Afrique de l’Ouest Ebola perturbe le trafic aérien et le foot

Afrique de l’Ouest  Ebola perturbe le trafic aérien et le foot

Le virus Ebola a fait au moins quatre morts à Monrovia, les premiers décès confirmés enregistrés dans la capitale du Liberia depuis le début de l'épidémie. Ph : AFP

L'épidémie s'est déclarée au début de l'année en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone, trois pays voisins qui, totalisaient 1. 201 cas, dont 672 mortels, selon le dernier bilan de l’OMS

La Fédération libérienne de football a annoncé mardi la suspension «avec effet immédiat» de ses activités pour réduire les risques de propagation de l'épidémie d'Ebola, qui a tué 129 personnes sur 249 cas signalés dans le pays depuis le début de l'année selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Le ministère libérien des Finances a pour sa part annoncé la mise sous surveillance sanitaire de ses agents ayant été en contact avec un de ses fonctionnaires décédé du virus en mission au Nigeria la semaine dernière.

La Fédération de football (LFA, Liberia football association) a «ordonné, avec effet immédiat, la suspension de toutes les activités de football et des activités connexes à travers le pays», afin de contribuer à la lutte contre la propagation de l'épidémie, selon un communiqué de son président, Musa Bility.

Au ministère des Finances, la décision de placement sous surveillance sanitaire concerne «un peu plus de 25 personnes qui sont actuellement sous surveillance pour 21 jours», durée maximum de l'incubation du virus, a expliqué mardi à l'AFP, Sidiki Trawally, directeur de la communication du ministère des Finances.

Patrick Sawyer, 40 ans, coordinateur d'un programme ouest-africain au ministère, présentait des symptômes d'Ebola à son arrivée, le 22 juillet, à Lagos via Lomé. Pris en charge aussitôt et placé en quarantaine dans un hôpital, de même que les passagers du vol Lomé-Lagos, il est décédé le 25 juillet.

Dans un communiqué daté de lundi, le ministère des Finances a annoncé avoir fermé temporairement -pour quelques heures entre lundi et mardi- le bâtiment abritant ses locaux pour une opération complète de nettoyage et de désinfection à la demande du ministère de la Santé.

Il évoque également le placement sous surveillance sanitaire, pour 21 jours, de tous les hauts fonctionnaires du ministère ayant «eu des contacts directs ou indirects avec M. Sawyer», sans en préciser le nombre.

«Tous ces fonctionnaires ont été priés de travailler de leur domicile, jusqu'à ce que le ministère de la Santé leur notifie qu'ils peuvent reprendre leur service normal», selon le texte.

D'après Sidiki Trawally, l'annonce de la mort de Patrick Sawyer a laissé ses collègues à Monrovia «traumatisés».

L'OACI consulte l'OMS pour freiner l'épidémie

L'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) vont se réunir d'urgence face à la propagation de l'épidémie de fièvre Ebola en d'Afrique de l'Ouest, a-t-on appris mardi.

La compagnie aérienne panafricaine ASKY avait annoncé plus tôt dans la journée l'interruption de ses liaisons avec les capitales du Liberia et de la Sierra Leone, deux des pays touchés par l'épidémie, car un de ses passagers venait de succomber au virus au Nigeria.

Ce développement force l'OACI, une agence de l'Onu, à agir, a annoncé à l'AFP le secrétaire général de l'OACI, Raymond Benjamin : «Jusqu'à ce matin cela ne touchait pas l'aviation civile, mais maintenant nous sommes concernés».

«Cela va nous amener à réagir très rapidement», a-t-il assuré, expliquant que son organisation allait «mener des consultations avec l'OMS pour voir quels types de recommandations nous allons émettre» pour freiner l'expansion de la maladie.

Aucune information n'a été donnée sur le lieu et la date de cette réunion entre l'OACI et l'OMS.

Selon les dernières données diffusées vendredi par l'OMS, le bilan de la flambée de fièvre hémorragique continue de s'aggraver avec près de 1.100 cas et 660 morts, dont 28 décès entre les 18 et 20 juillet, en Guinée, au Liberia et dans la Sierra Leone.

Un médecin canadien en quarantaine à son retour du Liberia

Un médecin canadien revenu samedi du Liberia, où il a passé un mois à lutter contre l'épidémie d'Ebola, est actuellement en quarantaine mais ne souffre d'aucun symptôme, a indiqué mardi l'ONG qui l'avait dépêché en Afrique.

Le docteur Azaria Marthyman observe actuellement une période de confinement à son domicile de Victoria, sur l'île de Vancouver (côte Pacifique), bien qu'il n'ait pas été testé positif à cette fièvre hémorragique qui a fait quelque 700 morts en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

En tout, plus de 1.200 personnes ont contracté la maladie, au Liberia mais aussi en Sierra Leone et en Guinée.

«Azaria n'a aucun symptôme actuellement et il n'y a aucun risque d'être contagieux si vous ne présentez pas de symptômes», a déclaré à la chaîne de télévision CTV la porte-parole de l'ONG évangélique Samaritan's Purse qui l'avait envoyé sur place.

Durant son séjour à Monrovia, le Dr Marthyman a, notamment, côtoyé deux humanitaires américains qui se trouvent en quarantaine, toujours au Liberia. L'un d'eux, un médecin, a contracté le virus Ebola alors qu'il soignait des patients touchés par cette fièvre hémorragique mortelle et est «faible et vraiment malade», selon ce qu'ont indiqué ses proches à l'AFP.

 

30 juillet 2014 –

SOURCE WEB Par AFP avec LE MATIN

Tags : Le virus Ebola a fait au moins quatre morts à Monrovia, les premiers décès confirmés enregistrés dans la capitale du Liberia depuis le début de l'épidémie- L'épidémie s'est déclarée au début de l'année en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone, trois pays voisins qui, totalisaient 1. 201 cas, dont 672 mortels, selon le dernier bilan de l’OMS- Organisation mondiale de la Santé (OMS) - L'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI)  - La Fédération de football (LFA, Liberia football association)- L'OACI consulte l'OMS pour freiner l'épidémie- Ce développement force l'OACI, une agence de l'Onu, à agir, a annoncé à l'AFP le secrétaire général de l'OACI, Raymond Benjamin : «Jusqu'à ce matin cela ne touchait pas l'aviation civile, mais maintenant nous sommes concernés»-