Réalisation des études du HCP Nécessité de prendre en considération les spécificités locales

Réalisation des études du HCP  Nécessité de prendre en considération les spécificités locales

Exploiter et tirer profit des études «précieuses» réalisées par le HCP lors de l'élaboration des politiques publiques pour être en mesure de remédier aux dysfonctionnements. Ph : DR

Plaidoyer, à Marrakech, pour la vulgarisation et la promotion de la culture du recensement, qui débouche sur l'établissement d'indicateurs nécessaires à l'élaboration des politiques publiques.

Des parlementaires participant à un atelier d'étude sous le thème «les indicateurs des droits de l'Homme, outil majeur pour l'action des parlementaires en matière de législation, de suivi et d'évaluation des politiques publiques», ont appelé, samedi à Marrakech, à prendre en considération les spécificités locales lors de la réalisation des études par le Haut-commissariat au plan (HCP).

Les parlementaires participant à cette rencontre de deux jours (31 octobre et 1er novembre), dont les travaux ont pris fin samedi, ont, aussi, appelé à exploiter et tirer profit des études «précieuses» réalisées par le HCP lors de l'élaboration des politiques publiques pour être en mesure de remédier aux dysfonctionnements. 

Ils ont, également, plaidé pour la vulgarisation et la promotion de la culture du recensement, qui débouche sur l'établissement d'indicateurs nécessaires à l'élaboration des politiques publiques.

Les parlementaires ont aussi appelé à la mise à niveau du système de recensement pour qu'il réponde aux grands chantiers ouverts par le Maroc, dont la régionalisation avancée, de même qu'ils ont recommandé l'actualisation continue des données du HCP si possible de manière mensuelle, voire hebdomadaire.

Intervenant à la cérémonie de clôture de cet atelier, le délégué interministériel aux droits de l'Homme, Mahjoub El Hiba, a fait observer que la question des indicateurs des droits de l'Homme, est devenue au centre des débats au niveau national.

La question des droits de l'Homme exige une forte coordination entre les divers intervenants, a-t-il ajouté, relevant que le renforcement des compétences dans ce domaine est un sujet qui revêt une grande importance.

Dans ce cadre, il a fait observer que les rapports élaborés par les gouvernements successifs sont devenus crédibles depuis le gouvernement de l'alternance, en raison de l'accession aux postes de décision de compétences avérées jadis occupant des postes dans des organisations de promotion et de défense des droits de l'homme.

Dans une déclaration à la MAP, Mahjoub El Hiba a souligné que cet atelier d'étude, qui s'inscrit dans le cadre de la dynamique de préparation du Forum mondial des droits de l'homme (Marrakech 27-30 novembre prochain), a atteint les objectifs escomptés, eu égard aux débats interactifs fructueux et à l'ouverture sur de nouvelles expériences, dont celles de la Nouvelle-Zélande et du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH).

Cette rencontre a permis aussi de jeter la lumière sur les acquis du Maroc en matière de droits de l'Homme, mais aussi les enjeux, a-t-il relevé, faisant savoir que les recommandations de cet atelier seront soumises au Parlement.

Organisée par la Délégation interministérielle aux droits de l'homme (DIDH), en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), au profit de 22 parlementaires et 8 fonctionnaires du Parlement relevant des commissions de la justice, de législation, des droits de l'Homme, des affaires étrangères, de la défense nationale et des affaires islamiques, cette rencontre a pour objectif de fournir aux parlementaires un outil de travail en matière de législation, de suivi et d'évaluation des politiques publiques, et ce au regard des normes et engagements internationaux du Maroc dans le domaine des droits de l'Homme.

Cet atelier s'inscrit aussi dans le cadre d'un programme conjoint d'appui à la DIDH pour l'intégration des droits de l'Homme dans les politiques publiques, mis en œuvre en partenariat avec les Agences du système des Nations unies (SNU) accréditées au Maroc et avec l'appui du Bureau régional du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme (HCDH) pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Les participants à cet atelier ont débattu durant deux jours, de thèmes se rapportant à «La pratique conventionnelle du Royaume du Maroc», «Introduction aux mécanismes internationaux de la promotion et de la protection des droits de l'Homme et le rôle des parlementaires dans ce domaine», «L'intégration des droits humains dans la fonction parlementaire : expérience de la Nouvelle-Zélande», «La migration irrégulière au Maroc: de l'enjeu sécuritaire à l'approche droits humains», «les indicateurs de suivi des Objectifs du Millénaire pour le développement et l'agenda post 2015» et «L'expérience et la méthodologie du HCP en matière de développement d'indicateurs se rapportant au développement humain».

2 novembre 2014

SOURCE WEB Par  MAP avec LE  MATIN

Tags : être en mesure de remédier aux dysfonctionnements- établissement d'indicateurs nécessaires à l'élaboration des politiques publiques- prendre en considération les spécificités locales lors de la réalisation des études par le Haut-commissariat au plan (HCP)- établissement d'indicateurs nécessaires à l'élaboration des politiques publiques- mise à niveau du système de recensement pour qu'il réponde aux grands chantiers ouverts par le Maroc, dont la régionalisation avancée- Mahjoub El Hiba, délégué interministériel aux droits de l'Homme- La question des droits de l'Homme exige une forte coordination entre les divers intervenants- Hautcommissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH)- Délégation interministérielle aux droits de l'homme (DIDH)- Programme des Nations unies pour le développement (PNUD)- Agences du système des Nations unies (SNU)-