Journée mondiale Au chevet de la grande bleue

Journée mondiale   Au chevet de la grande bleue

Le taux d'urbanisation des zones cotières est passé de 8% au début du siècle dernier à 60% en 2004.

Hasard du calendrier ou pas, c’est à la veille de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement, dédiée cette année à la protection de la mer, que Aziz Rabbah, ministre de l’Équipement, du transport et de la logistique, avait annoncé que la création d’un conseil maritime est actuellement en discussion au gouvernement : «le conseil maritime sera composé de plusieurs intervenants, notamment la Marine royale, les secteurs de la pêche maritime, de l’environnement et de l’énergie». Une annonce qui a trouvé un écho favorable chez Mahdi Aloui Mdaghri, président du Forum de la mer dont la deuxième édition s’était déroulée à El Jadida en mai dernier. «C’était l’une des recommandations du forum durant lequel j’ai constaté que les responsables d’un ministère donné ignorent ce qui est fait dans d’autres départements.

C’est pour cette raison que nous avons pensé à la création d’un Observatoire qui sera chargé de définir et de piloter la stratégie maritime». Ce conseil en devenir sera-t-il à même de combler le vide juridique sur la protection de la mer, vide causé par l’ajournement depuis les années 90 de la loi sur le littoral ? À ce chapitre, Hakima El Haiti, ministre déléguée à l'Environnement, s’est engagée, lors de ce forum, à ce que cette loi soit votée lors de la prochaine cession parlementaire prévue, comme le veut la tradition, le deuxième vendredi du mois d’octobre. Rendez-vous est donc pris pour l’automne prochain pour qu’enfin le littoral qui couvre 13 des 16 régions du Royaume ne soit plus le théâtre d’agressions écologiques. Et l’urgence est signalée par le ministère chargé de l’Environnement dont les statistiques indiquent que les activités industrielles se concentrent sur le littoral qui accueille 80% des effectifs permanents des industries, 50% de la capacité d'accueil touristique et 92% du commerce extérieur. «Tous ces grands ensembles urbano-industriels rejettent souvent directement dans le milieu marin», conclut le département de Hakima El Haiti.

80% des industries se concentrent sur le littoral

Selon une étude intitulée «Pressions environnementales et nouvelles stratégies de gestion sur le littoral marocain», le taux d’urbanisation des zones littorales est passé de 8% au début du siècle dernier à près de 60% en 2004, date du dernier recensement général de la population. Selon cette dernière, le milieu marin reçoit directement 98% des rejets liquides industriels et agricoles et 52% des rejets domestiques urbains émanant des agglomérations côtières. Selon Samira Idllalène, universitaire et militante écologiste, qui s'était exprimée dans les colonnes du «Matin», «pendant le temps où le projet est malmené entre les différents départements et les différentes commissions, le littoral marocain continue de subir des dégradations qui peuvent être irréversibles». 

Plateforme «Océan et Climat 2015»

L'Unesco a lancé à Paris la «Plateforme Océan et Climat 2015» qui réunit les acteurs de la société civile et de la recherche avec pour objectif de placer l'océan au cœur des discussions internationales relatives au climat. Premier fournisseur d'oxygène, l'océan joue un rôle aussi important que les forêts en tant que «poumon» de la planète et fait office de régulateur déterminant dans le changement climatique. L'augmentation des émissions de CO2, la surexploitation des ressources et la pollution diminuent la capacité des écosystèmes marins à s'adapter aux changements climatiques présents et futurs.

 

7 juin 2014 –

SOURCE WEB Par Samir Benmalek, LE MATIN

Tags : Le taux d'urbanisation des zones cotières est passé de 8% au début du siècle dernier à 60% en 2004-Aziz Rabbah, ministre de l’Équipement, du transport et de la logistique, avait annoncé que la création d’un conseil maritime est actuellement en discussion au gouvernement : «le conseil maritime sera composé de plusieurs intervenants, notamment la Marine royale, les secteurs de la pêche maritime, de l’environnement et de l’énergie- Observatoire qui sera chargé de définir et de piloter la stratégie maritime- vide causé par l’ajournement depuis les années 90 de la loi sur le littoral -l’urgence est signalée par le ministère chargé de l’Environnement dont les statistiques indiquent que les activités industrielles se concentrent sur le littoral qui accueille 80% des effectifs permanents des industries, 50% de la capacité d'accueil touristique et 92% du commerce extérieur- le taux d’urbanisation des zones littorales est passé de 8% au début du siècle dernier à près de 60% en 2004- le milieu marin reçoit directement 98% des rejets liquides industriels et agricoles et 52% des rejets domestiques urbains émanant des agglomérations côtières-L'Unesco a lancé à Paris la «Plateforme Océan et Climat 2015» qui réunit les acteurs de la société civile et de la recherche avec pour objectif de placer l'océan au cœur des discussions internationales relatives au climat- L'augmentation des émissions de CO2, la surexploitation des ressources et la pollution diminuent la capacité des écosystèmes marins à s'adapter aux changements climatiques présents et futurs-