Marché de l\'emploi Génération Y, du sang neuf pour l’entreprise

Marché de l\'emploi   Génération Y, du sang neuf pour l’entreprise

Les diplômés ont affiché un taux de chômage de 17,2% en 2014. Près de la moitié est composée de primo-demandeurs d’emploi. Ces jeunes appartenant en grande partie à la génération Y se trouvent confrontés à un marché du travail rude. Cependant, les études ont démontré que ces «digital natives» ne manquent pas d’atouts pour réussir dans le monde du travail.
La génération Y donne du fil à retordre aux employeurs. Nés entre 1980 et la fin des années 90, ces jeunes ont grandi dans un monde en pleine évolution technologique, économique et sociale. De par leur individualisme et leur ouverture sur le monde, ils suscitent moult interrogations dans le monde du travail.
En provoquant une remise en question du mode d’organisation des entreprises et l’essence même de la relation avec le travail, les jeunes entrants sur le marché de l’emploi ont défini leurs propres normes du cadre de travail et sont davantage minutieux dans leurs choix de l’entreprise où ils désirent travailler. Épanouissement dans la vie professionnelle, recherche de sens du travail, quête de nouveaux challenges au quotidien, liberté d’opérer et apporter une valeur ajoutée au travail..., autant de facteurs que l’entreprise doit penser à intégrer dans sa relation avec ces nouveaux collaborateurs.
C’est d’ailleurs cette transformation qui a été au cœur du débat lors du forum EMSI-Entreprise organisé par le Groupe École marocaine des sciences de l’ingénieur (EMSI), sur le thème «La génération Y au cœur de la transformation de l’entreprise», en partenariat avec l’Association des gestionnaires et formateurs de ressources humaines (AGEF). Le constat établi lors de cette rencontre a été que cette talentueuse génération apprend plus rapidement, et est plus «efficace», encore faut-il savoir canaliser son apport à l’entreprise. Les intervenants ont aussi souligné l’impatience et la difficulté d’intégration de cette nouvelle génération.
Cette difficulté, du point de vue des managers, représente également une opportunité pour les entreprises de revoir leurs modes d’organisation et gagner en efficacité. L’entreprise se doit aujourd’hui d’accompagner ses talents pour s’intégrer dans l’organisation, de les responsabiliser, d’adopter un management transversal, décloisonné, qui permet de fédérer les compétences et fluidifier la circulation de l’information. Ces impératifs pour valoriser et fidéliser les collaborateurs représentent, en définitive, un gage de sa croissance. Afin de réussir ces transformations, les entreprises exigent, pour leur part, des talents «accomplis» capables de contribuer à leur développement. Des compétences techniques aux qualités personnelles, les intervenants lors des différents panels ont affirmé que les profils recherchés actuellement maitrisent technicité, réflexion et communication… et font preuve d’innovation face aux challenges quotidiens en entreprise. L’entreprise étant un univers bien différent de celui de la formation et dont les clés de réussite restent à déceler. En développant leurs savoir, savoir-faire, savoir-être, mais aussi leur savoir devenir, qui consiste en la capacité de se projeter et concevoir une représentation du futur, les jeunes augmentent leurs chances de réussite professionnelle. Une réussite qui ne dépend que de la volonté des jeunes qui disposent davantage d’opportunité pour créer de la valeur. L’entrepreneuriat et l’innovation étant de surcroît des créneaux pour cette génération exposée à des mutations sociales, économiques et technologiques accélérées.


15 Avril 2015
SOURCE WEB Par Mohamed Sellam, LE MATIN

Tags : la génération Y se trouvent confrontés à un marché du travail rude- La génération Y donne du fil à retordre aux employeurs. Nés entre 1980 et la fin des années 90, ces jeunes ont grandi dans un monde en pleine évolution technologique, économique et sociale- les jeunes entrants sur le marché de l’emploi ont défini leurs propres normes du cadre de travail et sont davantage minutieux dans leurs choix de l’entreprise où ils désirent travailler- École marocaine des sciences de l’ingénieur (EMSI)- La génération Y au cœur de la transformation de l’entreprise- Association des gestionnaires et formateurs de ressources humaines (AGEF)- opportunité pour les entreprises de revoir leurs modes d’organisation et gagner en efficacité- valoriser et fidéliser les collaborateurs- savoir devenir, qui consiste en la capacité de se projeter et concevoir une représentation du futur-