Provinces du Sud/Produits halieutiques Vers une économie de la mer

Provinces du Sud/Produits halieutiques Vers une économie de la mer

Le volume des captures halieutiques avoisine les 930.000 tonnes, soit 7 fois plus qu'Agadir

La région perd des points de PIB à cause d'une faible valorisation de la ressource

La richesse halieutique est l’un des secteurs économiques clés des provinces du Sud. Un atout, d’autant plus qu’avec un climat aride, les ressources hydriques et biologiques terrestres restent relativement limitées dans ces zones où l’activité est principalement basée sur le secteur primaire. «Les provinces du Sud sont tenues d’optimiser leurs potentialités dans des secteurs tels que la pêche maritime en œuvrant pour plus de valorisation et de création de richesse», explique Abdellatif Moukrim, professeur chercheur à la faculté des sciences d’Agadir, université Ibn Zohr, et bénévole au pôle de compétitivité Agadir Haliopôle Cluster pour la pêche et des produits de la mer dans la région Souss Massa. En effet, si le milieu marin, avec la diversité et la richesse de ses écosystèmes, a toujours joué un rôle de grande importance dans la vie socio-économique des provinces du Sud marocain, une réorientation de la gestion du secteur vers une économie de la mer, peut faire de ce secteur la pierre angulaire d’une dynamique nouvelle de croissance et de développement social, économique et environnemental. Pour ce, il s’agit de mettre en place des déclinaisons des stratégies sectorielles à l’échelle régionale, par la mise en place de pôles de compétitivité, par la formation en ressources humaines, développement de la R&D, l’instauration d’un environnement entrepreneurial… Les retombées de cette orientation se traduiront localement en termes de création de richesse, de plus d’opportunités d’emplois, de développement humain, de cohésion et de dynamisme social et économique. Actuellement, la pêche constitue le premier pourvoyeur d’emplois et le premier secteur à l’exportation dans les provinces du Sud. Le volume de capture avoisinant les 930.000 tonnes. Toutefois, l’activité halieutique dans ces zones demeure focalisée sur l’amont, avec une exploitation de la ressource à faible valeur ajoutée. A titre de comparaison, les provinces du Sud enregistrent 7 fois plus de poisson débarqué qu’à Agadir, pour 3 fois moins de PIB généré par la transformation du pélagique.

Par ailleurs, sur le plan touristique, les particularités des écosystèmes côtiers des provinces du Sud constituent un atout majeur pour le développement d’une offre touristique originale et attractive de cette partie du pays. «La promotion de ce secteur, sa valorisation, son orientation vers des activités en rapport avec le milieu marin et les spécificités naturelles et culturelles, peut positionner ces régions en tant que destination touristique de choix, et faire du secteur un vrai levier de développement», insiste Abdellatif Moukrim.

L’expérience de la région Souss Massa

Dans le chef lieu du Souss, la recherche développement et innovation va bon train pour améliorer la compétitivité des entreprises. En effet, Agadir Haliopole Cluster (AHP) œuvre pour la valorisation des produits de la mer. Notamment via l’optimisation des coproduits habituellement jetés. C’est ainsi que les écailles de poisson servent à l’extraction du collagène, les darnes issues des conserveries de poisson à préparer saucisses et pâtés, les gonades ou œufs de poisson à préparer des plats cuisinés. Un procédé enzymatique, naturel et non polluant, permet de même d’extraire de l’Oméga3 des huiles de poisson. (Cf. édition du 14/12/2015). Depuis 2013, l’AHP s’est associé au Centre spécialisé de technologie et de valorisation des produits et coproduits de la mer (INRH). Objectif, mettre en place des actions prioritaires, l’émergence et l’accompagnement de projets innovants dans le secteur de la pêche et de l’industrie des produits de la mer. Une expérience à dupliquer.

Le 21 Janvier 2016
SOURCE WEB Par L’économiste

 

Les tags en relation