Les transporteurs routiers mécontents des mesures du PLF 2015

Les transporteurs routiers mécontents des mesures du PLF 2015

Les transporteurs reprochent au gouvernement de ne pas avoir instauré des mesures compensatoires à la décompensation et d’avoir fait l’impasse sur la réforme annoncée des agréments de transports de voyageurs.
Le secteur des transports routiers est particulièrement déçu par l’absence de nouvelles dispositions positives dans le projet de loi de Finances 2015 à même de répondre à leurs doléances.
La seule mesure significative du PLF 2015 ayant  trait au secteur des transports routiers concerne la transformation du Fonds d’accompagnement du transport routier. Seul le secteur public du transport urbain se verra gratifier de mesures adoucissant les surcoûts induits par le processus de décompensation, déplorent-ils
Pourtant, depuis l’amorce de la décompensation progressive du prix du gasoil à la pompe, le gouvernement s’était engagé à introduire des dispositions pour l’ensemble des transporteurs de voyageurs et de marchandises permettant de ne pas répercuter les surcoûts.
Contacté par Médias 24, Fouad Ayoubi El Idrissi, président de la Fédération marocaine de l’Union des transporteurs routiers déclare que le gouvernement a renié les promesses faites à la profession en évitant d’aborder les problématiques posées par les hausses constantes du prix du gasoil.
Il assure que la répercussion du prix du gasoil sur les dépenses de la vie quotidiennes n’a plus lieu d’être car le prix du baril de pétrole ne cesse de baisser sur le marché international.
Il avance que le gouvernement peut aisément baisser le prix du litre à la pompe car le baril de pétrole a baissé de 30% en passant de 108 dollars à 83 dollars en quelques semaines. Il assure que les intérêts des consommateurs sont étroitement liés à ceux de sa profession. Le cadeau gouvernemental profiterait directement aux consommateurs de transport et à ceux des biens de consommation qui ne cessent de renchérir.
M. El Idrissi poursuit que le gouvernement ne peut pas promettre « monts et merveilles » à la profession pour faire marche arrière et l’empêcher de relever ses tarifs de transport pour effacer les surcoûts.
Il avance que la profession subie de plein fouet la décompensation progressive du prix du gasoil et qu’aucune mesures promises par les autorités concernées n’a été retenue dans le PLF 2015.
Ce PLF déçoit aussi les acteurs du transport routier car aucune autre mesure concrète n’a été élaborée pour entreprendre une véritable réforme du secteur.
Rappelons que le plan de mise à niveau du secteur du transport routier au Maroc dans le PLF 2014 avait prévu d’allouer un budget de 930 MDH au rachat de 3.500 agréments de transport routier des voyageurs assimilés à des rentes indues.
Le précédent PLF annonçait le remplacement du système des agréments par celui des licences pour démocratiser le secteur en facilitant l’accès aux professionnels à l’exploitation des lignes de transports de voyageurs.
Le PLF 2015 n’a pas soufflé mot dans sa note de ce rachat ce qui revient à dire qu’il n’est plus d’actualité alors que le gouvernement avait annoncé que ce rachat était un préalable à toute réforme d’envergure du secteur du transport routier.
29 Octobre 2014  
SOURCE WEB Par Medias24

Tags : mesures compensatoires à la décompensation- Fonds d’accompagnement du transport routier- Fouad Ayoubi El Idrissi, président de la Fédération marocaine de l’Union des transporteurs routiers - répercussion du prix du gasoil- la profession subie de plein fouet la décompensation progressive du prix du gasoil et qu’aucune mesures promises par les autorités concernées n’a été retenue dans le PLF 2015- Le précédent PLF annonçait le remplacement du système des agréments par celui des licences pour démocratiser le secteur-le plan de mise à niveau du secteur du transport routier au Maroc dans le PLF 2014 avait prévu d’allouer un budget de 930 MDH au rachat de 3.500 agréments de transport routier des voyageurs assimilés à des rentes indues, le PLF 2015 n’a pas soufflé mot dans sa note de ce rachat ce qui revient à dire qu’il n’est plus d’actualité -