Tourisme Maroc Vigilance, vous avez dit vigilance ?

Tourisme Maroc   Vigilance, vous avez dit vigilance ?

Décidément, quelques semaines après que le Maroc est été ajouté par le ministère français des Affaires étrangères sur la liste des pays où les touristes sont appelés à une « vigilance renforcée », les annonces des uns et des autres se suivent et ne se ressemblent pas… Baisse des arrivées ? Augmentation des arrivées ? Affront fait au Maroc ? Simple ajustement technique sans réelle importance ? Impact dévastateur ? Impact nul ? Entre les déclarations des uns et des autres, on perd le fil…
Pour essayer de comprendre, prenons le temps d'un petit récapitulatif : le 21 septembre dernier, à la suite de l'assassinat du touriste français Hervé Gourdel en Algérie, le Quai d'Orsay (ministère français des Affaires étrangères) publie une liste de destinations représentant un danger potentiel pour ces ressortissants. Rien de plus normal. La surprise -et quelle surprise- vient du fait que le Maroc est, et c'est une première, nommément cité comme étant un pays où les Français sont appelés à faire preuve d'une « vigilance renforcée ». L'annonce a fait l'effet d'une bombe. Si le ministre du Tourisme Lahcen Haddad, fidèle à sa stratégie d'inaction totale, est comme à son habitude aux abonnés absents et ne trouve rien à redire, se permettant même d'y trouver des éléments positifs, il est bien le seul. Professionnels marocains comme français montent au front et crient au scandale. Et ne parlez pas de patriotisme ; ici il n'est question que de gros sous. Les responsables des agences de voyages françaises, qui ont beaucoup misé sur le Maroc crient au crime ; pour le marché français des voyages, sinistré, le royaume sert habituellement de perfusion de survie.
Face à la fronde commune des professionnels, Marocains comme Français, le Quai d'Orsay précise sa mise en garde, expliquant qu'elle ne concerne que les zones frontalières de l'Algérie… Fin de l'histoire ?
C'était sans compter sur la sortie « sportive » de Mohamed Hassad. Bien entendu, comme tout Marocain qui se respecte, nous nous sommes régalés de l'intervention toute virile de notre ministre de l'intérieur, qui à rappelé à tout le monde que Casablanca ou Marrakech restent bien plus sûres que Saint-Denis ou Sarcelles (et pan sur le bec). Et ce n'est pas la réponse du ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui nous gâchera notre plaisir : mi-figue, mi-raisin, entre la reculade diplomatique et le « je fais ce que je veux », M. Fabius, au-delà même de son physique, dégage beaucoup moins de prestance martiale que notre Hassad national.
Cela étant dit le danger de ces sorties là est de sombrer dans le chauvinisme le plus étroit : notre fierté flattée, on est moins à même de tenir un jugement critique et impartial sur la situation. Et cela est d'autant plus vrai qu'à proposer une autre lecture, l'on risque fort de se voir accuser de tirer contre son camp. Ainsi comme un seul homme, une bonne partie de notre presse nationale à non seulement pris fait et cause pour notre champion Hassad, ce qui est bien normal, mais a également épousé sans remise en cause aucune la thèse défendue par le ministre : à savoir que l'appel à la vigilance des autorités française n'a aucun impact sur les arrivées de touristes depuis le marché hexagonal.
Pourtant des chiffres (sauf ceux, bien sûr, de notre chère CNT, que personne ne peut accuser de manquer à ses devoirs patriotiques) viennent de tomber et ils annoncent une baisse significative… doit-on accuser les cabinets de conseils hôteliers d'injustice envers le Maroc ? J'arrête ici, l'accusation de trahison envers la mère-patrie n'est pas loin...
3 Novembre 2014
SOURCE WEB Par La Vie Touristique

Tags : ministère français des Affaires étrangères- vigilance renforcée- assassinat du touriste français Hervé Gourdel en Algérie- ministre du Tourisme Lahcen Haddad- ministre de l’intérieur Mohamed Hassad-