COMMENT LE MAROC A FAIT LE CHOIX D\'UN ISLAM MODERNE

COMMENT LE MAROC A FAIT LE CHOIX D\'UN ISLAM MODERNE

LE ROYAUME ENGAGÉ DANS UN GRAND PROCESSUS DE RESTRUC-TURATION DU CHAMP RELIGIEUX - LE CODE DE LA FAMILLE, UN DE SES GRANDS PROJETS DE SOCIÉTÉ - DES INTERVENANTS DE QUALITÉ À L’IMA POUR EN DÉBATTRE
Comment aborder la question du religieux au Maroc? Profonde et complexe, s’il en est, cette interrogation appelle, assurément, une approche emplie de discernement, sagesse et recul. Ainsi, cette rencontre qui a eu lieu à l’IMA (l’Institut du monde arabe), le 19 mars dernier, sur le thème:«Le fait religieux au Maroc », en témoigne. Sans langue de bois, avec une volonté affichée de vulgariser et de partager leurs expériences dans ce domaine, quatre conférenciers de qualité et de référence se sont proposés de débattre sur le sujet: Ahmed Abbadi, Secrétaire Général de la Rabita Mohammadia des Oulémas, Hassan Aourid, enseignant chercheur, conseiller scientifique de la revue Zamane, Mohamed Tozy, politologue et écrivain, et Asma Lamrabet, auteure de nombreux ouvrages sur les femmes et le Coran, et directrice du Centre d’études Féminines. Autant dire qu’il valait mieux être ponctuel pour espérer trouver un siège de libre, ce soir-là, dans la grande salle du Haut conseil, au niveau 9 de l’IMA. Devant un auditoire éclectique, les intervenants ont, pendant près de deux heures, exposé leurs points de vue et partagé leurs solides connaissances du sujet et du terrain. Leur propos: retracer les deux grandes restructurations du champ religieux au Maroc, dont la première date du règne de feu SM Hassan II et la deuxième de l’actuel monarque. En guise d’introduction, un rappel historique sur l’évolution du religieux au Maroc à partir des années 60 a été fait. Le Royaume, souligne d’emblée Mohamed Tozy, se revendique Malékite avec un dogme malékite-achaâriste- soufiste, «ces trois composantes de ce dogme, implicite dans la trajectoire du Maroc, permet une seule chose: éliminer la possibilité de jonction entre l'Islam marocain et l’Islam wahabite», affirme-t-il.
D’entrée, le ton est donné, la déviance nommée, l’objectif établi. Un Islam marocain? «Le choix du dogme achaâriste, renchérit Ahmed Abbadi, fait la jonction entre texte et raison, le choix du rite malékite fait la jonction entre texte et contexte et le choix de la spiritualité soufie fait la jonction entre esprit et texte». Autrement dit, une pratique modérée de l’Islam, dont la figure tutélaire du roi est le référent. «La constitution de 2011 reconnaît au Roi le monopole du religieux et de la production de l’exégèse religieuse», explique Tozy.  Et de rappeler que «la fonction historique de la monarchie, réinventée sous Hassan II de façon assez forte, permet au monarque qui habite le titre de Commandeur des croyants de soustraire des rapports sociaux et de lutte sociale au niveau du domaine politique, la question du religieux, pour se l’accaparer».
Tout commence en 1965, souligne Hassan Aourid, suite aux évènements qui ont déchiré Casablanca. «Feu SM Hassan II, dans un discours phare, a récupéré la dimension religieuse et a procédé à une réinvention de la tradition qui a touché pratiquement tous les attributs du pouvoir». Ce positionnement du religieux s’est inscrit comme un gage de stabilité sur le plan national mais aussi international. « Pendant les années 65-70, il y avait l’adoption dans la région de socialisme, de communisme, et de panarabisme», explique Ahmed Abbadi. «Et donc la religion était occultée et n’était plus d’actualité. D’aucuns pensaient même qu’elle allait prendre fin éminemment». Devant la nécessité de contrecarrer ces mouvements, les balbutiements de l’Islamisme sont passés inaperçus. «L’Islamisme, en ce temps-là, n’était pas considéré comme une menace mais comme un adjuvant du pouvoir pour endiguer le panarabisme et le socialisme», ajoute Hassan Aourid. «Il faut rappeler que dans cette phase, sous Hassan II, le Maroc avait abrité un certain nombre de clercs religieux». Ces derniers qui étaient les premiers lauréats des universités wahabites, et qui arrivaient sur l’arène dans toute la région, avec leurs doctrines.
Levier de contestation
 «L’Islamisme ou ceux qui en parlent, n’étaient pas une menace dans la mesure où le contexte international ne faisait pas de l’islamisme, une menace» ajoute Hassan Aourid. A l’origine, la litanie islamiste était plutôt attirante. «Le discours extrémiste, au début, est un discours puritain qui clamait le slogan de retourner aux sources», souligne Ahmed Abbadi. «Purifier l’approche de religiosité, c’était le simplisme séduisant qu’avait adopté le Wahabisme en 1900-1920», poursuit-il. Dès 1980, au lendemain de la révolution iranienne, l’islamisme cesse définitivement d’être seulement un phénomène de quiétisme, pour se présenter en levier de contestation. Le Roi Hassan II prend les devants et suggère même, dans une lettre adressée à la conférence islamique, une unité d’approche pour avoir une autorité collective afin de pouvoir faire face à ces fléaux naissants. C’est là qu’intervient la première tentative de restructuration du champ religieux. En 1981 et 1984, deux discours fondateurs de Hassan II demandent aux clercs religieux de prendre leur responsabilité et de s’intégrer dans la société, non pas en tant que redresseurs de torts mais afin d’aider la société à réconcilier modernité et préceptes musulmans. Les évènements survenus en Algérie, lors des législatives de 1991, établissent que l’islamisme devient une source qui menace la paix et la sécurité.
Le 29 mai 2003, au lendemain des attentats de Casablanca, survenus le 16 mai de la même année, SM Mohammed VI  procède à la deuxième restructuration du champ religieux pour essayer d’interagir avec ces nouvelles donnes. Celle-ci concerne, entre autres, la réorganisation de l’administration, à savoir le ministère des affaires islamiques, la proximité avec les citoyens, la régulation de fatwas, car faut-il le rappeler, 1.200 chaînes télévisées sont captables au Maroc en plus des centaines de millions de sites web accessibles. «Aujourd’hui, les terroristes et extrémistes ne communiquent pas uniquement via les sites web musulmans, ils interagissent via les sites de jeu, les sites de jeunesse, les sites de lingerie et même les sites pornographiques. Tout se passe sur les fibres de l’Internet», précise Ahmed Abbadi. Si l’instrumentalisation de la tradition de la religion à des fins politiques a vu l’avènement du PJD au pouvoir en 2011, le Maroc a résolument choisi la voie de la modernisation de l’Islam, notamment par celle du code de la famille, de façon à lever l’injustice qui frappe les femmes. Même si, comme le dénonce brillamment Asma Lamrabet, il persiste un décalage patent entre les lois -assez avant-gardistes par rapport aux autres pays arabo-musulmans, hormis la Tunisie - et leur application sur le terrain, c’est-à-dire sur la réalité sociale. Comment aborder les différends qui subsistent? «D’une seule et unique façon, par le dialogue!» préconise Ahmed Abbadi.
«Le débat, une tradition en Islam»
La Rabita Mohammadia des Oulémas existe depuis 1961. Connue d’abord sous le nom de Rabitat

