Exportations agricoles marocaines Benkirane demande à l’UE de préserver les acquis du Royaume

  Exportations agricoles marocaines  Benkirane demande à l’UE de préserver les acquis du Royaume

Abdelilah Benkirane appelle l'UE à «mesurer l'impact de cette modification sur le secteur agricole qui est un secteur-clé dans les échanges commerciaux entre les deux parties». Ph : MAP

Abdelilah Benkirane a exprimé «la profonde préoccupation» du gouvernement quant à «l’impact négatif» de ces nouvelles dispositions. Le chef du gouvernement a demandé, jeudi, à l'Union européenne (UE) de trouver rapidement des solutions concrètes pour préserver les acquis contractuels du Royaume et maintenir le flux traditionnel des exportations marocaines des fruits et légumes sur le marché européen, conformément aux dispositions de l'Accord agricole

Lors d'un entretien avec Rupert Joy, chef de la délégation de l'UE à Rabat, portant sur les nouvelles dispositions relatives à la politique agricole commune de l'UE, Benkirane a exprimé au responsable européen «la profonde préoccupation» du gouvernement quant à «l'impact négatif» de ces nouvelles dispositions, notamment la modification des mécanismes du prix d'entrée, surtout sur les exportations agricoles marocaines, particulièrement de tomates, vers le marché européen, indique un communiqué du département du chef du gouvernement. L'adoption de ce nouveau mécanisme, décidée «unilatéralement» par l'UE, est en contradiction effective avec les engagements de l'Union au sein de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) car elle ignore totalement les dispositions pertinentes de l'Accord d'Association liant le Maroc à l'Union européenne, ajoute le texte.

Dans ce sens, le communiqué note que l'article 20 de l'Accord d'Association impose à la partie qui souhaite procéder à une modification de sa règlementation en matière de politique agricole, d'en informer, à l'avance, le Comité d'Association.Un tel changement de régime constitue un recul majeur, voire une remise en cause des dispositions de l'Accord agricole, qui vient à peine d'entrer en vigueur, regrette la même source. Le chef du gouvernement a rappelé que le Maroc, «pays résolument engagé dans son partenariat stratégique et global avec l'Union européenne, appelle l'UE à mesurer l'impact de cette modification sur le secteur agricole qui est un secteur-clé dans les échanges commerciaux entre les deux parties».  L'entretien s'est déroulé en présence du ministre de l'Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhannouch, du ministre d'Etat, Abdellah Baha et de la ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Mbarka Bouaida.  

 

Publié le : 10 avril 2014 –SOURCE WEB Par MAP/Le Matin

Tags : l'Union européenne (UE)- l'Accord agricole- Rupert Joy, chef de la délégation de l'UE à Rabat-ministre de l'Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhannouch, du ministre d'Etat, Abdellah Baha et de la ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Mbarka Bouaida- l'Organisation mondiale du commerce (OMC)-