Tourisme Soubresaut estival sur les arrivées

Tourisme Soubresaut estival sur les arrivées

La destination s’attend à un mois de juillet exceptionnel
Agadir fait le plein: + 28% sur les arrivées internationales
Les recettes toujours en retrait de 3%
La chaleur estivale semble avoir eu son effet sur l’attractivité de la destination Maroc.

À l’image de plusieurs autres destinations matures, l’année a difficilement démarré pour le tourisme national. Les professionnels comptent sur l’embellie estivale pour la relance du business du secteur

En dépit d’un contexte concurrentiel exacerbé, quelques signaux positifs, après des mois de retrait, sont perçus sur certaines destinations clés en termes d’arrivées. Agadir, en l’occurrence, affiche une nette remontée de pente avec une croissance de 28% des flux de touristes internationaux à fin juillet. C’est, de fait, ce que vient de révéler une récente mise à jour fournie par l’Office national marocain du tourisme (ONMT). L’Office précise d’ailleurs que c’est le marché français qui fait le gros de ces flux. Les arrivées en provenance de l’Hexagone ont en effet progressé de 29%. «Cette performance est essentiellement due à la croissance de la capacité aérienne et aux actions de  communication et promotion faites sur le territoire français », explique-t-on auprès de l’ONMT. Sur Agadir, le bras armé de la promotion touristique fait surtout allusion aux quatre nouvelles liaisons hebdomadaires sur la ligne Paris-Agadir desservies par Transavia, la filiale low-cost du groupe Air France KLM, ainsi que 2 nouveaux vols hebdomadaires Toulouse-Agadir opérés par une autre compagnie à bas prix, Easyjet. Les transporteurs aériens ont en effet particulièrement mis le paquet sur les destinations matures en cette saison estivale en étoffant leurs offres. L’objectif est évidemment d’accompagner le pic des départs vers le Maroc, notamment auprès de la clientèle MRE. Le segment est même devenu un palliatif de référence face au recul sur les principaux marchés émetteurs étrangers. A telle enseigne que l’ONMT n’hésite plus à aller les chercher. L’organisme vient de mettre en place, en partenariat avec le groupe Banque centrale populaire, le programme «Bladi F’Bali», destiné à promouvoir et à faciliter le tourisme de MRE au Maroc. Le segment représentait 47% des arrivées globales en 2014 (4,8 millions), soit une croissance de 3% par rapport à une année auparavant.

Même si ces chiffres restent provisoires, ils donnent tout de même un aperçu sur les projections de fin de saison estivale et sur la dynamique d’automne-hiver, dernière chance pour sauver -ou du moins atténuer- la contre-performance de la destination en termes d’arrivées. Les dernières actualisations exhaustives communiquées par l’ONMT, pour le mois de juin dernier, faisaient en effet état d’une poursuite de la baisse des arrivées de touristes internationaux. Elles ont en effet reculé de 15,6% par rapport au même mois en 2014, plombant l’attractivité globale du Royaume (-10,3%). Presque tous les principaux marchés ont affiché des résultats négatifs : l’Italie (-14%), la France (-13%), la Belgique (-12%) et l’Espagne (-10%). Les MRE aussi ont accusé le coup avec un retrait de 4,5% des arrivées. Evidemment, le volume des nuitées dans les établissements d’hébergements est sur le même trend négatif, avec une baisse de 25,6% en juin 2015 (-26% pour les touristes non résidents et - 24% pour les résidents). Au niveau géographique, Tanger et Rabat ont enregistré les plus fortes baisses en termes de nuitées (-39% et -29% respectivement), suivies des villes d’Agadir (-27%), Casablanca et Marrakech (-21% chacune).

Mais si les arrivées semblent en pleine embellie estivale, les recettes touristiques sont encore sur des évolutions bien timides. A fin juillet, elles ont encore plongé de 3% pour s’établir à quelque 30,3 milliards de DH.

Une contre-performance qui ne devrait pas arranger la croissance du secteur cette année…sauf miracle.

Agences vs Internet, la guerre des canaux

En dépit de leur faible représentativité dans les canaux privilégiés par les touristes étrangers (8 à 10%), la filière française des tours opérateurs (TO) continue de perdre de la clientèle sur la destination Maroc. Le dernier baromètre semestriel (novembre 2014 à mai 2015), du Syndicat des entreprises du tour operating (SETO), fait état d’un recul de 30% de sa clientèle vers le Maroc sur une variation annuelle. Mais les responsables de l’ONMT relativisent. Selon ces derniers, le gros des achats se fait de plus en plus en ligne. Cette tendance s’impose de plus en plus dans les canaux de distribution. Le Royaume est dans le top-ten de plusieurs études prospectives sur les tendances de consommation des produits touristiques en été, ainsi que des recherches effectuées en vue d’un voyage.

Le 24 août 2015
SOURCE WEB Par L’économiste
Tags : Les professionnels comptent sur l’embellie estivale- Office national marocain du tourisme (ONMT)- Agadir- Transavia- la filiale low-cost du groupe Air France KLM- Easyjet- le programme Bladi F’Bali- les établissements d’hébergements- les recettes touristiques- Agences vs Internet, la guerre des canaux- la filière française des tours opérateurs (TO)- Syndicat des entreprises du tour operating (SETO)-