\"rabita\"
 
Oulamaa Almaghrib, elle fut restructurée en 2004, renommée la Rabita Mohammadia des Oulémas, et dotée de nouvelles attributions qui cadrent dans la complémentarité entre institutions religieuses. Il s’agit d’une académie religieuse qui procède, via 15 centres de recherches et 4 unités spécialisées, dont l’unité enfance, l’unité combat contre les comportements à risque, l’unité éducation par les pairs, et l’unité santé et addiction. La cinquième composante est celle de la formation qui comporte deux dimensions, scientifique et spirituelle pour former les Oulémas du futur. «Nous ne pouvons pas procéder à des formations efficientes, si nous ne faisons pas la jonction entre texte et contexte. De la même manière que le texte a des clés pour être assimilé et compris, les sens du texte, le contexte aussi, requièrent des clés et des sens pour être assimilés et compris», explique Ahmed Abbadi. Et de prôner: «le débat a toujours été une tradition en Islam, à Cordoue, à Fès, à Sarmarcan, à Istanbul, à Bagdad, et il faudrait faire revivre cette tradition».
27 Mars 2015
SOURCE WEB Par HALIMA BELGHITI L’ECONOMISTE

Tags : Comment aborder la question du religieux au Maroc- rencontre qui a eu lieu à l’IMA (l’Institut du monde arabe), le 19 mars dernier, sur le thème: «Le fait religieux au Maroc »- Ahmed Abbadi, Secrétaire Général de la Rabita Mohammadia des Oulémas- Hassan Aourid, enseignant chercheur, conseiller scientifique de la revue Zamane- Mohamed Tozy, politologue et écrivain- Asma Lamrabet, auteure de nombreux ouvrages sur les femmes et le Coran- retracer les deux grandes restructurations du champ religieux au Maroc, dont la première date du règne de feu SM Hassan II et la deuxième de SM Mohammed VI- Le Royaume, se revendique Malékite avec un dogme malékite achaâriste soufiste, ce qui élimine la possibilité de jonction entre l'Islam marocain et l’Islam wahabite- C’est dès 1980, au lendemain de la révolution iranienne, l’islamisme cesse définitivement d’être seulement un phénomène de quiétisme, pour se présenter en levier de contestation-En 1981 et 1984, deux discours fondateurs de Hassan II demandent aux clercs religieux de prendre leur responsabilité et de s’intégrer dans la société, non pas en tant que redresseurs de torts mais afin d’aider la société à réconcilier modernité et préceptes musulmans- Les évènements survenus en Algérie, lors des législatives de 1991, établissent que l’islamisme devient une source qui menace la paix et la sécurité-Le 29 mai 2003, au lendemain des attentats de Casablanca, survenus le 16 mai de la même année, SM Mohammed VI  procède à la deuxième restructuration du champ religieux pour essayer d’interagir avec ces nouvelles donnes- le Maroc a résolument choisi la voie de la modernisation de l’Islam, notamment par celle du code de la famille, de façon à lever l’injustice qui frappe les femmes- Oulamaa Almaghrib, elle fut restructurée en 2004, renommée la Rabita Mohammadia des Oulémas- Oulamaa Almaghrib est une académie religieuse qui procède, via 15 centres de recherches et 4 unités spécialisées, dont l’unité enfance, l’unité combat contre les comportements à risque, l’unité éducation par les pairs, et l’unité santé et addiction- former les Oulémas du futur- le débat a toujours été une tradition en Islam, à Cordoue, à Fès, à Sarmarcan, à Istanbul, à Bagdad, et il faudrait faire revivre cette tradition-