Projet éolien intégré 850 MW Le marché sera attribué cet été

Projet éolien intégré 850 MW Le marché sera attribué cet été

Les plans industriels proposés par les soumissionnaires sont en ligne avec les objectifs du projet, selon l’ONEE.
L’ONEE vient de boucler l’évaluation de la première étape de l’appel d’offres pour le projet éolien intégré. Les cinq consortiums soumissionnaires ont été qualifiés pour la prochaine et dernière étape prévue pour juin 2015.
Cette fois sera-t-elle la bonne ? L’adjudicataire du projet éolien intégré 850 MW sera connu au début du second semestre 2015. L'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE) vient de confirmer l’achèvement de l’évaluation de la première étape de l'appel d'offres relatif au développement, à la conception, au financement, à la construction et à l’exploitation et maintenance de ce projet, comme nous l’annoncions en exclusivité le 2 avril dernier. L'annonce de l’adjudicataire était attendue pour le début de l'année, mais l'évaluation des offres techniques et industrielles a pris plus de temps que prévu, compte tenu des exigences de l'appel d'offres sur l'intégration industrielle qui est une composante fondamentale du projet.
Rappelons que ce mégaprojet d’environ 14 milliards de DH porte sur cinq parcs éoliens «Midelt» 150 MW, «Tiskrad-Tarfaya» 300 MW, «Tanger II-100 MW», «Jbel Lahdid-Essaouira» 200 MW et «Boujdour» 100 MW. La mise en service de ces parcs est échelonnée entre 2017 et 2020. Selon l’ONEE, les offres techniques de cette première étape, déposées en septembre dernier par les cinq consortiums préqualifiés, comportent les propositions de ces derniers relatives à leurs plans d’intégration industrielle.
«Cette évaluation a révélé que les plans industriels proposés par les soumissionnaires sont en ligne avec les objectifs du programme intégré de l’énergie éolienne», souligne le top management de l’ONEE dans un communiqué. Rappelons que le projet vise, outre la production d’électricité verte, le développement d’une industrie éolienne locale, à travers notamment la mise en place au Maroc d’unités de production de pales, de la fabrication locale des tours, etc., et de centres de formation, permettant la création d’une forte valeur ajoutée et un transfert de savoir-faire dans le secteur. «Au terme de cette évaluation, les cinq consortiums soumissionnaires ont été déclarés qualifiés pour la deuxième étape de l’appel d’offres et devront remettre leurs offres techniques et industrielles finalisées ainsi que leurs offres financières et tarifaires au mois de juin 2015, annonce l’Office. L’adjudicataire du projet sera ainsi connu quelques semaines après.
Notons que pour le financement de ces parcs éoliens, l’ONEE a levé des financements concessionnels à hauteur de 385 millions d’euros et 31 millions de dollars, soit l’équivalent de 4,5 milliards de DH, auprès de différents bailleurs de fonds. La Banque allemande de développement (KfW), au nom du gouvernement fédéral allemand, contribue pour un montant de 130 millions d’euros. La Banque européenne d'investissement (BEI) mise 200 millions d’euros. La Commission européenne mobilise 15 millions d’euros dans le cadre de la Facilité d’investissement pour le voisinage de l’Union européenne (FIV), alloués aux parcs éoliens de Midelt, Tanger II et Jbel Lahdid. Quant à la Banque africaine de développement (BAD), elle soutient le projet pour un montant de 40 millions d’euros, en sus des 31 millions de dollars du Fonds de technologie propre (FTP) véhiculé via la BAD, dédiés au parc éolien de Tanger II..
23 avril 2015 - 18h43
SOURCE WEB Par Moncef Ben Hayoun, LE MATIN

Tags : ONEE- projet éolien intégré- Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE)- appel d'offres sur l'intégration industrielle- cinq parcs éoliens- Cette évaluation a révélé que les plans industriels proposés par les soumissionnaires sont en ligne avec les objectifs du programme intégré de l’énergie éolienne- centres de formation- financements concessionnels à hauteur de 385 millions d’euros et 31 millions de dollars- La Banque allemande de développement (KfW)- la Facilité d’investissement pour le voisinage de l’Union européenne (FIV)- parcs éoliens de Midelt, Tanger II et Jbel Lahdid- la Banque africaine de développement (BAD)-