Fouzi Zemrani Le regard d’un voyagiste… averti !

  Fouzi Zemrani   Le regard d’un voyagiste… averti !

Fouzi Zemrani est ce qu’on appelle un opérateur averti. Il est DG de l’agence de voyage Z’Tours à Marrakech mais pour lui, le tourisme est plus qu’un métier, c’est une véritable passion. Aux aguets sur tout ce qui se fait ou s’écrit, il est incollable sur le sujet et connaît tout les principaux acteurs de la profession. C’est pour cela qu’il alimente chaque semaine un blog qui connaît de plus en plus d’adeptes :  blogtrotter, le regard d’un voyagiste sur le tourisme. En observateur averti, il nous livre donc quelques analyses sur les dernières actualités du secteur.

Vous rentrez d’un workshop sur le tourisme organisé par la Wilaya d’Oran, où vous avez représenté la CNT. Que pouvez-nous en dire ?

Notre présence a été très appréciée et notre modèle a été cité en exemple à suivre en matière d’association professionnelle.Sur le plan de l’attractivité de la destination, l’Algérie possède un fort potentiel, des atouts, des moyens  et maintenant une volonté d’ériger le tourisme  comme vecteur économique et social. Ce n’est pas un choix, mais un impératif qui devra palier aux ressources pétrolières épuisables au cours de ce siècle.La priorité est donnée au tourisme interne pour ce qui est des loisirs avec un plan d’aménagement qui prévoit la mise en place de 14 camps d’excellence le long du littoral méditerranéen. Il y a une forte demande avec un pouvoir d’achat qui s’est amélioré durant ces dernières années, mais une insuffisance en matière d’hébergement touristique et d’animation.

L’Algérie vise un tourisme à haute valeur ajoutée, culturel et désertique. Le tourisme d’affaires est déjà bien lancé et quelques enseignes internationales, notamment françaises sont d’ores et déjà bien implantées.

Il y a une stratégie de développement du Tourisme, le SDAT 2030 qui ne demande qu’à être mise en exécution et qui invite les professionnels algériens à s’impliquer et à se mobiliser pour sa réussite. C’était à mon avis l’objectif de ce workshop.

Cette semaine, le ministre du Tourisme a tenu une conférence de presse dans laquelle il a fait le bilan de l’année 2013.  Qu’en pensez vous ?

Le plus grand bien, j’ai pu suivre cette conférence en streaming  depuis Oran. Cependant, notre destination a un vrai problème de distribution, puisque nous sommes très dépendant des TO étrangers et plus particulièrement des TO Online, qui nous coutent très chers en matière de distribution.Le Ministre parle de 70 nouveaux agréments d’agences de voyages en 2013. Chiffre qu’il faut ajouter aux 800 agréments existants et qui vivotent avec très peu de visibilité. Ceci est effarant car c’est un secteur en pleine tourmente, sans repères et qui risque de disparaître si rien n’est fait immédiatement.Ce n’est pas la quantité des agences qui assurera la distribution du produit Maroc, mais la qualité de ses acteurs et cela passe par  une remise à plat des critères d’obtention des licences et une refonte de toutes les lois qui régissent le secteur. Le modèle a changé, nous devons évoluer en fonction des nouvelles règles. Moussanada n’est pas un outil, mais un moyen parmi tant d’autres qu’il faudra déployer. Calmer la douleur, n’est pas soigner le mal.Le deuxième point qui m’interpelle dans ce bilan, c’est qu’il n’y ait fait nulle part mention du pilotage et de la gouvernance de la vision 2020. Ce chantier, inscrit dans le contrat programme et relancé en 2012, est aujourd’hui à l’arrêt. Or tout le monde s’accorde à dire que le talon d’Achille de vision 2010, fut la gouvernance. Doit on faire le deuil des résolutions qui ont été prises en ce sens, où doit on concevoir un nouveau mode de gouvernance du secteur ?  Je vous avoue que je suis frustré et sceptique quand à la bonne exécution des CPR récemment signés par le Ministre.

