Maroc Les architectes mobilisent leurs troupes

Maroc  Les architectes mobilisent leurs troupes

L’Ordre des architectes resserre ses rangs pour contrecarrer l’amendement de l’article 4 de la loi 16/89 au niveau de la plénière de la deuxième Chambre.
Abdelouahed Mountassir, Nouveau président du Conseil national de l’Ordre des architectes du Maroc

Les Éco : Vous avez tenu une rencontre à El Jadida, quel était  l'objectif ? 

Abdelouahed Mountassir : Après le renouvellement des structures des instances ordinales, le Conseil national de l’ordre des architectes a rapidement entamé des rencontres de coordination au sein de son bureau et de ses conseils. Des réunions statutaires qui ont permis d’élaborer une feuille de route afin de renforcer les organes de la profession et entamer une série de communications internes avec notamment les conseils régionaux. La rencontre nationale d’El Jadida a eu pour objet d’effectuer des concertations avec les présidents de toutes les régions du royaume, 50 personnes, 12 présidents des conseils régionaux, accompagnés de quelques membres et d’étudiants de l’École nationale d’architecture. S’agissant du nouveau bureau, il faut rappeler que cela fait deux mois seulement qu’il a été élu. Cette rencontre a permis de tracer une vision globale avec un programme d’action et de débattre des dossiers d’actualités

Comment se décline le plan d’action de l’actuel bureau ?

Aujourd’hui, la fonction d’architecte doit fonctionner comme une seule entité. Au-delà de cette action de représentation nationale et régionale, nous avons un défi et un challenge à mener ensemble. Des priorités stratégiques ont été définies lors de la rencontre d’El Jadida et un canevas de pilotage et de portage est délimité en 10 axes. Pour les citer, les actions de mise à niveau de l’exercice de la fonction d’architecte dans les domaines publics et privés sont importantes. Il faut aussi se pencher sur la modernisation et la rationalisation du mode de fonctionnement du Conseil national et des conseils régionaux des architectes. Des séries de rencontres permettent de dépasser les problèmes à caractère corporatif ou purement professionnels. L’architecte doit revenir à la charge pour confirmer son rôle social et citoyen. Un autre axe concerne l’international car le Maroc doit et devra toujours rester ouvert et actif au niveau de toutes les principales organisations internationales.

Qu’en est-il de la polémique de la réforme de l’article 4 de la loi 16/89 ?

La réforme de l’article 4 de la loi 16/89 est un axe fondamental qui concerne la privatisation de l’enseignement du métier d’architecte. C’est un chantier vraiment consistant qui oblige à mener dans l’immédiat une série d’actions dans le court et le moyen termes. L’enseignement public et privé est un sujet de grande actualité. La validation, depuis quelques jours seulement, de l’article 4 de la loi 16/89 par la Commission des finances et des infrastructures au sein de la deuxième Chambre du Parlement sans l’implication du Conseil national de l’ordre des architectes est très regrettable. Lors d’une rencontre, le ministre de l’Urbanisme et de l'aménagement du territoire national a essayé de nous calmer. Pour l’heure, il faut se mobiliser pour contrecarrer cet article au niveau de la plénière de la deuxième Chambre, sachant que le Parlement est aujourd’hui en congé.

Publié le 19-03-2014 à 20:00 _SOURCE WEB Par : Mohamed RAMDANI Les ecos

Tags: L’Ordre des architectes resserre ses rangs pour contrecarrer l’amendement de l’article 4 de la loi 16/89- Abdelouahed Mountassir, Nouveau président du Conseil national de l’Ordre des architectes du Maroc- La réforme de l’article 4 de la loi 16/89 est un axe fondamental qui concerne la privatisation de l’enseignement du métier d’architecte- se mobiliser pour contrecarrer cet article-