AEMF Le partenariat maroco-européen et le développement d’Afrique

   AEMF  Le partenariat maroco-européen et le développement d’Afrique

L’AEMF ambitionne, à travers ce genre d’initiatives d’impliquer les jeunes marocains en France dans les changements et les évolutions que connaît le paysage socio-économico-politique marocain et africain.

Les intervenants seront amenés à exposer leur vision sur le positionnement du Maroc et sur le partenariat maroco-européen, entre autres.«Le partenariat maroco-européen comme levier de développement de l’Afrique», tel est le thème choisi par l’Association des Etudiants Marocains de France (AEMF) pour la conférence, organisée le samedi 22 mars courant.Le but est de pousser les participants à réfléchir sur le positionnement socio-économico-politique du Maroc et son rôle d’investisseur dans le continent africain. Ainsi, les intervenants seront amenés à exposer leur vision sur le partenariat maroco-européen et sur les différentes possibilités d’investissement au sein du territoire africain.«Aujourd’hui, le continent africain est perçu comme un chantier extrêmement prometteur, attisant ainsi la convoitise des investisseurs internationaux. En effet, les pays de l’UE se retournent vers un marché africain qui compte environ un milliard de consommateurs aujourd'hui, avec la perspective de deux milliards en 2050», explique l’AEMF. Et de souligner : «Le Maroc, fort de son positionnement géographique, espère bien jouer le rôle d’investisseur actif dans le chantier africain, mais aussi celui de trait d’union entre ce dernier et les investisseurs européens».

Publié le : 20 mars 2014 – SOURCE WEB par Hafsa Sakhi, LE MATIN

Tags : l’Association des Etudiants Marocains de France (AEMF)- impliquer les jeunes marocains en France dans les changements et les évolutions que connaît le paysage socio-économico-politique marocain et africain-Le Maroc, fort de son positionnement géographique, espère bien jouer le rôle d’investisseur actif dans le chantier africain, mais aussi celui de trait d’union entre ce dernier et les investisseurs européens- En effet, les pays de l’UE se retournent vers un marché africain qui compte environ un milliard de consommateurs aujourd'hui, avec la perspective de deux milliards en 2050-