Entretien avec Tariq Kabbage Tout le monde est responsable

Entretien avec Tariq Kabbage    Tout le monde est responsable


Tariq Kabbage, maire d’Agadir

L’Observateur du Maroc. Quel est le plan de la mairie pour réduire la pollution industrielle ? 

Tariq Kabbage. La ville a fourni beaucoup d’efforts pour améliorer la qualité de vie et réduire la pollution. L’assainissement liquide en fait partie. Nous sommes à la veille de la mise en marche de la STEP d’Agadir Nord avec un émissaire, qui devrait être déjà opérationnel mais un certain nombre de problèmes techniques ont retardé sa mise en marche. Avec ces infrastructures, la plage d’Anza sera protégée. Depuis le déplacement d’unités de conserverie du centre ville vers d’autres Zone industrielles (ZI), la situation s’est améliorée. Demeure la situation à Anza où des usines polluent toujours à cause des rejets des industries agroalimentaires, ce qui peut causer des problèmes de santé pour les citoyens. Des ZI ont été ouvertes, notamment Halieupolis, pour permettre à ces industriels de s’installer dans ce pôle et de réduire ces problèmes environnementaux.Les industriels qui vont quitter Anza vont-ils payer des indemnités pour la pollution causée par leurs activités ?Il n’y a aucune loi qui prévoit des indemnisations pour la communauté. Et quand les lois existent, elles ne sont pas appliquées, comme c’est le cas de la loi sur les décharges contrôlées, votée en 2008. Ce texte oblige les Régions (autorité et élus) de mettre en place un plan des déchets industriels. Cinq ans après, rien n’a été fait au niveau national. Au final, les villes subissent les incohérences des Régions ou des gouverneurs. Tout le monde est responsable dans cette situation. De même, dans le cas des carrières, normalement l’exploitant se doit de réhabiliter le site avant sa fermeture. Or, il peut s’en aller sans que personne ne lui demande des comptes.Déjà en 2007, un programme de dépollution industrielle n’a pas abouti. Pourquoi ? 
Nous avions trouvé un accord avec les industriels pour investir dans des stations de prétraitement, sauf que le wali de l’époque, Rachid Filali, avait sommé les industriels de quitter la zone nord de la ville. Suite à cette poussée de fièvre, les entreprises ont arrêté d’investir dans ce projet. A cette période, le programme prévoyait des subventions du gouvernement, mais malheureusement ce projet est resté sans suite.

SOURCE WEB Par Salaheddine Lemaizi L’Oservateur Infos_3 février 2014.

Tags : Tariq Kabbage, maire d’Agadir- améliorer la qualité de vie et réduire la pollution- L’assainissement liquide- Zone industrielles (ZI)- Halieupolis- la plage d’Anza- Il n’y a aucune loi qui prévoit des indemnisations pour la communauté- en 2007, un programme de dépollution industrielle-