Le Maroc n’échappe pas aux contraintes conjoncturelles

Le Maroc n’échappe pas aux contraintes conjoncturelles

Pour Lahcen Haddad, ministre du Tourisme, «le défi est de travailler sur de nouveaux relais promotionnels (Ph. L’Economiste)

- L’Economiste: Quelle est la tendance sur ce dernier trimestre de l’année pour la destination, notamment au lendemain des attentas de Paris et de Bamako?

- Lahcen Haddad: Je voudrais rappeler que nous avions déjà anticipé dans nos projections en début d’année que le contexte en Europe et dans la région, et notamment les évènements de Paris et de Tunis risquaient d’impacter l’activité touristique. C’est le cas en l’occurence à partir des marchés émetteurs européens avec des répercussions sur le volume des arrivées touristiques. Ce qu’il faut retenir, c’est que l’industrie touristique mondiale traverse une période de mutations au niveau des modes de consommation du touriste et son pouvoir d’achat. Ce qui s’est naturellement répercuté sur les budgets de loisirs et voyages des ménages… Notre pays n’échappe pas aux contraintes de ce contexte. Le défi consiste à renouveler notre approche promotionnelle, en  travaillant sur les nouveaux  relais de croissance et des marchés comme la Grande-Bretagne et l’Allemagne

- La destination pourrait-elle bénéficier d’un regain d’attractivité suite aux crises actuelles en Egypte et en Tunisie?

- La reprise au niveau des pays de la Méditerranée se ressent au niveau de toute la région  et  si la crise actuelle persiste en Egypte et en Tunisie, nous subissons quelques répercussions dues aux amalgames. Toutefois, les tendances pour l’année 2016 sont plutôt positives avec des prévisions à la hausse de 3,6%. Ceci étant, le Maroc reste une destination attractive et nous enregistrons des performances positives dans  certains marchés comme celui britannique avec  une hausse de 6% et le marché allemand en progression de 9% à fin août 2015.
- Entre l’investissement et l’effort de promotion, quelles seront vos priorités pour le prochain exercice budgétaire?

- Nous accordons autant d’importance aux investissements qu’à la promotion dans le cadre du nouvel exercice budgétaire. L’accent sera mis sur le développement de l’offre du produit touristique rural, le tourisme culturel dans les médinas, la valorisation du patrimoine et la  finalisation du Plan Azur. Nous nous pencherons également sur le développement du produit et le renforcement du positionnement de territoires touristiques, en adoptant une démarche progressiste afin de  diversifier et développer l’offre touristique. Nous sommes en train de concrétiser le positionnement des 8 territoires touristiques programmés dans le cadre de la Vision 2020.

Le 24 Novembre 2015
SOURCE WEB Par L’économiste

Tags : Lahcen Haddad, ministre du Tourisme– activité touristique– industrie touristique mondiale– la crise actuelle persiste en Egypte et en Tunisie- le marché allemand- le développement de l’offre du produit touristique rural– la  finalisation du Plan Azur– la Vision 2020–