Fès Tourisme Le détail du plan triennal

Fès  Tourisme    Le détail du plan triennal

Aérien, communication et distribution… la stratégie «Maroc centre»Objectif: fédérer les partenaires et donner de la visibilité131,5 millions de DH pour réaliser les actions de l’ONMT   

C’EST officiel. La destination «Maroc centre» est dotée d’une nouvelle feuille de route pour doper le tourisme. Présenté par Abderrafie Zouitene, DG de l’Office national marocain du tourisme, lundi dernier, à la wilaya de Fès, le nouveau plan s’étale sur 3 ans et vise 700.000 touristes à l’horizon 2016. Conçue par les experts de l’Office, en partenariat avec les professionnels du tourisme, les autorités locales et élues, et d’autres partenaires, la stratégie régionale, concertée et intégrée, nécessitera une enveloppe de 131,5 millions de DH, dont 76,5 millions de DH financés par l’Office.En fait, ce programme est concentré sur 3 principaux sites présentant des expériences différenciées mais complémentaires. Il s’agit, en premier lieu, d’installer le site de Fès comme une destination culturelle établie et historique. Fondée sur la culture d’expérience, la destination est également capable de rivaliser avec les capitales européennes sur le patrimoine matériel. Elle devra les courser sur les événements internationaux. Dans cet esprit, Safran, le groupe international de haute technologie, équipementier majeur en aéronautique, espace, défense et sécurité, y tiendra incessamment sa convention annuelle. «Fès, capitale du savoir, se prête à ce genre d’événements», estime le patron de l’Office.Prioritaire également dans la stratégie de l’ONMT, Meknès est le 2e site à développer comme destination culturelle complémentaire. Ceci, en se positionnant sur la culture de patrimoine matériel. «L’action sera axée aussi sur la possibilité de découvrir les produits du terroir autour de Meknès», explique-t-on.Le 3e site est celui de l’arrière-pays du «Maroc centre». Ce produit est constitué notamment des plaines du Saiss et des montagnes du Moyen-Atlas, qui pourraient offrir une activité touristique économique pour les localités de Sefrou, Moulay  Yacoub, Ifrane, Azrou, etc. ref, c’est une destination de «nature» que l’on veut promouvoir grâce un positionnement basé sur l’éco-tourisme, le sport, les loisirs de plein air et le thermalisme. A noter que les actions marketing, communication et promotion pour construire cette image sont étalées sur 3 ans. «Notre démarche triennale va donner une nouvelle impulsion à Fès et sa région.  Elle donnera aussi de la visibilité à nos partenaires étrangers (voyagistes, TO, compagnies aériennes», souligne Zouitene.Ainsi, au niveau aérien, la saison hivernale 2014-2015 est certes bouclée. Toutefois, en plus de RAM, Air Arabia Maroc, Ryanair, Jetairfly et Vueling, le responsable de l’Office veut conquérir 5 nouvelles compagnies allemandes. Selon lui, «la destination se différencie par sa richesse culturelle ainsi que son offre d’activités complémentaires, soit un atout majeur qu’il faut emballer et mettre en avant». Parmi les éléments clés de cette différenciation, figurent la dimension «culture d’expérience» offerte par le territoire, mais aussi les activités complémentaires (accès aux produits du terroir et à la nature). En effet, le plan d’actions régional «vend» une destination fascinante et authentique. Son territoire représente une expérience culturelle des plus rares, offrant un voyage dans le temps et la  découverte d’un musée millénaire vivant. La richesse et la subtilité du patrimoine et la spiritualité qui y règne sont une invitation à venir découvrir la région et sa population. Dans cette vision, les plans marketing seront portés sur les segments les plus adaptés et les moins appréhensifs à l’égard de la destination marocaine (jeunes, adultes, familles et seniors).

Positionnement par marché.  PAR marché, Fès devra se positionner davantage sur la France, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni. Ce sont les pays émetteurs destinés à développer un tourisme de séjour (city break, produits de niche, festivals, activités culturelles…). L’effort portera aussi sur des marchés d’appoint à fort potentiel, comme les USA, le Japon, l’Europe de l’Est et le Brésil, essentiellement orientés vers les circuits. Pour sa part, l’Afrique reste un marché pour le tourisme de séjour (pèlerinage et shopping), mais qui représente un faible potentiel quantitatif. Pour cette cible, les pays regorgeant un important réservoir de tijanes son visés (Sénégal, Gambie, Mali…). Reste enfin le développement du tourisme national qui constitue, selon l’Office, un réservoir important.
SOURCE WEB Par Youness SAADA ALAMI L’Economiste