Un vol inaugural sans opérateurs du Tourisme

Un vol inaugural sans opérateurs du Tourisme

Aziz Rebbah, ministre de l'Equipement et des Transports et Driss Benhima, PDG de la RAM se positionnent

C’est aujourd’hui qu’à lieu le vol inaugural Casablanca-Zagora-Ouarzazate. Un évènement organisé par le ministère de l’Equipement et des Transports en étroite coordination avec la RAM. Mais où les opérateurs du Tourisme ont été volontairement écartés.

Le premier vol de la ligne régulière Casablanca-Zagora-Ouarzazate est parti, ce matin, à 9h00, de l’aéroport Mohamed V de Casablanca.

A son bord, une équipe élargie du ministère de l’Equipement et des Transports, quelques responsables de la RAM, deux personnes de l’ONDA dont le DG, une seule personne du ministère des Finances, aucune personne du ministère de l’Intérieur et un petit groupe de journalistes pour assurer la couverture médiatique..

Car pour le ministère de l’Equipement et des Transports ainsi que pour la compagnie nationale, c’est avant tout le coup médiatique qui importe !

Selon le programme de cette journée, Azziz Rebbah, ministre de l’Equipement et des Transport et Driss Benhima, PDG de la RAM prendront la parole à plusieurs reprises pour bien marteler qui est à l’origine de l’entrée en vigueur de cette convention de partenariat de soutien des vols intérieurs.

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’aucun opérateur du secteur du tourisme, aussi bien public que privé, n’a été associé à ce vol inaugural. Comme si le tourisme n’était pas impliqué dans la problématique de l’aérien et comme si, sans le secteur touristique et ses opérateurs, ce vol servirait à quelque chose…

Le Président de la Région, le Gouverneur, l’ensemble des autorités locales et des élus ainsi que le Conseil Provincial de Ouarzazate, ont, par contre, montré que leur seule volonté est d’améliorer l’environnement économique et social de la région. C’est pour cette raison, qu’à leur niveau, ils ont été coopératif, ont pris en charge les festivités de cette journée et ont invités les opérateurs de la ville, même les hôteliers à y participer.

Par contre, Messieurs Rebbah et Benhima, ont oubliés que c’est le tourisme qui fait vivre ces régions et aussi que c’est le lobbiying des opérateurs touristiques et des producteurs du cinéma qui ont permis, qu’enfin, cette ligne voit le jour.

Ils ont également aussi oubliés que pour que cette ligne ne soit plus subventionnée, il faut qu’un important travail soit effectué pour remplir les avions, que ce soit de la part de l’ONMT pour marketer la région, des hôteliers et des agents de voyage qui doivent stimuler leurs contrats avec les T.O et du ministère du Tourisme pour mettre en place une stratégie de développement touristique. Un lobbying doit également être entrepris pour encourager les producteurs de cinéma à venir encore plus nombreux tournés leurs films dans le sud du pays.

Le travail est donc encore long et tous les intervenants doivent être impliqués pour que cette ligne soit efficiente et débouche sur l’ouverture d’autres lignes, notamment à l’international... L’ensemble des opérateurs devraient donc travailler la main dans la main.

Mais, in fine, les enjeux politiques et les egos personnels, prennent une nouvelle fois le dessus sur les besoins réels de la destination…

Le 16 Juin 2014

SOURCE WEB Par Tourisma Post

Tags : Aziz Rebbah, ministre de l'Equipement et des Transports et Driss Benhima, PDG de la RAM se positionnent- premier vol de la ligne régulière Casablanca-Zagora-Ouarzazate- Azziz Rebbah, ministre de l’Equipement et des Transport- Driss Benhima, PDG de la RAM- aucun opérateur du secteur du tourisme n’a été associé à ce vol inaugural- Messieurs Rebbah et Benhima, ont oubliés que c’est le tourisme qui fait vivre ces régions et aussi que c’est le lobbiying des opérateurs touristiques et des producteurs du cinéma qui ont permis, qu’enfin, cette ligne voit le jour-il faut qu’un important travail soit effectué pour remplir les avions, que ce soit de la part de l’ONMT pour marketer la région, des hôteliers et des agents de voyage qui doivent stimuler leurs contrats avec les T.O et du ministère du Tourisme pour mettre en place une stratégie de développement touristique- tous les intervenants doivent être impliqués- in fine, les enjeux politiques et les egos personnels, prennent une nouvelle fois le dessus-