Artisanat de cuir de Guelmim Un savoir faire ancestral perpétué de mère en fille

Artisanat de cuir de Guelmim Un savoir faire ancestral perpétué de mère en fille

«Mettre à plat les contraintes liées à l'acquisition des matières premières, l'accès au marché et l'amélioration de sa compétitivité». Ph : DR
Les produits artisanaux de cuir
confectionnés par les femmes représentent une branche de l'artisanat typique de la province de Guelmim, porte du Sahara et un savoir-faire ancestral perpétué de mère en fille.
Se basant sur la peau de chèvre comme matière première, les femmes artisanes de la région s'appliquent à confectionner des œuvres moyennant des outils adaptés, comme «Lgebda», «Lechfa» et «Lemdelka», utilisés, respectivement pour couper, couder et astiquer le cuir, en plus de «Lemnageâ», qui sert à mélanger la matière de coloration.
Ce métier fait partie intégrante du quotidien des nomades, allant des matelas et couvertures aux différents récipients, reflétant le côté utilitaire de ces produits, sans pour autant écarter la dimension esthétique. Ainsi, parmi les produits confectionnés par les femmes sahraouies, notamment au Oued Noun, figurent «Essrama», des oreillers en cuir et «Tassoufra», un récipient utilisé par les nomades pour ranger les ustensiles de thé et autres outils.
Afin d'accompagner les besoins et les tendances du marché, la nouvelle génération de femmes artisanes, qui a bénéficié d'une formation, ont usé de leur imagination et de leur connaissances pour élargir la gamme de leur produits et créer de nouvelles formes, sans pour autant déroger aux règles de cet art connu par ses motifs multicolores, avec une préférence hautement symbolique pour le rouge et le vert.
Selon Brahim El-Hissen, chercheur dans le patrimoine sahraoui, artiste et critique, les produits en cuir, toutes formes et fonctions confondues, sont caractérisés par la présence marquée des symboles et des motifs, alliant différentes formes tout en veillant à leur harmonie.
Dans une déclaration à la MAP, il a souligné que ces éléments décoratifs renvoient à des structures graphiques et esthétiques enfouies dans l'esprit des femmes artisanes et reflétant, ainsi, leur vécu, ajoutant qu'il s'agit là de composantes culturelles qui se transmettent grâce à cet art.
Convaincues de l'importance du travail commun, un ensemble de femmes artisanes désireuses d'améliorer leur situation matérielle et sociale et préserver ce métier devant la concurrence féroce des produits industrialisés, se sont groupées dans le cadre de coopératives afin de conjuguer leurs efforts et optimiser leur action, de la phase de production à celle de commercialisation, en passant par l'acquisition de la matière première.
Pour Aicha Naji, trésorière de la coopérative «Al Fath» des produits en cuir, ce groupement de femmes artisanes, qui a vu le jour quatre ans plus tôt, est parvenu à renforcer ses moyens de travail grâce à des équipements et matériaux modernes et à s'approvisionner en matières premières nécessaires, ce qui lui a permis d'améliorer et de diversifier sa production, mettant en avant le soutien de la direction régionale de l'Artisanat et de l'Economie solidaire et du conseil provincial.
Elle a également souligné l'importance de la formation continue comme moyen de promouvoir la créativité et la création, de consolider le savoir-faire en matière de management et de gestion et d'améliorer la rentabilité des coopératives.
Reste que cette coopérative, comme bien d'autres, aspire toujours à davantage de soutien et d'accompagnement de la part des différents partenaires, afin de pouvoir mettre à plat les contraintes liées à l'acquisition des matières premières, l'accès au marché et l'amélioration de sa compétitivité, et en harmonie avec les axes du plan de développement régional de l'artisanat dans la région de Guelmim-Es Smara, notamment celui relatif à l'appui à la production et à l'amélioration des conditions de travail des artisans.
Le  24 mars 2014
SOIRCE WEB Par MAP

Tags : Les produits artisanaux de cuir- Guelmim- femmes artisanes- Lgebda- Lechfa- Lemdelka- femmes sahraouies- Brahim El Hissen chercheur dans le patrimoine sahraoui- Aicha Naji, trésorière de la coopérative Al Fath des produits en cuir- direction régionale de l'Artisanat et de l'Economie solidaire et du conseil provincial-