Il adore les medias et les voyages Haddad, un ministre virtuel

Il adore les medias et les voyages  Haddad, un ministre virtuel

On vous l’a dit et répété moult fois, le ministre du tourisme, Lahcen Haddad, aime s’afficher dans toutes les occasions, adore les medias et autres réseaux sociaux et ne rate aucun voyage à l’étranger. Il trouve qu’il est indispensable et ne délégue aucune de ses prérogatives à ses collaborateurs y compris les voyages aux salons internationaux.

De Paris en passant par Berlin pour bifurquer sur Londres, Haddad est de tous les voyages, de toutes les déclarations à la presse, de toutes les interview et de toutes les images dans ses comptes Internet.

Dans ce domaine, il est vraiment imbattable puisque même dans le site Instagram, réservé plutôt aux artistes, ses photos occupent une place prépondérante. Notre ministre du tourisme voyage tellement dans le monde virtuel qu’il est déconnecté de la réalité tout court et encore plus de la réalité touristique. Il oublie où il feint d’oublier qu’à cinq ans de l’échéance de 2020, tous les objectifs sont figés à ceux de 2010. C’est ainsi qu’en 2014 le nombre de touristes stagne à 10,3 millions alors qu’on table sur 20 millions pour 2020. On est vraiment loin , trop loin du compte comme l‘est aussi la capacité litière et les projets d’infrastructures de stations balnéaires et autres. Ces retards flagrants dans la réalisation des objectifs n’inquiète pas, pour autant, le ministre Haddad qui verse dans un optimisme béat. L’action n’est pas son for, c’est pour cela qu’il dégaine toujours celle de la parole qu’il conjugue toujours au futur aux dépens du présent. Autrement dit, il croit que les promesses dans un avenir à moyen ou long terme sont à même de masquer la réalité amère du présent.

C’est pour cela que le ministre court toujours après la presse et va même jusqu’à Londres pour faire une déclaration à la MAP. Comme si en disant que : « Le Royaume-Uni est un marché important pour le Maroc… » ou que «Le Maroc est une destination très populaire auprès des touristes britanniques. » qu’il va attirer plus de touristes anglais. A moins que ces propos ne soit émis pour justifier son déplacement à Londres.

De toute façon, le ministre se trompe d’interlocuteur car pour promouvoir le Maroc à Londres, il faut s’adresser aux Anglais à travers des medias anglais. Ce n’est pourtant pas sorcier de parler aux anglais avec leur langue et dans le cas où le ministre ne maitrise pas l’anglais, il y a bien une personne parmi ses collaborateur qui manie la langue de Shakespeare. Ce qui est étonnant chez Haddad, c’est que ses multiples présences dans les salons étrangers n’ont jamais été ponctuées par un déclaration de résultats. On assiste à un salon de tourisme pour vendre les produits marocains, négocier et conclure des contrats. Jamais le ministre n’en a dressé un bilan car dans pareil cas ce sont les résultats qui comptent et non pas les bonnes paroles comme celles-ci : «L‘objectif d’atteindre 1 million de touristes anglais est à la portée du Maroc… ». La réalité des chiffres se trouve dans la régression inquiétante du nombre des touristes, la diminution des nuitées et la baisse des recettes. Du coup la part de la valeur ajoutée du tourisme dans le PIB n’a pas cessé de baisser : 6,1% en 2010 à 5, 8% en 2011 et 5,6% en 2012…etc. Ce sont les chiffres du haut commissariat au plan( HCP) dirigé par Ahmed Lahlimi, un homme qui ne parle pas beaucoup mais qui laisse parler les chiffres du réel. Lahcen Haddad devrait s’en inspirer pour passer du virtuel à la réalité du terrain.

Le 17 Novembre 2015
SOURCE WEB Par La Vie Touristique

Tags : le ministre du tourisme, Lahcen Haddad- Haddad est de tous les voyages, de toutes les déclarations à la presse, de toutes les interview et de toutes les images dans ses comptes Internet– le site Instagram– la réalité touristique– Le Maroc est une destination très populaire auprès des touristes britanniques– la valeur ajoutée du tourisme dans le PIB–