Marché mondial des déchets

Marché mondial des déchets

La chute du prix du pétrole affecte un business en expansion

Au niveau mondial, la chute des cours de pétrole a affecté le marché du recyclage des déchets non dangereux. Le cas du plastique, à l'origine de 80% des déchets, illustre cette tendance. La dégringolade du cours du pétrole, qui entre dans la composition du plastique, a fait chuter celui du plastique neuf de 30 à 40% ces dernières années. En conséquence, le prix du produit recyclé pourrait devenir moins concurrent que la matière vierge.

Hakima El Haïti, ministre de l'Environnement, est attendue aujourd'hui à Rabat où elle doit donner une conférence suite à la polémique suscitée par l'importation d'Italie d'une cargaison de déchets pour la production d'un carburant de substitution destinée aux cimenteries. Bien avant le 16 novembre, Journée mondiale du recyclage, les déchets font donc l'actualité sur un marché mondial qui se développe mais décline actuellement en raison de l'affaissement du prix des matières premières, le pétrole en tête. Ce qui rend «la matière vierge» moins chère qu'un produit recyclé. Selon la Banque mondiale, la production de déchets non dangereux à travers le monde représente de 3,4 à 4 milliards de tonnes par an.

À eux seuls, les pays de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) génèrent 572 millions tonnes, soit 44% des déchets urbains. Entre 2008 et 2020, la BM prévoit que la quantité de déchets devrait augmenter de 40%. Il reste toutefois mal aisé d'évaluer le taux de recyclage, car, selon les spécialistes, «les chiffres proviennent des pays, il n'y a pas de standard précis». Sans préciser les montants générés par le marché du recyclage, l'agence européenne de l'environnement estime que «les échanges de déchets à l'intérieur et hors des frontières de l'Europe montrent que le commerce international de cette ressource devrait continuer à croître sous l'effet conjugué d'une augmentation du recyclage et d'une pression accrue sur les matières premières». Mais le cours des matières premières est volatil. Le cas du plastique, à l'origine de 80% des déchets, illustre la tendance actuelle du marché du recyclage qui rapporte à un pays comme la France 9 milliards d'euros par an. «Le cours du pétrol, qui entre dans la composition du plastique, baissant, le prix du plastique neuf a chuté de 30 à 40% ces dernières années», explique à la presse Claude Solarz, vice-président du groupe Paprec, acteurs français du recyclage qui conclut que le prix du produit recyclé devient par conséquent moins concurrent. Même constat pour les huiles industrielles usagées : «Certaines (entreprises) ne pourront plus poursuivre leurs activités dans ces conditions au-delà du 1er trimestre 2016». Le même constat est également valable pour le secteur de la ferraille. De rébus, les déchets sont passés au statut de matières premières dont ils empruntent jusqu'aux caprices des places financières.

Le 12 Juillet 2016
SOURCE WEB Par Le Matin

Les tags en relation