Coté privé, la CNT a tenu, la semaine dernière, son premier Conseil d’Administration. Quel est votre ressenti à la suite de ce conseil ?

Durant ce conseil, nous avons tenu à mettre en concordance nos instances avec nos nouveaux statuts en demandant aux Fédérations membres de designer leurs administrateurs au sein de ce conseil. Ce qui fut fait notamment par les Fédérations Métiers.Il reste à mettre en place les fédérations régionales, qui sont la clé de voute du dispositif  CNT. Les nouveaux statuts prévoient un financement qui émane de la base et qui met à contribution toutes les entreprises touristiques. Tant que les Fédérations régionales ne sont pas mises en place, la CNT sera unijambiste et aura du mal à mener à bien ses projets.  Or , j’ai l’impression,  que tant que le problème de la gouvernance n’aura pas été réglé, nous aurons des difficultés à faire valoir la légitimité des FRT. CRT, ADT, tant que la question n’aura pas été tranchée, nous resterons dans un statu quo qui fragilise la CNT et l’empêche de jouer son rôle pleinement face à ces interlocuteurs.Le mandat de l’actuel bureau s’achève au courant de cette année, il ne reste donc plus beaucoup de temps pour parachever la feuille de route telle qu’elle a été présentée en Juin 2011. C’est un défi qui devra être relevé par l’équipe mise en place à Agadir.

Alors justement, vous êtes en charge de la commission du Tourisme Interne au sein de la CNT. On parle d’un plan d’action conçu en partenariat avec les professionnels dans le cadre d’une stratégie intégrée. Pouvez vous nous en dire plus ?

C’est exact, depuis Mai 2012, nous avons proposé au Ministère et à l’ONMT, un plan  en 15 points avec des actions immédiates, à moyen et à long terme. Le tout devant être bouclé fin 2013.

Valeur aujourd’hui, quelques actions ont été mises en place, le portail www.kounouzbiladi.com, les offres de bons plans hôtels et agences de voyages, les campagnes de communication, la page Facebook, le programme de E Learning et les JPT.  Sur ces mêmes actions,Nous déplorons malheureusement le peu d’implication des professionnels que ce soit les hôteliers ou les agents de voyages. Alors qu’ils devraient sauter sur l’occasion pour mettre à profit toutes ces actions, nous sommes encore aujourd’hui à relancer pour participer au mur des bons plans, au programme E Learning, aux JPT etc….  et là ce n’est pas vraiment le rôle de la CNT mais des associations professionnelles régionales.

Ce qui reste à faire, c’est du lourd, le cheque vacances, le zonage des vacances, l’implication de la RAM et de l’ONCF, les parcs d’animations, un salon du tourisme interne, le développement de la culture du voyage à travers des émissions TV et les rencontres du tourisme national, dans le cadre des JPT par exemple.Le chantier n’est donc qu’à ces débuts et il reste encore beaucoup à faire dont notamment la pédagogie auprès de tous. Quelqu’un me disait dernièrement qu’il faut changer le nom de Kounouz Biladi qui n’est plus crédible, j’ai répondu qu’il fallait changer le casting, le script, les dialogues et non le titre !

24 Mars 2014   Blog de Fouzi Zemrani :_SOURCE WEB Par  par N.M  Tourisma Post

Tags : Fouzi Zemrani est DG de l’agence de voyage Z’Tours à Marrakech- blogtrotter, le regard d’un voyagiste sur le tourisme- L’Algérie vise un tourisme à haute valeur ajoutée, culturel et désertique- Il y a une stratégie de développement du Tourisme, le SDAT 2030 qui ne demande qu’à être mise en exécution et qui invite les professionnels algériens à s’impliquer et à se mobiliser pour sa réussite- Tant que les Fédérations régionales ne sont pas mises en place, la CNT sera unijambiste-