Tourisme, baisse des réservations et omerta

Tourisme, baisse des réservations et omerta

Après un mois de déclarations et de chiffres contradictoires, l'heure est désormais à la prudence. La plupart des opérateurs refusent de se prononcer sur la baisse et les annulations des réservations. Mais le constat général confirme bien qu'il y a une certaine baisse.

A force de vouloir rassurer le marché français, les responsables du secteur sont tombés dans la contradiction. Situation qu'ils souhaitent désormais éviter en optant pour l'omerta: «Je ne veux pas en parler, il faut voir avec la CNT (Confédération nationale du tourisme, ndlr)», nous dit d'emblée cet opérateur de la ville ocre, interrogé par Médias 24 sur l'évolution de la courbe des réservations et du taux actuel d'occupation.

C'est que, depuis l'appel à la vigilance émis par le Quai d'Orsay, les chiffres avancés par les uns et les autres, souvent contradictoires, ont plongé les professionnels dans la confusion. D'un côté, on explique le taux d'annulation est minime, voire insignifiant. De l'autre, c'est l'alarmisme. Et le cafouillage continue.

 

Baisse ou pas baisse ?

Les hôteliers qui espéraient une reprise, avec ces vacances de la Toussaint, ont été déçus. «Il y a une baisse conséquente par rapport à l'année dernière. Le taux d'annulation se situe, quant à lui, entre 10 et 12 %», nous déclare Rochdi El Bouab, PDG de Golden Tulip.

Même son de cloche auprès d'un autre opérateur de la ville ocre: «La baisse est importante, mais je ne pourrais pas vous donner un chiffre précis.» D'autres établissements, comme Kenzi ou le Four Seasons n'ont pas enregistré de baisse importante.

Contacté par Médias 24, Hamid Bentahar, président du CRT de Marrakech, s'est dit incapable de se prononcer sur l'évolution des réservations dans la ville pour la période de la Toussaint.

«Il y a indéniablement une baisse, mais le bilan est à établir dans un ou deux mois. Beaucoup d'établissements affichent complet à Marrakech en ce moment, mais grâce aux événements qui y sont organisés, pour la plupart par l'Etat ou des institutions publiques, ce qui fausse un peu la donne», explique à Médias 24 Fouzi Zemrani, agent de voyage, estimant que «les raisons ne sont pas forcément liées à l'appel à la vigilance du Quai d'Orsay et que l'on assiste à un tassement sur le marché français qui ne date pas de septembre.»

Analyse que confortent les dernières statistiques de Marrakech: de janvier à août 2014, c'est-à-dire bien avant la décapitation d'un Français en Algérie, les nuitées françaises ont reculé de 5 %, tandis que les arrivées ont stagné. «Il faut laisser passer l'orage pour pouvoir analyser la situation sereinement», conclut notre expert.

29 Octobre 2014

SOURCE WEB Medias24

Tags : chiffres contradictoires- baisse et les annulations des réservations- CNT (Confédération nationale du tourisme)»- de janvier à août 2014, c'est-à-dire bien avant la décapitation d'un Français en Algérie, les nuitées françaises ont reculé de 5 %, tandis que les arrivées ont stagné-