement à Bouskoura, CGI à Bouskoura et à Casablanca Marina..). Cependant, les opérateurs estiment qu’ils n’ont pas encore compris la valeur ajoutée que représentent les solutions domotiques pour le bien-être des habitants potentiels. «Les promoteurs continuent de raisonner en prix de revient du mètre carré qui doit être le plus bas possible. Et même lorsqu’ils décident de recourir à la domotique, ils installent des solutions très élémentaires, et le font plus surtout pour avoir un argument de vente que par envie d’améliorer réellement la vie au quotidien des occupants», explique M. Boukili. «Ce segment des grands comptes (complexes résidentiels) est très concurrentiel, dégage très peu de marge et paie très difficilement. Souvent, pour décrocher un marché, il faut s’engager à importer le matériel, en faire l’installation complète, et au final se faire payer sur trois à six mois», explique un professionnel qui précise que ce sont uniquement les grandes sociétés opérant sur le marché qui peuvent répondre à de telles conditions.

A ce titre, le marché est dominé par 4 à 5 acteurs structurés. A côté, l’on assiste à l’émergence de prestataires qui offrent de petites solutions domotiques, souvent centrées sur la sécurité et l’éclairage et se positionnent de ce fait sur un marché de masse. Le chiffre d’affaires annuel total est dans une fourchette de 38 à 52 MDH, dont 25% générés par les villas et appartements des particuliers. Les trois quarts proviennent donc des hôtels, complexes résidentiels et locaux professionnels. La part des particuliers pourra toutefois grossir de plusieurs points si les sociétés adaptent leur offre à la demande. «La plupart des acteurs du marché de la domotique sont ou bien sur le très haut de gamme de pointe ou carrément sur le bas de gamme. Ils ne sont pas encore en mesure de se positionner sur un créneau qui s’adapte facilement aux vrais besoins des clients», résume M. Alaoui.

Les prix sont fonction de l’espace à aménager et des options

Dans la domotique, il est quasiment impossible d’avancer un prix standard pour une ou un ensemble de prestations donné. Les prix sont fonction du circuit électrique, de l’espace à aménager et des options choisies par le client. «Je peux traiter un 100 m2 à 5 000 DH comme je peux le faire facilement à 50000DH», explique un opérateur. Selon les professionnels, vu que les matériels et les technologies utilisés par les prestataires sont plus ou moins identiques, les différences de prix observées découlent surtout de la rémunération du savoir-faire en matière d’installation lorsqu’on se situe sur les mêmes segments de qualité. A titre purement indicatif, pour une villa de superficie moyenne, l’installation de deux caméras de surveillance en plus d’une alarme peut coûter 25 000 DH, un module de projection cinéma et gestion de son et image nécessitera 50 000 DH tandis que la mise en place d’une solution intégrée des autres volets de domotique (store, éclairage, température, eau,..) coûtera environ 60 000 DH.

SOURCE WEB Par La Vie eco

Tags : solutions domotiques- le résidentiel- le résidentiel- les locaux professionnels