À partir de la prochaine rentrée universitaire 120 millions de DH pour faire bénéficier 240.000 étudiants de la couverture médicale

À partir de la prochaine rentrée universitaire  120 millions de DH pour faire bénéficier 240.000 étudiants de la couverture médicale

Les universités marocaines accueillent quelque 900 000 étudiants.

Près de 240.000 étudiants bénéficieront gratuitement de la couverture médicale à partir de l'année universitaire 2015-2016. Selon la ministre déléguée auprès du ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Soumiya Benkhaldoun, sur les 900.000 étudiants que devraient accueillir les universités marocaines lors de la prochaine rentrée universitaire, environ 240.000 étudiants de l'enseignement supérieur public et privé bénéficieront du régime de l'assurance maladie obligatoire de base. La responsable gouvernementale a précisé dans un entretien accordé à la MAP que l'État prendra en charge la totalité des coûts de cette opération. L'activation de ce nouveau dispositif, adopté lundi dernier par le Comité interministériel de pilotage de la réforme de la couverture médicale de base, nécessitera de la part de l'État un investissement de 120 millions de dirhams. Mme Benkhaldoun tient à souligner à cet égard que le traitement des aspects techniques relatifs aux abonnements, à la vérification des listes des étudiants éligibles à ce régime et à la préparation des cartes spécifiques à cette catégorie étaient en cours. Il est à noter que les étudiants qui bénéficient de la couverture médicale grâce à leurs parents en tant qu'ayants droit ne sont pas concernés par cette opération. Donc, seuls ceux qui ne sont couverts par aucun régime d’assurance peuvent prétendre en bénéficier. La ministre a également relevé que le régime de l'assurance maladie obligatoire de base concerne non seulement les étudiants de l'enseignement public et privé, mais aussi «toute personne poursuivant des études au-delà du baccalauréat, soit dans les classes préparatoires des ingénieurs, les établissements d'enseignement supérieur relevant des universités, ou encore dans les établissements de formation des cadres et de formation professionnelle».

La gestion et le pilotage de ce régime de couverture médicale obligatoire seront confiés à la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS), a précisé Mme Benkhaldoun, expliquant que «l'étudiant deviendra un adhérent à cette caisse et bénéficiera au même titre que les autres adhérents de l'ensemble des prestations de couverture médicale offertes par cet organisme». La décision de mettre en place ce régime de couverture médicale au profit des étudiants vient confirmer la conviction du ministère que «l'investissement dans les étudiants est un investissement réel, producteur de compétences et de talents» et que «la véritable économie est celle du savoir».

À cet égard, la ministre a mis l'accent sur l'importance du développement fondé sur le savoir et sur «une recherche scientifique forte dont les résultats peuvent être exploités, industrialisés et commercialisés». Par ailleurs, Mme Benkhaldoun a mis en exergue quelques réalisations importantes accomplies dans le secteur de l'enseignement supérieur, depuis la prise de fonction de l'actuel gouvernement, notamment, la réduction de la surcharge dans les universités et les cités universitaires. Selon la responsable gouvernementale, le ministère a pu augmenter la capacité d'accueil des établissements universitaires de 63.000 places, et étoffer l'offre universitaire avec 10 nouveaux établissements au cours des trois dernières années. En effet, la capacité d'accueil des cités universitaires, qui a connu cette année une augmentation de 50%, devrait encore s'accroître de 60% au cours de l'année universitaire 2015-2016. Et pour surmonter le déficit en matière des cadres éducatifs, Mme Benkhaldoun a rappelé que son département avait donné la possibilité aux titulaires de doctorat exerçant dans les différents secteurs de la fonction publique d’enseigner dans les universités par voie de concours.

Selon elle, cela s'est traduit par la réaffectation de 500 postes au profit du ministère de l'Enseignement supérieur. «Les négociations sont en cours avec le ministère des Finances pour créer 500 nouveaux postes budgétaires d'enseignants chercheurs, faisant porter à 1.000 le nombre des nouveaux enseignants en 2014», a-t-elle ajouté. La ministre a, d'autre part, évoqué le lancement de consultations avec les différents secteurs gouvernementaux pour l'élaboration d'«un guide de métiers», comprenant des renseignements sur les besoins professionnels de chaque secteur gouvernemental au Maroc, en vue de contribuer aux efforts visant à adapter la formation aux besoins du marché de l'emploi.

 

2 janvier 2015 –

SOURCE WEB Par LE MATIN

Tags : la prochaine rentrée universitaire devraient accueillir 900.000 étudiants, l'État prendra en charge la totalité des coûts de cette opération -240.000 étudiants bénéficieront gratuitement de la couverture médicale à partir de l'année universitaire 2015 2016- Soumiya Benkhaldoun, ministre déléguée auprès du ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres- la vérification des listes des étudiants éligibles à ce régime et à la préparation des cartes spécifiques à cette catégorie étaient en cours- seuls les étudiants qui ne sont couverts par aucun régime d’assurance peuvent prétendre en bénéficier- l'assurance maladie obligatoire de base concerne non seulement les étudiants de l'enseignement public et privé, mais aussi toute personne poursuivant des études au delà du baccalauréat- Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS)- l'investissement dans les étudiants est un investissement réel, producteur de compétences et de talents- importance du développement fondé sur le savoir et sur une recherche scientifique forte dont les résultats peuvent être exploités, industrialisés et commercialisés-le ministère a pu augmenter la capacité d'accueil des établissements universitaires de 63.000 places, et étoffer l'offre universitaire avec 10 nouveaux établissements au cours des trois dernières années-lancement de consultations avec les différents secteurs gouvernementaux pour l'élaboration d'«un guide de métiers», comprenant des renseignements sur les besoins professionnels de chaque secteur gouvernemental au Maroc- adapter la formation aux besoins du marché de l'emploi-