Impacts du changement climatique sur l'agriculture marocaine

Impacts du changement climatique sur l'agriculture marocaine

Les projections confirment la baisse des précipitations et l'augmentation des températures

Les résultats montrent que le changement climatique impacterait négativement les rendements agricoles et les ressources en eau et forestières.

Un atelier de restitution des résultats du projet «Système de modèles pour l'évaluation des impacts du changement climatique sur l'agriculture» a été organisé à Rabat par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture et l’Institut national de recherche agronomique. Les projections confirment la baisse des précipitations et l'augmentation des températures au Maroc.

Lancé en 2011 au Maroc, l'objectif du système de modèles pour l'évaluation des impacts du changement climatique sur l'agriculture (Mosaicc) est d’évaluer les impacts du changement climatique sur l’agriculture, les ressources forestières et l’économie grâce à la modélisation en combinant des modèles multidisciplinaires. Cinq années après son lancement, un atelier de restitution des résultats du projet a été organisé mardi dernier à Rabat. «Les résultats de ce projet ont été le fruit d'un long processus de concertation et de consultations», a souligné le représentant de la FAO (Agence des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) au Maroc, Michael George Hag. Ce dernier a indiqué que selon les projections, les précipitations diminueraient au Maroc de 17 à 20% durant la période 2040-2069. Les températures maximales augmenteraient sur tout le pays, de 1,9 à 3,4°C». «Mosaicc» apporte l’élément scientifique rendant possible les simulations, dans l’espace et dans le temps, des impacts des changements climatiques sur l’agriculture marocaine à une échelle réduite comme celle d’exploitation.

Sur le site «changementclimatique.ma», libre d’accès, les simulations montrent, qu’il s’agisse de scénario optimiste ou pessimiste, que l’augmentation de la chaleur, la baisse de la pluviométrie et de l’écoulement des eaux notamment en période de culture sont bel et bien confirmées. «Les projections sur les rendements agricoles sont alarmistes», avait prévenu, lors de la COP 22 à Marrakech, Riad Balaghi, coordinateur pour le Maroc du programme «Mosaicc» et chercheur à l’Institut national de la recherche agronomique.

Le 01 Décembre 2016
SOURCE WEB Par Le Matin

Les tags en relation