POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE LA VÉRITÉ DES PRIX, INCONTOURNABLE

POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE  LA VÉRITÉ DES PRIX, INCONTOURNABLE

UNE TAXE SUR LE CARBURANT ET L’ÉLECTRICITÉ POUR FINANCER LES SOURCES PROPRES •

UN MIX ÉNERGÉTIQUE OUVERT POUR FAIRE FACE À LA DEMANDE

«Une taxe sur les carburants et l’électricité nous permettrait de financer l’investissement dans les énergies renouvelables». Said Mouline, directeur général de l’Aderee (Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique) revient à la charge sur ce dossier allant jusqu’à proposer les montants de la taxe: 0,5% sur l’électricité et de 10 centimes sur le litre de carburant (voir aussi L’Economiste n° 4304 du 24/06/2014).Devant les adhérents de l’Association marocaine des ingénieurs des mines (AMIM), qui ont organisé un ftour-débat la semaine dernière sur  le «Secteur de l’énergie au Maroc – Situation et perspectives», Mouline a souligné la nécessité de vérité des prix de l’énergie. Car c’est l’unique moyen d’encourager le recours aux énergies renouvelables et de promouvoir l’efficacité énergétiqueLa part des énergies renouvelables devra être portée à 42% de la puissance électrique totale installée en 2020. Un choix qui permettra d’atténuer la facture pétrolière et de faire face à une demande croissante. Sur les dix dernières années,  la demande de l’énergie primaire a augmenté de 5% alors que celle de l’électricité a crû de 7% en moyenne avec des pics de 10% en 2011 et 2012.  La consommation domestique est ainsi passée de 0,4 tonne équivalent pétrole (tep) en  2008 à 0,54 tep en 2013. «C’est le signe d’une dynamique de développement. Cette évolution est également due à la généralisation de l’électrification rurale», précise Amina Benkhadra, directrice générale de l’Office national des hydrocarbures et des mines (Onhym). Benkhadra rappelle aussi que les besoins en énergie primaire vont doubler en 2020 et tripler en 2030.Dans le cas de l’électricité, on prévoit également le doublement de la demande dès 2020 avant qu’elle ne soit multipliée par quatre en 2030. D’ailleurs, la stratégie énergétique est basée sur un mix ouvert pour garantir la sécurité d’approvisionnement et le développement durable. Il englobe les sources fossiles et propres.Pétrole: 27 forages cette annéeLe Maroc poursuit son «exploration» pétrolière. La refonte du code des hydrocarbures aidant, le pays compte aujourd’hui 34 compagnies dont trois  majors. Cette année, 27 forages sont prévus pour un investissement de 5 milliards de dirhams. L’Onhym organise également sa veille par rapport aux procédés technologiques dans le domaine des schistes bitumineux dont le Maroc dispose de réserves importantes. Il compte aussi monter, en collaboration avec l’OCP et des universités, un projet de recherches et développement. Avec Taqa, qui dispose d’un procédé semi-industriel, des tests sont menés à Timahdit.De même, deux autres compagnies ont signé un accord avec l’Onhym dans le domaine du gaz de schiste. Là aussi, le potentiel serait important et des études géologiques sont en cours. Mais avant de passer à l’étape forage, un amendement du code des hydrocarbures semble nécessaire.

8 Juillet 2014 _SOURCE WEB Par K. M. L’ECONOMISTE

Tags :  - Une taxe sur les carburants et l’électricité nous permettrait de financer l’investissement dans les énergies renouvelables- Said Mouline, directeur général de l’Aderee (Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique)- l’Association marocaine des ingénieurs des mines (AMIM)- unique moyen d’encourager le recours aux énergies renouvelables et de promouvoir l’efficacité énergétique- La part des énergies renouvelables devra être portée à 42% de la puissance électrique totale installée en 2020-volution est également due à la généralisation de l’électrification rurale- Amina Benkhadra, directrice générale de l’Office national des hydrocarbures et des mines (Onhym)- Benkhadra rappelle aussi que les besoins en énergie primaire vont doubler en 2020 et tripler en 2030- Pétrole 27 forages cette année- L’Onhym organise également sa veille par rapport aux procédés technologiques dans le domaine des schistes bitumineux dont le Maroc dispose de réserves importantes- schistes bitumineux- deux autres compagnies ont signé un accord avec l’Onhym dans le domaine du gaz de schiste- gaz de schiste avant de passer à l’étape forage, un amendement du code des hydrocarbures semble nécessaire-