Coopération Sud Sud Le Maroc met son expertise environnementale au service de plusieurs pays africains

Coopération Sud Sud  Le Maroc met son expertise environnementale au service de plusieurs pays africains

Hakima El Haïti. Ph. Saouri

Le Maroc a mis à profit sa participation au Sommet mondial sur le climat, qui s’est déroulé à Lima (Pérou) en décembre, afin d’exposer «son nouveau modèle de marketing», selon Hakima El Haïti, ministre déléguée chargée de l’Environnement. En plus de la désignation du Maroc pour l’organisation du Sommet mondial sur le climat en 2016, un autre objectif, et non des moindres, a été atteint, celui d’être le leader africain en matière de politique environnementale. La ministre, qui animait une rencontre avec la presse à Casablanca le 24 courant, a fait savoir que le centre de compétence climatique, mis sur pied en coopération avec l’Allemagne, et qui a formé la délégation marocaine qui s’est rendue dans la capitale péruvienne, sera désormais ouvert aux pays africains. «Le Maroc sera l’entrée principale du Fonds vert, doté de 10 milliards de dollars. La partie du Fonds destinée à l’Afrique devra désormais transiter par le Maroc.»

Neuvième rang mondial

Cela a un double impact : «mieux mettre en valeur les compétences des entreprises marocaines et renforcer la coopération Sud-Sud», a souligné la ministre de l’Environnement. Le Fonds vert pour le climat est un mécanisme financier de l’ONU sur les changements climatiques qui a pour objectif le transfert de fonds des pays les plus avancés à destination des pays les plus vulnérables afin de mettre en place des projets pour combattre les effets des changements climatiques. Cette reconnaissance à l’international a valu au Maroc de s’être vu confier la mise sur pied de la politique environnementale de plusieurs pays d’Afrique tels que Mali, le Congo, la Sierra Leone et le Burundi.

Hakima El Haïti a fait savoir que l’un des directeurs qui l’accompagnaient lors de la conférence revenait d’une mission qui l’a conduit au Burundi afin de mettre en œuvre la politique environnementale de ce pays. Cette implication continentale du Royaume est d’autant plus importante que sur les 40% des terres dégradées dans le monde, 80% se trouvent en Afrique. Il est à signaler que les efforts du Maroc en matière de lutte contre le changement climatique viennent de nouveau d’être reconnus à l’échelle internationale. Le dernier classement de 2014 du Climate Change Performance Index a placé le Maroc au neuvième rang mondial, le pays gagne ainsi 6 places par rapport à 2013.

 

25 décembre 2014 –

SOURCE WEB   Par Samir Benmalek, LE MATIN

Tag : Hakima El Haïti, ministre déléguée chargée de l’Environnement- désignation du Maroc pour l’organisation du Sommet mondial sur le climat en 2016- Maroc, leader africain en matière de politique environnementale- centre de compétence climatique, mis sur pied en coopération avec l’Allemagne- Le Maroc sera l’entrée principale du Fonds vert, doté de 10 milliards de dollars, la partie du Fonds destinée à l’Afrique devra désormais transiter par le Maroc- Le Fonds vert pour le climat est un mécanisme financier de l’ONU sur les changements climatiques- transfert de fonds des pays les plus avancés à destination des pays les plus vulnérables- sur les 40% des terres dégradées dans le monde, 80% se trouvent en Afrique- Le dernier classement de 2014 du Climate Change Performance Index a placé le Maroc au neuvième rang mondial, le pays gagne ainsi 6 places par rapport à 2013-