Énergies renouvelables Le coût de l’électricité solaire divisé par deux d'ici 2025

Énergies renouvelables Le coût de l’électricité solaire divisé par deux d'ici 2025

Dans un nouveau rapport, l'Agence internationale pour les énergies renouvelables estime que d'ici 2025, les coûts moyens de l'électricité pourraient diminuer de 59% pour l'énergie solaire photovoltaïque et de 43% pour le solaire thermique à concentration. Pour l'éolien offshore, ils baisseraient de 35% et pour l'éolien onshore de 26%

Bonne nouvelle pour le Maroc. Les coûts moyens de l'électricité produite à partir des technologies solaires et éoliennes pourraient diminuer d’entre 26 et 59% d'ici 2025. C’est ce que vient de souligner l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena), dans un nouveau rapport sur le potentiel de réduction des coûts solaires et éoliens à l’horizon 2025. Cet exercice d’analyse réalisé par les experts de l’Irena que la baisse des coûts à moyen et long terme dépendra du cadre réglementaire mis en place qui doit être adapté pour renforcer et faciliter les investissements dans les énergies renouvelables. «De l'Allemagne au Maroc, de Dubaï au Pérou et du Mexique à l'Afrique du Sud, la concurrence est intense sur les prix offerts dans les appels d’offres. Ces pressions concurrentielles sont en train de ramener les coûts à des niveaux plus bas d’une manière rapide, ce qui donne aux technologies solaire et éolienne une valeur croissante. Les gagnants sont les clients, notre environnement et les générations futures.

Cependant, le potentiel de réduction des coûts identifiés dans ce rapport ne se produira qu’avec la mise en place de politiques et cadres réglementaires adéquats», indiquent les experts de l’Irena. Ces derniers estiment que d'ici 2025, les coûts moyens de l'électricité pourraient diminuer de 59% pour l'énergie solaire photovoltaïque (PV), de 43% pour le solaire thermodynamique à concentration, de 35% pour l'éolien offshore et de 26% pour l'éolien onshore, par rapport à 2015. Globalement, les prix du solaire PV et de l'éolien terrestre convergeront autour de 0,05 à 0,06 dollar par kWh (kilowattheure). «Nous avons déjà vu des réductions de coûts spectaculaires de l’énergie solaire et éolienne au cours des dernières années et ce rapport montre que les prix vont continuer à baisser, grâce aux avancées technologiques et du marché», a déclaré le directeur général d’Irena, Adnan Z. Amin. Depuis 2009, les prix des modules photovoltaïques solaires et les éoliennes ont chuté d’environ 80% et 30 à 40%, respectivement. Avec chaque doublement de la capacité installée, les prix des modules solaires PV baissent de 20% et le coût de l’électricité à partir d’éoliennes de 12%, en raison des économies d’échelle et des avancées technologiques. «Historiquement, le coût a été cité comme l’un des principaux obstacles à la transition des sources d’énergie fossiles vers des sources d’énergie renouvelables, mais le récit change», a déclaré Amin.

Rappelons que pour le cas du Maroc, les énergies renouvelables représentaient déjà 34% du système électrique national à fin 2015. Leur part doit évoluer pour peser 43% en 2020, puis 47% en 2025 avant d’atteindre 52% en 2030. Pour ce faire, le Maroc aura à développer, entre 2016 et 2030, une capacité additionnelle de production d’électricité de sources renouvelables d’environ 10.100 MW dont 4.560 pour le solaire, 4.200 dans l'éolien et 1.330 MW hydro-électriques. Ce qui permettra au Royaume, pour la première fois dans son histoire, d’afficher une part d’électricité produite à partir de sources renouvelables supérieure à celle obtenue à partir de sources énergétiques fossiles et de réduire sa dépendance énergétique qui dépassait les 98% en 2009, à moins de 82% en 2030.

Le 20 Juin 2016
SOURCE WEB Par Le Matin

Les tags en relation