Les trois grandes propositions que fera le Maroc lors de la COP22

Les trois grandes propositions que fera le Maroc lors de la COP22

Salaheddine Mezouar, président du comité de pilotage de la COP22, a dévoilé à Bonn, lors de l’accord de siège entre l’ONU et le Maroc, les grands axes de sa stratégie pour appliquer l’accord de Paris.

La feuille de route du Maroc pour contribuer à lutter contre le changement climatique commence à se préciser.

Ce lundi 16 mai marque la volonté marocaine d’inscrire la COP22, qui aura lieu du 7 au 18 novembre à Marrakech, dans l’adoption des procédures et mécanismes de concrétisation de l’accord de Paris.

S’exprimant lors de l'ouverture à Bonn de la 44e session des organes subsidiaires des Nations-Unies sur les changements climatiques (SBI et SBSTA) et de la 1re session du groupe de travail ad hoc sur l'Accord de Paris, Salaheddine Mezouar a présenté le plan d’action marocain pour l’horizon 2020.

Le président du comité de pilotage de la COP22 l’a décliné en trois parties, qui permettront d’accélérer l’obtention de résultats concrets.

1. Stimuler la finance climatique

La composante clé pour concrétiser l’accord de Paris dépend des flux financiers nécessaires à la lutte contre les changements climatiques, qui font l’objet d’une attente forte des pays en développement.

La réussite passera par l’accélération et la facilitation de l'octroi de financements pour des projets d'atténuation et d'adaptation, surtout à destination des pays et des territoires les plus vulnérables.

Le ministre invite donc les parties et les institutions financières publiques et privées à créer un mécanisme d'optimisation de l'accès aux financements, intitulé "Fast Track Finance Facility" ou "Mécanisme de financement accéléré".

2. Adapter l’agriculture africaine aux défis climatiques

Cette proposition vise, mais pas exclusivement, à accroître le financement de l'adaptation climatique en Afrique et à soutenir des programmes pilotes tels que la séquestration du carbone dans les sols.

3. Préserver les remparts à la désertification

Cette initiative porte sur la résilience des zones oasiennes dans le monde et sur les moyens de préserver ce patrimoine fragile et vital, car les oasis sont des barrières naturelles contre la désertification.

L’objectif de ces propositions est d’atténuer les changements climatiques, tout en s’y adaptant, de financer et de renforcer les capacités de chaque pays concerné, de transférer les technologies et d’instaurer la transparence pour les pays vulnérables, comme les petits Etats insulaires en développement et les pays les moins avancés.

Le ministre a poursuivi que l’organisation de la COP 22 sera l’occasion de convenir d’une feuille de route concrète, en vue de mobiliser 100 milliards de dollars d’ici 2020 pour lutter contre les changements climatiques.

Pour cela, il compte maintenir une pression sur les pays développés, pour obtenir une réévaluation de leurs ambitions financières et notamment leurs contributions déterminées au niveau national.

Les six mois précédant la tenue de la COP22 seront aussi l’occasion pour le Maroc et la présidence française de se mobiliser pour convaincre un maximum de pays à adhérer et ratifier l’Accord de Paris

Mezouar s’est engagé à ce que la COP22 soit celle de l’action et de la concrétisation de l’accord de Paris, signé le 13 décembre 2015, au terme de la COP21, qui s’est tenue dans la capitale française.

Il a en outre annoncé la mise en ligne dimanche 15 mai du site officiel de la COP22, qui est disponible en 4 langues (arabe, français, anglais et espagnol).

Le 17 Mai 2016
SOURCE WEB Par Médias 24

Les tags en relation