En avant pour l’autoroute Agadir-Guelmim !

En avant pour l’autoroute Agadir-Guelmim !

Bonne nouvelle. L'autoroute jusqu'à Guelmim. Une première étape vient d’être franchie pour ce projet structurant. Le ministère de l’Équipement, du transport et de la logistique (Direction régionale de Souss-Massa-Drâa) s'apprête à initier une étude pour réaliser un «axe autoroutier Agadir-Guelmim» et un contournement autoroutier de la ville d’Agadir. Cette autoroute est considérée comme un «projet d’aménagement du territoire» et un maillon essentiel de l’axe structurant trans maghrébin «Oujda-Mauritanie» et de l’axe nord-sud «Tanger-Lagouira».

Selon le ministère de Aziz Rabbah, relier la ville de Guelmim au réseau autoroutier permettra de pallier le problème de congestion de la ville d’Agadir «en séparant le trafic local du trafic de longues distances et anticiper la demande régionale pour une connexion au réseau autoroutier». Les budgets nécessaires à la réalisation de ce projet n’ont pas encore été rendus publics, mais les études programmées et qui nécessiteront 10 mois devraient donner plus de visibilité au ministère.

Notons que le réseau autoroutier national opérationnel aujourd’hui s'arrête à Agadir. Il relie le nord au sud (Tanger-Agadir) et la région de l’Oriental à la région Souss-Massa-Darâa (Oujda-Agadir). Au-delà d’Agadir, pour relier les provinces du Sud, les usagers doivent emprunter la Route nationale numéro 1 (RN1).

Dans le détail, il s’agit de lancer plusieurs études qui seront menées simultanément et qui devront porter sur le trafic, l’exploitation, la rentabilité économique et financière ainsi que l'impact sur l’environnement. La société qui mènera les études doit proposer à l’État des variantes de couloirs pour l’autoroute vers Guelmim et pour le contournement autoroutier du grand Agadir qui doit desservir la périphérie de la ville «tout en restant dans la logique de développement d’un axe structurant du pays qui se développera à partir de la partie terminale de l’autoroute Marrakech», souligne le cahier des prescriptions (CPS) de l'appel d'offres lancé par le ministère. «L’aboutissement du réseau autoroutier jusqu’à la ville d’Agadir a conduit le ministère à s’interroger sur les opportunités offertes pour développer davantage ce réseau infrastructurel et créer de nouvelles liaisons pour notamment raccorder et faire profiter les provinces du sud du royaume de ces infrastructures performantes», lit-on dans le même document. Ce projet d’autoroute Agadir-Guelmim entre aussi dans le cadre du projet d’aménagement prévu au niveau de la RN1 entre Guelmim et la frontière mauritanienne.

Accélérer le développement socio-économique

Plusieurs projets économiques dans la région de Guelmim Es-Smara dépendent pour beaucoup de cette connexion au réseau autoroutier (voir encadré). «Le projet va permettre d’offrir des opportunités importantes pour l’accélération du développement socioéconomique et touristique d’un large périmètre au sud du pays en renforçant sa compétitivité et en consolidant la politique de la régionalisation», souligne le département de Aziz Rabbah. Rappelons que pour le patron de l’Office national des chemins de fer (ONCF), Mohamed Rabie Khlie avait évoqué en 2013 un projet pour relier Agadir à des villes de la région, notamment Taroudant. Le raccordement de Guelmim au réseau autoroutier pourrait accélérer les ambitions de l’ONCF. Encore faut-il trouver le financement. 


Des projets structurants pour la région

La région de Guelmim Es-Smara regroupe 5 provinces : Guelmim, Tan Tan, Tata, Assa-Zag et Es-Smara. Elle regroupe aussi 11 cercles et 60 communes (dont 11 urbaines).

Tourisme, pêche, agriculture et mines sont les principales activités économiques développées dans la région. Dans le secteur touristique, les potentialités de la région devraient bénéficier d’un nouveau coup de pouce pour une meilleure valorisation, surtout après la signature en décembre dernier du Contrat programme régional du tourisme.

Ce CPR prévoit en effet le lancement de 57 projets pour un investissement global de plus de 24,16 milliards de DH. Pour les projets structurants, il est prévu de développer deux stations balnéaires à Plage blanche, en deux phases, et Oued Chbika, pour un investissement de 23 milliards de DH.

La région dispose aussi de 4 zones industrielles. Il s’agit de la zone portuaire d’une superficie de 78 ha (port de Tan Tan), de la zone extra portuaire (44 ha, C.U d’Alouatia), de la zone de Tan Tan centre d’une superficie de 32 ha et de la zone industrielle d’Es-Smara. Une autre zone est prévue à Guelmim, selon le CRI de la région.

Dans le secteur de la pêche, le rôle que joue le port de Tan Tan et les investissements qui y sont prévus dans la droite ligne du plan Halieutis sont vitaux pour le développement de l'activité dans la région.

Repères

Guelmim- Es-Smara en chiffres

  • Superficie : 142 000 km², soit 19% de la superficie du Royaume.
  • Population : 462 000 habitants (recensement 2004).
  • Taux d’urbanisation : 62%.
  • Taux d’activité : 42,3%.
  • Densité : 3,2 habitants/km².

6 janvier 2014 –SOURCE WEB Par Youssef Boufous, LE MATIN

Tags : autoroute jusqu'à Guelmim- étude pour réaliser un «axe autoroutier Agadir-Guelmim- projet d’aménagement du territoire- axe structurant trans maghrébin «Oujda-Mauritanie- axe nord-sud «Tanger-Lagouira- plusieurs études qui seront menées simultanément et qui devront porter sur le trafic, l’exploitation, la rentabilité économique et financière ainsi que l'impact sur l’environnement- Accélérer le développement socio-économique-