Zagora : Changements climatiques: Appel à améliorer la résilience et l’adaptation des oasis

Zagora : Changements climatiques: Appel à améliorer la résilience et l’adaptation des oasis

Le 4ème Forum des oasis et du développement local à Zagora s’est clôturé, samedi, avec l’Appel de Zagora, appelant à l’amélioration de la résilience et l’adaptation des oasis face aux changements climatiques, dans le contexte international de la 22ème Conférence des Parties de la convention Cadre sur les changements climatiques (COP22) qui se tiendra à Marrakech en novembre 2016.

L’Appel de Zagora considère les oasis comme de véritables sentinelles gardiennes des civilisations des régions arides, plaidant à cet effet pour la reconnaissance internationale des oasis en tant qu’écosystèmes vulnérables.

Eu égard aux risques réels que comportent les perspectives des changements climatiques dans les zones oasiennes, les signataires de ce document ont appelé à établir une justice climatique bénéficiant aux populations de ces agrosystèmes historiquement résilients et indispensables à toutes perspectives d’adaptation au changement climatique.

Ils ont également plaidé pour la reconnaissance et la mise en œuvre participative d’une gestion durable des ressources naturelles et foncières oasiennes articulant, entre autres, savoir-faire traditionnel, techniques innovantes et systèmes de suivi et d’information.

Rappelant l’importance d’une approche agroécologique de l’agriculture, l’Appel de Zagora souligne la nécessité de considérer l’eau en tant que ressource oasienne prioritaire nécessitant une prise en compte spécifique dans les politiques publiques nationales.

Les signataires de l’Appel préconisent aussi une coordination et d’une concertation accrue entre tous les acteurs du territoire (dynamique de réseau) afin de permettre la convergence et la cohérence des initiatives de développement local.

Ils se sont engagés à cet effet à porter cette déclaration lors de la COP22 à Marrakech, l’objectif global étant de clarifier le concept des changements climatiques en tant que phénomène mondial exerçant un impact direct sur les oasis.

Par ailleurs, les propositions formulées lors des présentations et des discussions tenues dans le cadre de ce Forum ont abouti à des recommandations qui ont été inclues dans un rapport final plaidant pour davantage d’intégration entre les dynamiques agissantes en la matière afin qu’elles puissent faire entendre la voix des oasis à la COP22 de Marrakech.

Ledit rapport considère les oasis comme un patrimoine humain qu’il convient de protéger et de préserver, appelant dans ce sens à encourager la recherche scientifique qui s’intéresse aux questions relatives aux zones oasiennes à travers l’établissement d’instituts et de laboratoires spécialisés.

Le rapport appelle également à la réduction des produits agricoles nuisibles aux équilibres du système oasien, comme les pastèques, et à introduire de nouvelles plantes appropriées au système agricole local.

Vu que la COP 22 constitue une chance d’insérer les oasis parmi les préoccupations internationales, le rôle de la société civile est capital dans la réalisation de ces objectifs, souligne-t-on.

La cérémonie de clôture a été marquée notamment par la présence du gouverneur de la province de Zagora, Abdelghani Samoudi, et du président du conseil provincial de Zagora, Abderrahim Chahid.

Le Forum des oasis et du développement local à Zagora, qui a débuté ses travaux jeudi en présence notamment du ministre du Tourisme, Lahcen Haddad, et de la ministre déléguée auprès du ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement, chargée de l’Environnement, Hakima El Haite, a porté un accent particulier sur les changements climatiques et la résilience des oasis, à travers trois axes majeurs, en l’occurrence “les oasis marocaines et l’adaptation aux changements climatiques dans les programmes des politiques publiques”, “les avancées scientifiques et les programmes des organismes de développement nationaux et internationaux en matière d’adaptation des oasis aux changements climatiques” et enfin “les savoir- faire communautaires et les initiatives privées et de la société civile en matière d’adaptation des oasis aux changements climatiques”.

Organisée en partenariat avec le ministère de l’Agriculture, la province de Zagora, le conseil provincial de Zagora, la municipalité de Zagora, les collectivités territoriales de la province, l’Agence Nationale pour le Développement des zones Oasiennes et de l’Arganier (ANDZOA), cette manifestation a réuni des organismes locaux, nationaux et internationaux, outre des acteurs publiques, privés et de la société civile de la région de Drâa-Tafilalet.

Le 01 Février 2016
SOURCE WEB Par l’opinion

 

Les tags en relation