Gouvernance locale L’amélioration de la gestion communale passe par le renforcement de l’audit interne

Gouvernance locale   L’amélioration de la gestion communale passe par le renforcement de l’audit interne

Le programme de gouvernance locale (PGL) qui a été lancé en 2010 vise à promouvoir les bonnes pratiques en matière de gestions communale.

En vertu de la charte communale, les communes ont des missions diversifiées et importantes pour le développement local. Pour garantir la reddition des comptes et affronter les multiples problèmes de gestion, l’audit interne s’avère un outil primordial permettant aux présidents et aux responsables communaux de s’assurer en permanence que les différents processus sont suffisamment maitrisés par des dispositifs adéquats de contrôle. C’est en tout cas la conviction affichée par les initiateurs du programme de gouvernance locale (PGL) qui a été lancé en 2010 par l’agence américaine pour le développement international (USAID) et la direction générale des collectivités locales relavant du ministère de l’Intérieur. Ce programme érige l’audit interne en priorité. Trois communes pilotes (Safi, El Jadida et Salé) ont bénéficié d’un appui en la matière à travers notamment la création de structures d’audit interne opérationnelles, l’élaboration de référentiels pour la pratique de l’audit interne et l’organisation d’actions de formation.

D’après les responsables du PGL, ces trois communes ont réalisé un succès remarquable dans l’expérience de mise en place de leurs unités d’audit interne, en conduisant plusieurs missions d’audit. Leur expérience leur a, en effet, permis de confirmer la faisabilité et l’applicabilité de l’approche de l’audit interne ainsi que son adéquation avec les impératifs dictés par le contexte national actuel, visant à instaurer les règles de bonne gouvernance dans la gestion des affaires locales.

Les témoignages des responsables locaux démontrent l’importance du développement de la culture du contrôle interne et de reddition des comptes. Le maire de Salé, Noureddine Lazrek, affiche sa satisfaction soulignant que le grand effort déployé a permis d’aboutir à des résultats et des recommandations concrets. Toutefois, il reconnait que la mise en œuvre des recommandations de la mission d’audit interne n’est pas totalement concrétisée, espérant que les équipes concernées pourront bientôt améliorer leur rendement.

La mise en place de structures d’audit interne dans les trois communes pilotes a été acceptée sans aucune réticence. L’idée est facile à adopter au niveau local, car il ne s’agit pas de sanctionner les contrevenants comme c’est le cas de l’inspection, mais plutôt d’aboutir à des recommandations d’amélioration des systèmes de contrôle interne (organisation, procédures, méthodes de gestion, etc.) et de gouvernance. C’est ce que souligne Ahmed Adnane, chef de la Division des affaires économiques et financières dans la commune urbaine de Safi. Il tient à préciser que les auditeurs internes sont à l’écoute des problèmes de gestion et tentent de se positionner comme des équipes d’appui pour trouver des solutions. «Le but n’est pas de contrôler la gestion ou faire le travail des organismes d’audit externe. Les auditeurs sont conscients de leur rôle de conseil et de recherche de solutions. Ils adoptent une approche souple qui leur permet d’atteindre leur objectif», affirme-t-il.

Abdelbar Nassouh, secrétaire général adjoint de la commune urbaine d’El Jadida, abonde dans la même veine. Il relève que la cellule d’audit interne vise l’appui et le renforcement des compétences. «Elle a aussi pour mission l’évaluation et l’ajustement pour servir les intérêts de tous : l’administration et les citoyens», dit-il.

Pour partager l’expérience de mise en place de l’audit interne dans les communes avec différents acteurs intéressés par la gestion communale et par les activités d’audit, une rencontre se tient le 18 décembre à Rabat. L’idée est d’assurer la duplication progressive de cette expérience sur un large panel de communes en vue non seulement d’améliorer le fonctionnement de l’administration communale, mais également d’augmenter la confiance du citoyen dans le fonctionnement des services communaux. En effet, l’audit interne permet d’améliorer l’image de la commune aux yeux des citoyens qui ne cessent de critiquer vertement la gestion locale.

Témoignages des présidents des trois communes pilotes

Abdelhakim Soujda, président du conseil communal d’El Jadida, signale que sa commune a pu développer une démarche importante dans l’amélioration de son efficacité administrative. «Toutefois, les risques de la gestion administrative subsistent et leur maitrise exige une intervention immédiate ; ce qui nous a conduits à adhérer à ce chantier de l’audit interne», relève-t-il. Pour sa part, le président de la commune urbaine de Salé, Noureddine Lazrak, indique que le conseil communal a décidé de mettre en place une division dédiée à l’audit interne pour répondre à plusieurs objectifs. «Les chefs des divisions ont bénéficié d’une phase de sensibilisation sur l’apport de la mise en place de cette structure. Le grand apport de cette démarche a été l’élaboration d’une cartographie des risques, partant du fait que le fonctionnaire pourrait faire des erreurs sans le savoir. Ainsi, cet exercice préalable et essentiel leur a permis d’identifier les risques auxquels ils peuvent s’exposer. Nous avons pu développer une charte de l’audit interne et un guide qui est devenu une référence pour les chefs des départements et les fonctionnaires de manière générale», dit-il. Quant à Mohamed Karime, président du conseil communal de Safi, il estime que l’objectif stratégique majeur de l’audit interne est l’amélioration de la qualité des services de la commune pour atteindre une gestion rationalisée et transparente. «En tant que président de la commune urbaine de Safi, notre approche n’a pas découlé d’un simple objectif, mais il s’agit de toute une orientation stratégique, car nous considérons que la gestion et le succès de toute institution, qu’elle soit élue, publique ou privée, demeurent tributaires de la structure d’audit interne qui accompagne en parallèle son activité», indique-t-il.

16 décembre 2014 –

SOURCE WEB Par Jihane Gattioui, LE MATIN

Tags : Le programme de gouvernance locale (PGL) a été lancé en 2010- En vertu de la charte communale, les communes ont des missions diversifiées et importantes pour le développement local- agence américaine pour le développement international (USAID)- instaurer les règles de bonne gouvernance dans la gestion des affaires locales- augmenter la confiance du citoyen dans le fonctionnement des services communaux- division dédiée à l’audit interne pour répondre à plusieurs objectifs-